Ici sont conservés les registres des maires & conseils des provinces francophones
Toutes les informations consignées sur ce forum s'inscrivent dans un cadre fictif et ludique. Les ressemblances avec la vraie vie sont fortuites.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Tempérance
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 6
Réputation : 1
Points : 7
Date d'inscription : 10/10/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Mer 15 Oct - 11:06

Là, Tempérance ne sait pas où se mettre. Genre pas du tout du tout. Elle n'a pas sa place au côté de la famille, et bon an mal an, tout le monde a plus ou moins l'air d'être de la famille, ou happé par elle. La Marquise de Rosny est entourée de Casalièrs, la petite grosse tout juste arrivée est alpaguée par le tout petit Cristòl... Il y a la rousse près de l'officiant, qu'elle ne connaît pas, pas vraiment.
Il y a Adelphe au milieu de sa cour de frères et sœurs. Se pouvait-il qu'il eût oublié l'époque où il n'avait de sœur qu'elle, sa compagne buissonnière ? Se pouvait-il qu'il eût oublié l'époque où il n'avait pas de famille, où elle était sa distraction, ses jeux d'enfants ?

Elle venait de parler salicorne et four banal avec un gars du coin, et comme une femme tentait d'amener la conversation à elle et raconter combien elle avait d'espoir en cette siii belle noce, Tempérance prit congé et avança dans la foule noble, plus proche du parvis, plus attentive, en quelque sorte. À quelques pas de l'officiant, c'était après tout une honnête place pour la suzeraine du marié. L'officiant semblait tout à son bonheur familial, d'ailleurs, et souriant simplement et bienveillamment à tous, il demeurait peu disert.

Elle s'apprêtait à saluer les présents : le frère de la mariée, qu'au moins elle avait rencontré en juin ; la rousse et son époux, l'officiant et son épouse... mais la mariée arriva, et se dirigea vers eux – le parvis, l'officiant... il n'y manquait que le fiancé.
Alors, sans avoir salué, l'Amilly entra tout de suite dans le vif du sujet, glissant au Chauconin :


Quand qu'on voit point son bras, elle est ben belle, vot' sœur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelphe
Parcheminier
avatar

Nombre de messages : 40
Réputation : 1
Points : 43
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Mer 15 Oct - 13:14

Il n'écoute pas, il n'écoute plus. Sa belle promise vient de paraitre, balayant tout sur son passage.

Regard qui se pose sur elle comme si c'était la première fois, comme si rien, jamais, n'avait existé entre eux. S'il venait de la rencontrer, là, dans cette foule, l'aurait-il désirée ? Désirée, oui, car avec lui il ne s'est jamais agi d'autre chose. Du désir, rien d'autre. Pourquoi s’encombrer d'une femme dès lors qu'on a eu ce que l'on voulait d'elle ?

Regard qu'il détache et pose sur son père.


N'oubliez pas de me rejoindre sur le parvis, père.

Salut poli aux deux femmes de son frère, sans y penser, et il marche vers celle qui ne l'a même pas regardé. Il n'est donc réellement rien, le liant d'un replâtrage en règle rien de plus. Quelle ironie, non quel gâchis.

Pas qui le mènent sur le bûcher où par devoir il va s'immoler. Sourire de façade, regard vidé de toute expression. Il faut jouer, alors jouons ! Et que la farce soit bonne, qu'elle réjouisse et qu'on en rit !

Buste qu'il plie, main posée sur le cœur, enfin s'il en avait un, et quelques mots convenus.


Mesdames, Madame ma mère, mon père.

Et pour que la pièce soit bonne, ne pas oublier les guerres. Sans conflit, l'auditoire s'ennuie.

Monsieur mon frère.

Sourire de biais, il ne pourra pas l'ignorer. Yeux qu'il pose ensuite sur sa belle, trop belle, fiancée. Dans un instant elle sera à lui, quoi qu'elle en pense ou qu'elle dise. Et ce soir, oui ce soir, elle se dévoilera complétement. Plus aucun artifice, plus rien que la vérité  nue. Depuis le temps qu'elle le nargue, l'aguiche, réclame qu'il malmène son corps, elle aura ce qu'elle veut. Il remplira son devoir puisqu'il fait partie du contrat passé et puis rendre le frère fou, à défaut de désirer la sœur, il trouvera là sa motivation.

Main qu'il tend vers celle de sa fiancée, attendant qu'elle y pose la sienne.


Madame, je crois qu'il est temps.

Regard qui cherche le sien, comme un navire son port d'attache. Et hargne qui lui vient. Macarel, Linèta ! Regarde moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arthurcano_d_alveirny
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 12
Localisation : Bayeux
Réputation : 0
Points : 12
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Mer 15 Oct - 17:37

Du parvis, Arthur et son épouse pouvait voir les arrivées de chacun, la première à se présenter était la vicomtesse Elissa, toute souriante, et qui profitait de l'occasion pour leur présentait son époux. Sur le visage d'Arthur était la liesse que d'être ainsi en ce lieu pour officier pour le mariage d'Aimelina et d'Adelphe, tout sourire il était également et ainsi répondre à Jehanne

Bonjorn Dona Elissa,

Se tournant vers l'époux.

Enchanté de faire vostre connaissance en pareille journée festive qu'est toujours une cérémonie de mariage.

Puis...

Cela est effectivement une bien belle journée nettement plus belle que le temps que nous avons pu trouver récemment en Normandie où il semble que dès la septembre le ciel soit déjà nappé d'un gris morne.

Puis d'une main vers la petite Clara.

Oui notre petite dernière qui ne nous quitte que rarement, Clara !

Dans les yeux d'Arthur autant que dans ceux de son épouse, qui preterait une attention pariculière pourrait y voir l'ombre de la tristesse y passer du deuil porté par le décès à la naissance de sa jumelle Elizabeth.

Pendant les échanges de courtoisies, les invités, les badauds et quelques têtes plus connues arrivèrent... Arthur aperçu le jeune Oliver qui avait bien grandit, pas peu fier d'être son parrain de coeur bien qu'Arthur était peu fiers lui d'écrire de manière si peu fréquente... Pour autant, un mot, un appel et la famille Casalier savait qu'ils pourraient toujours compter sur celle des Alveirny que ce soit d'Arthur ou de Jay. C'était souvent ainsi avec Arthur, peu loquace mais toujours prêt à aider... Et Charlie pour Jill ne manquerait jamais de faire.

Un jeune homme se présenta au quatuor se présentant comme le frère naturel d'Aimelina, l'adage disant que les amis de mes amis sont mes amis, Arthur répondit d'un même hochement de tête et ...


Enchanté également frère Guillaume de Chauconin ! Je vous présente mon épouse Jayzabelle et noste fille Clara, pour ma part Arthur. Frère Arthur...

Comme frère Tuck mais en moins bedonnant tout de même...

... Arthur Cano d'Alveirny.

Puis la petite Elyse arriva à son tour, petite pas tant que ça par la pensée car elle avait su démonter à Arthur l'étendue de sa foy et de sa maturité pendant son séminaire en Corbières. Aussi, un lien affectif s'était lié et tonton Tuthur se rendit à ses côtés, prenant congé de Jehanne et son époux.

Arrivant à sa hauteur, il évita de lui ébouriffer les cheveux comme il fut fait en sa chambre au domaine mais plus simplement de mettre genoux à terre et de lui faire une belle étreinte de Tonton.


Bonjorn petite princesse, comment vas tu ?

Regardant à droite à gauche.

Aurais tu pris un raccourci pour devancer tes parents adorés ?

Il sourit à son attention.

Que deviens tu depuis notre dernière entrevue ma puce ?

Sur ces mots, une voix qu'il pourrait reconnaitre entre mille et de murmurer à Elyse... Je crois bien que ta maman est derrière toi. Lui claquant même un clin d'oeil. Se relevant, il salua Ariana.

Bonjorn Ariana, quel bonheur de vous revoir !

Si dans l'intimité de leurs échanges épistolaires ou lorsqu'ils travaillaient ensemble à l'archevêché, ils avaient fini par se tutoyer. En assemblée constituée, le vouvoiement était resté de mise...

Souriant toujours...


Que nenni ma chère soeur de Coeur, la Vescomtessa Aimelina n'est point encore arrivée mais vous savez mieux que moi qu'une femme digne de se nom sait se faire désirer...

Son épouse s'étant rapproché de lui pour saluer Ariana comme il se devait, Arthur lui fit un clin d'oeil espiègle.

N'est-ce pas ma chère épouse ?

Puis tournant son visage vers Ariana posant ses émeraudes sur celle d'Ariana.

Pas besoin de te demander si la sainte chapelle est prête, j'ai déjà pu grandement apprécié les fleurs blanches qui ornent le devant de l'Autel et ce dernier. Mercé à toi.

Le vieux Skippy... Hum non s'il lisait dans les pensées, Arthur se ferait zigouiller sur place, le sage Skip... mieux là et tellement vrai...arriva alors et c'est tout aussi souriant qu'il reprit parole.

Bonjorn Skip, ravi de vous revoir également et comment pourrai vous remercier simplement pour le bon office que vous avez pu avoir à notre encontre pour cette préparation de trajets aux petits oignons. Les relais qui nous ont mené jusqu'icelieu furent d'un bon accueil et grand merçé pour...

D'un geste ample montrant la bure...

... pour les apparats du jour !

Le temps de tout cela que voici venue la Lineta ainsi avait il entendu d'elle ce nom ou surnom, il avait le souvenir de leur première rencontre en la hérauderie du Languedoc bien plus avenante alors que ces jours et ces derniers mois que l'Enduril en menait la marche sous tutelle de Minerve. Minerve, un court songe mais non des moindre tant le couple d'Alveirny lui devait pour ses promptes recherches sur le comté de Corbières. Croire toujours faut il croire !

Alors qu'Aimelina s'inclina devant lui, le frère Arthur lui donna le salut tout en l'invitant à se relever.


Bonjorn à vous soeur Aimelina, je vous souhaite que le soleil du Languedoc qui illumine cette journée puisse rayonner dans votre coeur et mariage tout autant qu'il le fait chaque jour pour nous et nostre épouse que je profite de vous présenter la dona Jayzabelle.

Adelphe alors posa la main sur celle de sa promise et d'un hochement de tête à son attention.

Il me semble que nous pouvons commencer la cérémonie...

Et alors de lâcher la main de son aimée pour ouvrant les bras largement commencer à s'exprimer de sa voix que les Narbonnais qui avaient eu occasion d'écouter en la cathédrale de Narbonne ou lors de quelques discours sur la place de Montpellier pouvaient reconnaitre comme celle d'un bon ténor.

Croyants et Fidèles de Vinassan
Frères et Soeurs,
Amis et Familles,

nous sommes réunis en ce jour par la volonté des promis ci devant nous à savoir le senher Adelphe Casalière et la Donaseilla Aimelina de Siarr !

En ce jour du 9 octobre 1462, nous allons, devant l'omniscient toujours présent, unir ces deux âmes selon les préceptes du mariage et de notre Sainte Eglise Aristotélicienne !

Selon leur volonté et pour que soient entendus leurs voeux, ils se feront ci présents devant vous sur les marches du parvis.


L'homme étant à l'honneur en cette époque, Arthur se tournant vers Adelphe et de lui demander...

Frère Adelphe Casalièr , je vous invite à faire votre voeu à l'encontre de Aimelina de Siarr !

Une inspiration et d'une voix des plus solennelles...

Frère Adelphe Casalièr , voulez-vous prendre Soeur Aimelina de Siarr pour épouse, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour ?

Voulez-vous faire dépendre votre bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié Aristotélicienne du Très Haut sur terre ?


Dernière édition par arthurcano_d_alveirny le Mer 15 Oct - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl de St-André
Visiteur


Nombre de messages : 6
Réputation : 0
Points : 6
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Mer 15 Oct - 18:07

Heu... C'est normal que j'ai rien pigé de ce qu'elle raconte? En fait, quand je dit rien, je dit bien rien du tout. Même pas un petit mot par-ci par-là, comme quand Papà parle. D'ailleurs, elle a parlée un peu comme Papà aussi, amis encore là, ce doit être de la façon qu'elle parle, parce que si j'ai bien comprit les mots "bien" et "occitan", le reste se perd dans un trou sans fond d’incompréhension la plus total.

Je répond quoi à la grosse dame?

Ha!


Malautejatz? Ai pas-res capit de çò que avetz dich! Disètz coma se empapàvetz.

Je lui fait un sourire voulant dire "Et là? Tu a compris quelque chose?" Je prend pas de chance. Je dois quand même lui faire comprendre que c'est pas grave si elle est grosse. Elle peut se joindre à nous! D'ailleurs tient, ça me donne une idée pour me faire comprendre!

Aquì, es lo meu Papà e aquì, es lo meuna Mamà!

Et je joint le geste à la parole en indiquant mes parents. Puis, je montre Grand-Père.

Es lo meu Pepin!

Oh et puis zut! J'ai comme un doute qu'elle comprendra ce que je dit. Ce que je trouve le plus étrange c'est quand dehors de St-Felix ou des Fenouillèdes, chaque fois que j'essaie de parler, on me regarde drôle et je comprend jamais rien de ce que les gens raconte. Il n'y a que Papà que je comprend, parce qu'il parle bien. Et il prend son temps pour que je puisse comprendre. Il faudra que je lui demande, tient. Il pourra m'expliquer pourquoi personne comprend jamais rien quand je parle.

Je prend donc la main de la grosse dame sans savoir pourquoi elle est comme ça et je m'approche de tous les autres sur le parvis. J'hésite. Vers Papà et Mamà? Hum... Je vais voir pour demander à quelqu'un d'autre, je risque de les déranger sinon. Je me tourne vers... Vers le garçon plus petit que Papà, mais plus grand que moi! Il a l'air sympa, vais lui demander de l'aide!

Je tire donc sur sa manche et lui sourit. Sans demander s'il comprend ce que je m’apprête à dire, j'indique la grosse dame du doigt et demande:


Ai pas-res capit de çò que dis. Te? Sabes parlar de estranhièra? E benlèu que sabes perqué es prensòia?

Reste plus qu'à espérer qu'il parle comme il faut lui, parce que là, sinon, je vais devoir déranger Pepin ou Papà et Papà sera pas fière de moi du tout du tout.


_______________________
"Vous êtes malade? J'ai rien compris de ce que vous avez dit! Vous parlez comme si vous aviez la bouche pleine de bouillie."

"Là, c'est mon Papà et là, c'est ma Mamà." "C'est mon Grand-Père"

"J'ai rien compris de ce qu'elle a dit. Toi? Tu sais parler en étrangère? Et peut-être que tu sais pourquoi elle est grosse/ventrue?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 14:59

Si la nouvelle du mariage avait été le premier clou de sa crucifixion, le vouvoiement fut le second. Pourquoi ? Certes depuis une éternité ne s'était-il plus vu. Mais, pour autant, était-il désormais un étranger à ses yeux ? Il avait choisi la voie de la foi, qui l'empêcherait encore plus que son inexistant héritage, de contracter mariage honorable. Il avait donc, consciemment, renoncé à ce que, peut-être, en des jours d’insouciance passée, il avait cru entrevoir. Visiblement, cela avait suffi à se faire oublier... Il se força à déglutir avant de répondre, et d'enfouir loin en lui les sentiments contrastés qui se faisaient la guerre en son esprit. Cela laissa le temps à la vicomtesse de poursuivre son supplice.

- Je comprends, les grandes noces m'ont toujours paru absurde par leur manque de sincérité. Il avait dit tout cela comme on récite une poésie sans âme. Ça sonnait certainement creux mais il n'avait pas mieux en réserve, tout étranger qu'il était au monde des cours et des courtoisies de façade.

Heureusement pour l'inconfort dans lequel il se sentait s'enfoncer au fur et à mesure des millièmes de seconde qui s'écoulaient lentement, toujours trop lentement, sa sœur fit son arrivée, non sans qu'il ait pu apprendre le nom de l'officiant et s'incliner à nouveau devant sa dignité ecclésiastique. Resplendissante – sa sœur, pas la dignité –, comme si leur vie eut été figure de roman joyeux. Il la suit des yeux, tandis qu'elle s'avance vers eux. Et devine qu'il devient peu à peu le centre de l'attention, placé là où se rejoignent tous les regards. Toujours digne, du moins faisait-il tout pour le paraître, il rendit son salut muet, nuancé d'un sourire qu'il voulait amical, joyeux, encourageant, confiant et tout le reste à la fois, à celle qui en avait vraiment fait le fils de Síarr, malgré les absences, les silences, les non-dits et tout ce qui faisait la vie de deux enfants trop tôt devenus adultes.

Mais, comme pour parfaire encore son supplice, voici que la blonde vicomtesse d'Amilly, pour laquelle il n'avait alors qu'une profonde sympathie, souvenir d'une rencontre estivale qui lui avait fait découvrir ceux et celles que prisaient sa sœur, versa une poignée de gros sels sur des plaies encore purulentes.


« Elle l'est toujours, à mes yeux ». La réponse avait été sèche, comme s'il répondait à une insulte, alors qu'au fond il n'avait rien fait que s'ouvrir sans fard. Mais ça, il ne pouvait le dire. Alors, il prit son parti de paraître plus sombre encore qu'il ne l'était en Rome, et ne salua que très rapidement la jeune fille.

Tout aussi rapide fut celui adressé à celui qui conduirait sa fleur d'Oc à l'autel, si le Très Haut le voulait. Il tenta d'ignorer son air mauvais mais ne le put et, d'une voix sans émotion, bien qu'intérieurement il se voyait déjà lui ouvrir le crâne à coup de crosse épiscopale et l'énucléer à la médaille d'Aristote, répondit, feignant, avec un métier digne du meilleur acteur de la place de Venise, l'erreur là où il n'y avait que volonté de blesser:
« Maistre... Sieur de Remiremont ».

Et il serra les dents, intérieurement, tandis que l'officiant tentait de commencer à sceller de la sainte Amitié ce qui lui paraissait la plus profonde abomination. Il avait mal agi, il s'en maudissait déjà. Il s'en punirait, cette nuit. Mais il n'avait pu rester de marbre, et avait démoucheté l'épée de son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelphe
Parcheminier
avatar

Nombre de messages : 40
Réputation : 1
Points : 43
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 15:45

Farce, tromperie, mensonge ! Rien n'est vrai, tout est simulacre. Vivre avec elle dans l'amour de chaque jour ? Pauvre fou, si tu savais ce que cachent les deux âmes devant toi. La noirceur, l'imposture, la vilénie !

Et la suite ? Penser à elle avant de penser à soi. N'être heureux que si elle-même l'est. Connerie !

Il est là par devoir, enchainé comme un chien par un contrat où son Amitié Aristotélicienne n'a pas de place ! Prendre la mère pour pouvoir approcher son fils, l'honorer s'il veut espérer soulager ses ardeurs de mâle, brimer tout ce qu'il est pour une putain qui se cache derrière sa noblesse !

Regard qui se pose sur le prêtre, le seul à croire en ce qu'il prêche, l'autre aussi, sans doute, et il finit par le frère. Il a entendu son salut, a joué de la tension qui existe entre eux, mais là, maintenant, il sait qu'il est le seul à connaitre la vérité. Qu'eux seuls, dans cette foule, connaissent l'ultime vérité. Que la partition est discordante, chacun jouant son pupitre sans s'occuper de l'autre, chacun pour soi, Dieu pour tous !


Et puis un autre regard à sa petite fleur celui-là. Souvenirs heureux qui reviennent avec force, ceux de l'insouciance. Mais tout agonise, et il va donner le coup de grâce. Quelques mots, juste pour elle. Yeux dans les yeux, comme autrefois.


Eco vo, petite fio. Némwè po tot.

Tête qu'il secoue enfin pour revenir. Il avait pensé, non, ne plus jamais pensé. Tout oublier pour ne pas regretter ce qu'il se prépare à dire, à jurer.

Yeux qui cherchent, encore, ceux de sa presque femme. Main qui écrase la sienne alors qu'il ne voulait que la serrer. Les émotions sont parfois l'opposé de ce qu'on aurait aimé.

Il la regarde, fouille ses yeux clairs de ses émeraudes brillantes, et enfin, d'une voix qu'il ne reconnait pas, il prononce les mots brisant l'enchantement.


Moi, Adelphe Casalièr, vous prends pour femme Aimelina de Sìarr selon le rite de l’Église Aristotélicienne. Je vous promets amour,
haine, protection, violence, respect, humiliation, jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Sourire qui lui vient. Que ce soit dans la tradition ou non, rien à foutre !


Vous avez voulu de moi, je suis à vous.

Main de la belle qu'il porte à ses lèvres, yeux dans les siens prêt à la dévorer au moindre mouvement. Baiser qu'il dépose avant de la lâcher et regard qui change sans prévenir comme un orage soudain.


Pourquoi Linèta ? Je t'aime, moi.



("Merci, petite fleur. Pardon pour tout." Et Merci à LJD Tempérance)


Dernière édition par Adelphe le Jeu 16 Oct - 16:30, édité 2 fois (Raison : posts croisés)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tempérance
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 6
Réputation : 1
Points : 7
Date d'inscription : 10/10/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 15:49

Elle l'est toujours, à mes yeux.

Bon bon bon bieeeen... Tempérance était soufflée par le Chauconin. Parler de la difformité de la mariée, ça ne semblait pas socialement admis. Ou pas à son frère.
La blonde Vicomtesse répondit à mi-voix :


C'est parce que c'est votre sœur... Ce n'était pas agressif, plutôt bienveillant, empathique ; c'était de l'indulgence à l'égard d'un aveugle, car l'amour aveugle, c'est connu, qu'il fût familial ou passionnel (Tempérance ne concevait pas qu'il pouvait être les deux à la fois). Mais parfois, les aveugles, il faut les secouer ; il faut leur indiquer la marche qu'ils vont rater, il faut leur dire quand le feu est rouge, quand il y a quelque chose de spectaculaire tout près d'eux ; on ne doit pas se censurer pour ceux qui sont limités... Il faut accepter la vie telle qu'elle est, voir les choses en face.
Et Tempérance le pensait vraiment : quand l'esprit n'est pas occupé à faire comme s'il ne voyait pas le bras difforme d'Aimelina, quand on le soulage de cet exercice en drapant ces amélie d'une cape damasquine, alors on prend mieux conscience de la grâce charnelle de l'occitane à la peau olivâtre. Idiote société qui censure la sincérité ! Il en faut plus que cela pour que l'Amilly tourne sa langue dans sa bouche avant de parler... Après tout, elle avait formulé un compliment sur le choix de vêtement opportun.

Elle croisa les bras et contempla Adelphe que Chauconin avait salué cavalièrement. Elle mourrait d'envie de faire de même. De lui rappeler tout ce qu'était Remiremont pour eux deux. La demeure de sa mère, à elle. Le lieu de leur enfance, à tous deux. Le lieu de l'insouciance, la naissance de ce lien qui les unissait, le cœur, l'attachement indéfectible, les querelles permanentes opposant esprit et pratique.
Oh et puis zut.


Boinjou dondée, Remiremont.*

Pour la première fois, il la regarda dans les yeux. Pour la première fois depuis ce matin. Pour la dernière fois comme homme libre de ses choix. Il répondit dans la langue de l'enfance, dans la langue qu'il n'avait jamais aimé parler, lui trop aimant des langues des clercs d'Eglise et de notaire, trop aimant de la langue des administrations, trop dédaigneux du peuple. La moyenne noblesse lui ira bien, il arrive là où son dédain le prédestinait.

Eco vo, petite fio. Némwè po tot.

Toute la tension de Tempérance s'évapora. Elle n'existait plus, elle flottait.

Le jeu de massacre nuptial commença.


_________________
*[Dieu vous donne] bonjour, Remiremont. (vosgien)
Sources :
À Remiremont, on parle le Vosgien de la montagne (j'admets un patois XIXe, faute de mieux)
http://projetbabel.org/vosgien/montagne.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vosgien
http://books.google.fr/books?id=juATAAAAYAAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q=bonjour&f=false


Dernière édition par Tempérance le Jeu 16 Oct - 16:45, édité 2 fois (Raison : Posts croisés avec Adelphe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skip Lo Casalièr
Vassal des Sìarr
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 34
Localisation : Languedoc
Réputation : 0
Points : 43
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 16:01

Très longtemps en effet qu'il n'a pas côtoyer qui que ce soit à la Hérauderie.  Il y avait eu une volonté d'inscrire la famille Casalièr, mais les "règles" obtuses ne permettait pas d'expliquer la particularité.  En suite, le tout c'était perdu.  Un accord?  Oui, en quelque sorte...  Mais il n'a pas eu le temps d'y réfléchir vraiment.  D'autre projet occupe présentement le couple et il ne sera pas trop tard, par la suite, d'offrir aux enfants les ornements familiaux adéquat.

Avec un sourire, il s’apprêtait à répondre quand Aimelina, sa Linèta, sa Suzeraine, fit son arrivée!  Merveilleuse enfant!  Une jeune femme au visage très avenant et au caractère... fort!  C'est le moins qu'on puisse dire.  Une chose de certaine, il l'apprécie beaucoup.

Ce fût Adelphe qui le ramena à la réalité en lui rappelant son rôle de père!


Le devoir m'appel!  Nous aurons le temps de discuter plus tard!  Solé, tu ne te sauve pas n'est-ce pas?

Et il sourit en laissant son fils en bonne compagnie!  Constance est là avec lui et, un peu en retrait, il voit Rozenn accompagnée de Cristòl qui s'approche.  Il ne comprend pas très bien le lien entre les deux, mais il n'a pas le temps de se poser la question qu'il est déjà salué par Arthur.

C'est tout naturel voyons, mon ami!

Un sourire à son épouse avec, dans le regard, tout ce qui est possible de passer commemessage d'amour et aussi de stresse!  Son fils, Adelphe, va épouser la fille d'un ami!  Cette fille qu'il aurait aimé pouvoir aider en plusieurs autres circonstance et pour qui il aura traversé la France après la naissance du petit Cristòl.  Son fils va épouser une vicomtesse... Ça aussi c'est important!  Qui plus est, ce fils qu'il a accueilli chez lui après de trop longues années de séparation.  Tant de chose dans son sourire et son regard qu'il lance à sa douce fleur.

Puis vient l'échange de parole entre le futur époux et le frère de sa futur bru.  Il y a des évidences de par ce monde!  Et l'une d'entre elle est la tension qui existe entre les deux hommes.  Il aimerait pouvoir expliquer au Chauconin la situation, lui dire que de tout ceci, le seul responsable, c'est lui-même.  S'il avait été plus présent pour sa suzeraine?  S'il avait été plus présent pour la fille de son suzerain.  S'il avait été plus présent pour son fils aussi, tout ceci n'aurait peut-être pas lieu d'être, ou sinon, dans de meilleurs conditions.

Il aimerait aussi pouvoir le convaincre que le bonheur peut prendre plusieurs forme.  Que le bonheur est aussi très habile pour se cacher dans les endroits où on s'y attend le moins.  Il voudrait pouvoir convaincre tout le monde que le vrai bonheur existe et qu'il est à la porté de tous ceux qui se donne la peine de le chercher ne serait-ce que furtivement.

Mais voilà!  Ce n'est pas le bon moment.  Ce ne sera probablement jamais le bon moment, mais, malgré tout, Skip lui, crois que même dans cette situation, l'Amour Véritable peut naître.

Et c'est plein de cette confiance - dont la seule responsable est son épouse!  Heureuse responsabilité au moins! - qu'il sourit en entendant son fils prononcer les mots fatidiques.  Des mots lourd de sens mais qui, il en est certain, sont sincères dans la bouche de son enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelina
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 219
Réputation : 3
Points : 250
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 17:24

Au début, alors que le diacre l'a fait se relever, Adelphe doit poser sa main sur la sienne. Mais c'est impossible. C'est impossible, n'est-ce pas ? Elle n'a qu'une main, aujourd'hui. Elle ne soulèvera pas sa cape, ça non. Adelphe pose sa main, elle la retire, elle cherche des yeux, trouve, et donne de la voix :

Constance ! Pichòna... Ten.*

Elle tendit à sa filleule qui avait tant grandi son bouquet. Lourde responsabilité, mais c'est une jeune fille de confiance. Peut-être aurait-il fallu le donner à leur fils, symbole d'un mariage qui porte ses fruits ? Mais il est loin, trop occupé ; c'est étrange, ils sont là pour lui, pour son avenir à lui, au mépris de leurs propres aspirations, et pourtant, ni l'un ni l'autre ne semble se soucier de leur petit héritier en devenir, en cet instant. Il est quelque part. C'est à la foule que revient de veiller sur lui.

Elle aurait pu remettre son bouquet à Magalona, aussi. Mais elle savait la faiblesse de sa soeur, qui aurait peut-être besoin de se reposer sur l'Agnèta ou une autre âme charitable, noble ou gueuse ; en un mot, elle aurait peut-être à user mieux de ses mains frêles. Et puis, on ne donne pas un bouquet à une comtesse comme on le donne à une filleule. La filleule en est heureuse, responsabilisée, fière ; la comtesse ne saurait qu'en faire.

Elle rend sa main à Adelphe, mais très vite, elle regrette. Il la broie, il la ruine, comme est ruinée son autre main. Le prix du péché. Des larmes de rage lui montent aux yeux, elle les ravale. Adelphe a tourné le dos au Chauconin, mais elle, elle leur fait face à tous deux. Son promis prononce ses voeux, qu'il ponctue d'une phrase à son adresse, à mi-chemin entre le reproche et la soumission. Son regard va de l'un à l'autre, le blond, l'autre, et puis elle répond :


Pour mon sang. Ma seule raison.

Comprenne qui pourra ; là, voilà les deux phrases qu'elle unit ; les deux êtres qu'elle unit. Deux phrases qui ne font qu'une, qui ont toujours été pensées ainsi. Deux devises qui s'épousent, qui sont nées ensemble. Lui le sang, elle, l'absence de barrières en ce monde, sinon une... Sinon lui, le sang. C'est un cercle. Ils se suffisent l'un à l'autre.
Elle regarde encore son frère, puis ses yeux clairs vont vers Arthur Cano... Il sera bientôt son tour de prononcer la formule rituelle.


*"Constance ! Ma petite... Tiens."
Basque, occitan, vosgien, français... 1000 roupies au premier qui sort une phrase en latin !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 18:43

- Ergo ite missa est, répond-il à l'adresse de sa chère Linetà.

Dans son for intérieur, il pleure, rage, déverse des torrents de larmes. Dans son for intérieur, il rêve une autre vie. Une vie de présence, de présences plutôt. D'un père, à défaut d'une mère qui, pour tous deux, fut trop vite absente, de deux enfants sous le soleils d'Oc, courant, jouant et grandissant main dans la main. De deux adolescents qui, plutôt que de courir France et Italie, croitraient au milieu d'une société choisie et honorable, faites de comtes des montagnes, de chevaliers valeureux et d'odeurs de soleil et de mer. Où mariages auraient été contractés. Beaux, glorieux et prometteurs mariages. Il se berce d'illusion, le jeune homme, tant il sait combien il lui aurait été impossible d'accepter vraiment un époux à sa sœur, fut-ce le nouveau Lancelot. Mais il rêve, quoi qu'il en soit. Et il pleure, en lui-même.

À sa compagne blonde, il ne fera pas, plus, l'affront d'un débat sur le pourquoi de la beauté d'une vicomtesse maudite. Il ne lui tendra même pas rigueur de le contredire en ce jour – au vrai, en aurait-il même le droit ? Il savait que non – mais plutôt, tentant de masquer derrière les remparts de ses paupières les flots salés qui n'attendent qu'une brèche pour se répandre sur son presque encore poupon visage, la remerciera de sa présence. Grâce à elle, ou à cause d'elle, il reste le Chauconin que tout le monde connaît ici-bas, sauf quelques bénis, ou maudits, l'inflexible et pour le moins obtus futur prêtre, voire archevêque ou cardinal si le Très Haut est assez miséricordieux.


« Sic est vita nostra. Arduissima necnon laeta, aliquando ».

Il ne s'est même pas demandé si elle comprenait le latin, tant cela lui semblait naturel. Elle l'a recréé rigide et droit, pétri de sa conscience aristocratique, fut-elle bâtarde, objectif comme le prêtre évangélisateur des masses païennes héros de ses lectures romaines. Il fait donc confiance à la jeune fille pour ne pas être une de ces illettrées heureusement moins nombreuses alors que quelques siècles plus tôt. Pour un temps, assez bref, il parvient même à éliminer de son esprit tout ce qu'il ressent à l'égard de l'homme qui tiendra bientôt les Fenouillèdes comme il en tient maintenant la maîtresse. La coupe de bon vin d'épices est pleine, il la boit, il n'a pas encore atteint la lie...

---
* Donc la messe est dite, latin de semi cuisine.
** Ainsi est notre vie. Très difficile, mais toutefois heureuse, parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rozenn
Relieur
avatar

Nombre de messages : 90
Réputation : 0
Points : 93
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 19:10

Papa, mama... Elle avait beau ne pas parler occitan pour deux sous, elle avait au moins compris ça ! Faut dire que pour le coup, ça ressemblait assez bien au français, langue qu'elle connaissait plutôt bien. Et pourtant ! Avec un père italien et une mère russe, pas grand chose ne la prédestinait à savoir parler français ! M'enfin, quand la boulette parlait, même si elle connaissait quelques langues du sud, elle avait un petit accent de l'est qu'elle n'arrivait pas à chasser. Alors oui, effectivement, déjà que le basque c'est moche vu comme ça, mais alors du basque avec un accent pseudo-germain... Bonjour le truc affreux ! Enfin de toute façon, accent ou pas, personne la comprenait ici.

Par contre, elle avait du mal à saisir cette histoire de pépin. Oui, elle savait bien qu'on trouvait des pépins dans les fruits, comme dans les pommes par exemple. Mais comment le gamin avait-il fait pour deviner qu'elle avait des pommes dans son sac ? Et surtout, pourquoi parler de pépins et pas de pommes tout simplement ? Puis elle suivit le doit, qui montrait le grand-père du petit Cristòl. Elle était complètement pommée -mouahaha qu'elle est bonne...-. Le garçonnait voulait-il qu'elle offre une pomme à son grand-père ? Ca n'avait vraiment aucun sens cette histoire ! Son sourcil gauche se fronça tandis que l'autre se relevait. Elle n'y comprenait définitivement rien et avait même abandonné tout espoir de dialogue avec Cristòl.

Et puis finalement, sans même comprendre pourquoi, la Boulette se retrouve avec une petite main dans sa pas bien grosse main. What ?! Mais qu'est-ce qui se passe encore ! Elle avait pourtant pas emmené Cuichelle avec elle. Regard à gauche, regard à droite... Histoire de bien vérifier que la petite Caillavet n'est pas là. Hé ben non ! Elle était vraiment pas là. Alors elle regarda sa main et vit qu'il s'agissait du futur baron de Saint-Félix. Il était décidément bizarre ce garçon !

Dans son état, elle rêvait de voir commencer la cérémonie. Et comme si l'officiant avait lu dans ses pensées, elle l'entendit entamer les premières phrases de l'office. Ni une, ni deux, elle se pencha légèrement vers Cristòl et s'efforça de trouver un truc à dire en occitan. Un truc pour lui dire de venir parce que ça commençait. Hum...


-Heum... començar... cérémònia.... Se gratte la tête. Chuuuut. Tout en mettant le doigt de sa main libre devant sa bouche.

C'était plutôt clair nan ? Pas si difficile l'occitan ! Quand on cherche pas à conjuguer... Suffit de prendre du français et de mettre des A. Nan ? On le dit déjà pour l'italien et ça se saurait si l'italien c'était de l'occitan ? Ah... Ben... On verra s'il comprend hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelphe
Parcheminier
avatar

Nombre de messages : 40
Réputation : 1
Points : 43
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 22:07

Qu'aurait-il dû comprendre à cette phrase lancée comme un os à un chien ? Qu'elle avait voulu de lui, pour son sang, Cristòl, et que c'était sa seule raison ?

Tête qui se tourne vers ce qu'elle indique par son regard, lui, son frère.

Ce n'était pas à lui qu'elle parlait, mais à son frère. L'autre, le bâtard sans morale qu'il avait surpris serrant sa demi-sœur d'un peu trop près. Car ils n'étaient que demi, cela suffisait à tout expliquer.

Regard perçant sur celui qui se croit en chaire pour ne parler qu'en latin. Sait-il, son nouveau frère, qu'il le comprend ? Trop bien même !


Aimelinane diligis ?*


Question qu'il pose sans réfléchir, sans attendre de réponse. Il sait. Il a compris pourquoi il ne serait jamais rien de plus qu'un intrus, un rapporté, un admis pour son sang, c'est la seule raison.

Âme qu'il croyait définitivement morte et qui finit de disparaitre. Plus rien n'existe, plus rien n'a d'importance. Qu'on en finisse et qu'il parte. Qu'il rejoigne Crussol si la Baronne lui en laisse jouissance, sinon ce sera Gouvernet. Sinon...





*"Tu aimes Aimelina ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Jeu 16 Oct - 23:20

Alors qu'il n'avait cru parler qu'à Tempérance, voici que Hardiesse l'interpellait. Oui elle est assez moyenne cette ligne mais vous avez vu à quelle heure vous me forcez à écrire aussi ? La prochaine fois, j'irais jouer avec des kikoulol je n'aurai pas cette envie de répondre du tacotac. Cette digression hrpique ? C'est cadeau. Disez merci les gens !

Bref.

Le bâtard fut surpris, pour le coup. Il ne s'était pas attendu à ce qu'on s'adresse à lui, si ce n'était sa voisine de cérémonie. Et il s'attendait encore moins à ce que le marié lui adresse la parole au beau milieu des « réjouissances ». Pour autant, il ne cilla qu'un quart de seconde, plus déconcerté que choqué par la question qui glissa  sur la carapace que l'Amilly l'avait aidé à reconstruire. Il aurait bien laissé le silence s'installer, pour couvrir de honte l'auteur de cette infamante – à ses yeux – interrogation aux yeux de l'assistance. Mais on mariait son T-Rex de sœur et il ne pouvait concevoir que la cérémonie soit encore plus perturbée qu'elle ne l'avait été par lui, quelques instants plus tôt. Aussi rapidement qu'il le put, il lui répondit.


- Est soror mea. Non amas familiam tuam ?

Soyons honnêtes, la situation était bien plus complexe que cela. Mais Guillaume avait botté en touche. Car, de un, un parvis de chapelle ne lui semblait pas être un endroit indiqué pour ce genre de conversation et, de deux, si un jour il devait avoir cette conversation, ce ne serait certainement pas avec cet homme-là. Du moins c'est ce qu'il pensait pour le moment. Pas sûr que les deux narrateurs ne s'arrangent pas pour l'y contraindre. Oups, encore un encart hrpique. Dame, je suis vraiment indiscipliné moi ce soir !

Il était gêné, au fond, le Chauconin, d'à nouveau attirer l'attention à lui. Épidermique avait été sa première effronterie. Mais cette fois, c'était tout différent. Il avait répondu en latin, comme pour faire comprendre à tous que c'est, en partie, de lui que parlait la mariée. Dès lors, que le marié embraye n'était rien que de très normal. Sous sa carapace de maîtrise et de réponse, cette fois, bien pesée, le jeune homme se reprochait encore et encore son attitude. N'aurait-il pas, au fond, mieux fait de rester en son couvent?


---

- Elle est ma sœur. Tu n'aimes pas ta famille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skip Lo Casalièr
Vassal des Sìarr
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 34
Localisation : Languedoc
Réputation : 0
Points : 43
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Ven 17 Oct - 15:20

Et l'échange continue! L'un est curieux, l'autre répond du tac au tac, le tout en Latin. Comme si personne tout autour ne pouvait comprendre le latin! Skip ne l'a pas juste appris, il le maîtrise à perfection depuis l'âge de 6 ans. Ariana et Arthur, juste à côté et en face du couple, sont des religieux. Il reste qui? Olivièr n'a peut-être pas entendu, mais lui aussi comprendrait très bien. Constance aussi probablement, sans en être certain. En fait... quel noble ne comprend pas le latin? Ils sont rare ceux là et l'échange, la tension entre les deux hommes, la curiosité de son fils et la réponse, qu'on sent peut franche... , tout ça fini de mettre à mal la patience de Skip. Patience qui, si on le connait bien, à certaine limites.

Les enfants, cessez votre manège de suite. Tous!

Ceci avait été dit du ton autoritaire du père qu'il est. Il a peu confiance que son fils soit atteint par le ton, mais il y a de forte chance que ceux proches, dont ils sont probablement les seuls à avoir bien compris ce que Skip a laissé glisser entre ses dents, ait au moins compris le message. Net, claire! Si ça continue, il interdira l'accès à la chapelle à tous hormis les officiants et le couple.

Soyez heureux! Bordel!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tempérance
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 6
Réputation : 1
Points : 7
Date d'inscription : 10/10/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Ven 17 Oct - 15:32

Quel noble ne comprend pas le latin ? Tempérance.
Tempérance, fils de Ducs, petite-fille de Ducs et d'un archevêque, arrière-petite-fille de rois, a ce défaut d'avoir boudé les précepteurs, et ne lit, n'écrit ni ne parle le latin. On a bien essayé de le lui apprendre, et puis on a fini par comprendre qu'il y avait des priorités, pour sa survie dans le Monde ; trop cancre, trop peu assidue, on l'avait vide redirigée vers l'essentiel, le français. Et encore, c'était avec difficulté et fautes qu'elle l'écrivait, et en prenant son temps qu'elle le lisait.

Elle n'a pas compris ce que lui a dit Chauconin ; mais il ne l'aura pas dit en vain. Adelphe a vraisemblablement compris, et Adelphe sort les crocs. Ah, Adelphe ! L'Adelphe qu'elle connaît, l'homme en guerre contre tous ! Voilà l'homme qu'elle connaît, voilà celui qu'elle aime, auquel elle sait tour à tour tenir tête et apporter douceur et réconfort (chaste, faut-il le dire ?). Voilà le vassal qu'elle avait voulu.
Pourtant, malgré cette petite chaleur à l'estomac, elle ne peut se réjouir aujourd'hui d'avoir retrouvé son Adelphe. C'est bien le dernier jour qu'elle aurait choisi pour la renaissance du caractère romarimontain.

Outre le latin, il y a une chose que l'Amilly n'a pas comprise, le "tous" de Skip. Tous, qui était-ce ? Était-elle incluse, pour avoir été destinataire des premiers mots latins de Chauconin ? Ou n'était-ce que les deux hommes, les deux jeunes coqs, frère et promis de la mariée ? Elle pinça les lèvres, peu habituée à se faire reprendre par des vieillards ; de manière générale, elle n'a jamais été très en phase avec l'autorité, comme son éducation en témoigne...


Pfff... Souffla-t-elle. Elle regarda les gens de Vinassan et les autres invités. C'était déjà assez que les garçons échangent quelques mots, mais le latin, c'est discret, c'est pas vraiment compris de tous. Là, l'injonction de pépé Skip, c'est infantiliser un homme sur le point de se marier et un autre prêt à rejoindre les ordres ; comment ne pas le voir comme une insulte ? C'est lâcher les laisses de deux chiens qui tout au plus grognaient en montrant les crocs ; c'était beaucoup d'huile versée sur cette petite braise. Gare au retour de flamme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance Elyse DC
Visiteur


Nombre de messages : 5
Réputation : 0
Points : 5
Date d'inscription : 06/10/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Ven 17 Oct - 15:49

Quand j'ai vu que la cérémonie allait commencer, quand j'ai entendu Tonton Arthur appeler les gens à l'attention, je me suis approchée. Je voulais être proche de Tatie Linèta pour quand elle allait prendre la main de Amparaire. Je voulais être proche pour vivre la joie de l'instant avec eux deux, avec eux tous... Vous imaginez bien que je suis un peu déçue des événements.

Commençons par le début.

Quand je me suis approchée, rapidement Tatie Linèta m'a mise son bouquet dans les mains. Ce n'est pas tant une responsabilité plus grande que je ressent plutôt qu'un honneur immense. C'est moi, parmi toutes celles présentes, qui ai l'honneur de tenir le bouquet de la mariée! C'est quelque chose d'important pour moi, surtout que c'est MA Tatie à moi. C'est ma mairina.

L'échange entre le frère de Tatie et le miens ne me passe pas inaperçue. Surtout que c'est en latin et que je suis aussitôt plus attentive, voulant le pratiquer le plus souvent possible. Mais l'échange ne concerne pas vraiment le couple, c'est surtout dérangeant, déplacé je dirais. C'est, en tout cas, un énorme manque de respect pour le Très-Haut que d'interrompre ainsi la cérémonie.

J'en suis encore toute chamboulée!

Intérieurement, je demande pardon au Très-Haut pour les interruptions juste avant d'entendre les voix de Papas. Je ne les ai pas souvent entendue parler ainsi et ce n'était heureusement jamais pour nous. Là, ça nous concerne et, étrangement, ça me fait un peu froid dans le dos.

Papas sont fâchés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelphe
Parcheminier
avatar

Nombre de messages : 40
Réputation : 1
Points : 43
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Ven 17 Oct - 16:56

Ricanement qui le prend en entendant la réponse de son frère. Et lui aussi répond du tac au tac.

Soror non habeo.*

Son père vient d'entrer dans la guerre, arme au poing, mais il s'en fout. Ce qu'il vient d'asséner est vrai pour lui. Non, il n'a pas de sœur. Un frère et pas autre chose. Les autres ne sont rien, que des insectes dont l'utilité reste à prouver. Son père, donc, n'a pas fini de menacer, si bien qu'en le poussant un peu, il explosera peut-être. Oui et alors ?

Yeux plissés rivés sur son adversaire et il lui sourit, d'un sourire mauvais qu'on réserve aux pauvres niais.


Stultusne existimo ? Non ut fratris diligis.**

S'arrêter, oh oui, s'arrêter là, maintenant pour ne pas risquer de sauter sur le frère, de lui caresser la gorge de son épée, de lui enfoncer une dague dans le ventre et de s'amuser à le voir pisser le sang, là juste devant cette chapelle, aux pieds de sa putain de sœur !

Respiration qui s’accélère comme pour préparer son attaque, yeux qui virent à la folie, et main qui cherche la garde de sa belle épée. Mais regard qui s'étonne et laisse l'ennemi sans surveillance un bref instant. Il  ne porte pas d'épée aujourd'hui, pour lui faire honneur à elle. Celle à qui il avait choisi un gage d'amour si parlant. Quel con il a été ! Le frère a peut-être raison, il n'est qu'un imbécile à qui elle a presque réussi à couper les couilles. Il voulait l'aimer, lui faire plaisir pour leur mariage, que la paix soit signée. Pauvre fou, imbécile, eunuque !

Tête qu'il tourne vers son père. Regards émeraudes qui s'affrontent. Il n'y a plus que lui pour le retenir, il n'a pas à parler, son père saura. Et s'il ne bougeait pas, il a déjà repéré une épée, là bas, au côté de son frère. Quelques pas, et c'est à lui qu'elle sera !




* Je n'ai pas de sœur.
**Tu me prends pour un imbécile ? Tu ne l'aimes pas comme un frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skip Lo Casalièr
Vassal des Sìarr
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 34
Localisation : Languedoc
Réputation : 0
Points : 43
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Ven 17 Oct - 17:26

Le regard de son fils est plus qu'évocateur. Décidément, se regard émeraude, luisant d'une lumière intérieur, violente, est une caractéristique chez les Casalièr que personne ne pourra jamais comprendre. "S'escrimir ta la vivença!" Et là, il faut se battre! Mais pas comme on l'imagine. C'est avec les yeux apaisant que Skip fixe son fils. D'une main ferme, mais compréhensive, il appuie sur l'épaule de son enfant. De son fils...

Intérieurement, il aurait envie de dire à Adelphe que oui, il a une sœur, qu'il a toute une famille prêt à tout instant pour lui, mais ce n'est pas le moment. Il doit arrêter les frais et maintenant. Comment devrait-il agir? Comment doit-il s'y prendre pour que les deux hommes cesse immédiatement de s'affronter ainsi?


Pax!

Soyez heureux bordel!

Mais il doute que ce soit suffisant. Dans un excellent latin (que j'ai la flemme d'écrire, donc ce sera en français!), Skip s'exprime en regardant les deux hommes tour à tour.


Vous aurez tous le temps nécessaire pour vous affrontez après le mariage. Guillaume, si vous avez une raison de vous opposer à ce mariage, dite le maintenant avant qu'on ne continue. Autrement, je vous prierais de laisser Frère Arthur continuer son office. Suis-je bien claire maintenant?

Il se tourne ensuite vers Adelphe et Aimelina. Dans un murmure, son seul souhait s'échappe:

Fuchez bénache!

_________
"Soyez heureux" en Chti de là où viens Skip!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelina
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 219
Réputation : 3
Points : 250
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Ven 17 Oct - 17:34

Le latin, elle le comprenait, comme un débutant comprend une langue, sans oser la parler lui-même. Aimelina, sidérée, se tourna vers sa sœur... vers Arthur, vers Jayzabelle... vers Ariana, vers Constance au visage tout intimidé, dont Adelphe venait de nier qu'elle lui fût soeur ; douloureuse calomnie pour une si pure fille... vers Jehanne Elissa... vers Perrinne. Rien de tout cela ne serait arrivé si elle avait épousé Arutha. Ou Germain. Pauvre Germain. Elle en voulait à Adelphe. Adelphe se laisse toujours distraire ; Adelphe adore se battre, il préfère entendre ce qui ne va pas que ce qui va, ça lui donne une occasion de gronder comme chien enragé. En un mot, Adelphe est paranoïaque et fier de lui. Adelphe a encore lu beaucoup plus loin qu'il n'aurait dû.

En vérité... Ce qu'il a lu est juste, elle le sait, Aimelina ; mais il l'a lu dans des mots qui, eux, n'en trahissaient rien. Sa déduction, fondée sur une erreur et sur sa volonté profonde de croire le monde contre lui, n'en est pas moins juste.

Cristòl était là, avec la Vicomtesse Rozenn... la vue de son fils donna à la petite fleur de lin la volonté nécessaire pour, elle aussi, entrer dans la danse. Alors, comme toujours lorsqu'on manipule la vérité, elle le fit avec précaution, car c'est une lame sans pommeau : elle peut blesser de n'importe quel côté.


Messieurs, merci de penser à moi.
Il est bien vrai que l'amour nous rassemble. Guilhem, tu sais bien que je t'aime.
Skip, vous m'êtes précieux et je vous aime aussi, comme un oncle ; mais nous ne sommes plus des pichònes, vos enfants ont grandi et bientôt votre fils sera votre suzerain. Laissez-nous, nous ferons votre fierté.
Et pour cela, il faut nous laisser vous le prouver, apprendre à prendre du recul. Vous ne pourrez pas toujours être là ; ces deux-là vous survivront, autant prouver que je n'ai besoin de personne pour les tenir.

Adelphe, nous avons traversé bien des épreuves, et malgré votre ferme intention de croire que je dis des boniments, je vous aime. J'aime Cristòl. Et vous l'aimez. Alors...

Elle se tourna vers Arthur et haussa la voix, voulant la porter sur tout le parvis, sous le soleil doux d'octobre :

Pardon mon frère, mais je vous devance.

Je veux prendre cet homme, Adelphe Casalièr, pour époux, dans la sainteté et la confiance, et vivre avec lui l'amour de chaque jour.
Je veux que mon bonheur soit lié au sien et donner à tous ceux qui nous verront un signe visible de l'amitié aristotélicienne du Très Haut.


Ses jeux s'étaient enflammées d'ardeur, de colère, de défi. Ne crois pas que tu vas t'en tirer avec une bagarre, Adelphe, et ensuite me reprocher l'inaboutissement de la cérémonie, bien caché derrière le fait que tu avais prononcé tes vœux. Non, ça ne marche pas comme cela. Maintenant, nous sommes tous les deux dans le même bateau, j'ai redressé la barre ; et si tu ne veux pas rentrer dans cette chapelle, tu en seras le seul coupable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArianaAnthea Del Casalièr
Vassal des Sìarr
avatar

Nombre de messages : 26
Réputation : 1
Points : 29
Date d'inscription : 03/02/2012

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Ven 17 Oct - 21:49

Jusque là, elle n'avait pas prêté réellement attention à tout ce qui se passait pourtant juste devant elle. Elle était occupée à bien autre chose, elle avisait son tendre époux.

En effet, depuis qu'il lui avait souri, elle avait été incapable de quitter son regard mousse qu'elle aimait tant. Elle s'y noyait donc, bien que depuis son sourire il ne la regardait plus, et souriait comme une bienheureuse en repensant à leurs propres noces si lointaines et pourtant si proches pour elle. Ce moment merveilleux, si plein d'émotions, de tendresse, et d'Amour réciproque...Elle soupire, nostalgique, puis reprend tout de même le fil de la cérémonie. Et c'est donc là, qu'elle réalise que quelque chose ne va pas.

Elle s’efforce à une concentration difficile puisque, sans prévenir, les langues changeaient comme une puce saute sur un chien, et enfin elle arrive à entr'apercevoir quelque chose.

Elle blêmit un peu, réalisant après tout le monde sans doute, que le fiancé et le frère semblaient près à en découdre. Elle aperçoit, aussi, le regard d'Adelphe vers son père puis le dit père commençait à se fâcher.

Elle regarde tour à tour les protagonistes de ce qui semble approcher à grand pas, et supplie le Très-Haut de ne pas gâcher ce moment qui aurait du être si beau.

Peine perdue, lorsqu'elle entend les mots que prononce sa Suzeraine et qui risquent de tout relancer. Demander au père de se taire, tancer le fiancé en le rabaissant, et dire au frère qu'on l'aime.

Elle avise à nouveau son Ange, avec pour seule pensée qu'il comprendra sans doute sans qu'elle ait à l'énoncer "Seigneur, qu'avons nous fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arthurcano_d_alveirny
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 12
Localisation : Bayeux
Réputation : 0
Points : 12
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Sam 18 Oct - 1:17

Mariage d’Amour ou de raison ? Mariage forcé ou non ? Arthur avait était surpris de la prise du parole du futur époux. L’émotion sans doute de l’instant auquel chacun ne réagissait pas de la même manière. Il en avait vu des hommes verser chaude larmes au Oui des vœux, vu quelques uns d’une timidité affligeante ou maladive, crier leur amour au point d’en presque percer les tympans d’Arthur. D’autres parfois glousser comme des pintades Ouiiiiii Ouiiiiii… Mais là il ne saurait dire pour l’heure quel était le sentiment qui envahissait le cœur de l’homme.

Les vœux furent cependant prononcés par l'époux au devant de la foule et Arthur dirigea ensuite son regard sur la Lineta avant de reprendre parole.


Soeur Aimelina....

Mais ses mots s’arrêtèrent là quand Aimelina demanda le pardon à prendre parole devançant les propres mots d'Arthur... Son regard était à la fois empli d'une certain colère quand à celui d'Arthur celui d'une certaine déception... N'allait il pas assez vite pour que chacun puisse agir et parler ? Son questionnement s'arrêta là alors que la scène qui se jouait devant lui semblait confirmer son impression d'un mariage de raison et non d'amour. D'amour... A quoi bon se marier si cela n'est que de raison... Pour bien d'autres raisons que le Très Haut réprouverait...

Devançant le frère Arthur la Lineta fit dès lors ses voeux...

Les mots dits avant cela pouvaient laisser paraître quelques malaises dans l'assistance, un regard à Ariana, croisant celui de son épouse auprès duquel il cherchait un soutien en cet instant... Fallait il continuer la cérémonie ? Il reposa ses Emeraudes sur Aimelina... et décida de poursuivre et de les inviter à venir en l'antre de la Sainte Chapelle.


Ma soeur, mon frère,

A la foule qui assistait ainsi à la scène...

A tous qui avaient pu entendre les voeux des futurs époux sur le parvis de la Ste Chapelle...

Reposant ses yeux sur Adelphe, un froncement de sourcil qui voulait dire, il serait temps de vous calmer ce n'est ni le lieu ni l'endroit de pareille démonstration... Mais Arthur ne connaissait sans doute pas suffisamment ce qui pouvait endurer les âmes de chacun devant lui...

Je vous invite à entrer et prendre place en la chapelle... De place il n'y aura pas assez pour tous que les témoins et la famille entrent pour assister à la suite de la cérémonie...

Arthur de poser ensuite son regard du bienveillant sur la dame du Lys qu’elle portait de mémoire sur son scel. Sa mémoire étant celle d’un poisson rouge, il était fort possible qu’il se trompe en même temps mais pas complètement sans doute car c’est suite à cette discussion héraldique avec Aimelina qu’il avait fait le choix de faire sceller une pivoine. Puis de reprendre parole...

Allons mes enfants vers votre destinée...

Quelle soit de coeur ou de raison... Pensa t il...

Glissant sa main dans celle de son épouse, ils entrèrent les premiers dans la chapelle, laissant son épouse prendre place pendant que lui allait se placer derrière l'autel attendant que chacun prenne place et de débuter la cérémonie par le Confiteor... Le prière du pardon pourrait alors sans doute prendre sa juste valeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perrinne
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 9
Réputation : 0
Points : 9
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Dim 19 Oct - 20:29

Les vœux commencent, certains s'étant avancés, d'autres restés à leur place. Son regard se posa sur un enfant dont l'âge ne pouvait qu'être celui de son filleul. Un doute un leger moment, quelques souvenirs, c'est bien lui. Elle observe son manège avec une femme dont le visage lui évoque un vague souvenir, lointain, heraldique sûrement, mais sur lequel elle ne met pas de nom. Cependant l'accent chantant de l'enfant lui parvient tandis qu'il s'avance vers sa famille, traînant derriere lui la future parturiente. Parle t il francais ? Normand ?

Son attention est alors attiree par un échange sec, tendu, qui si elle n'en entends pas le propos, grinçant, a demi-voix, trop distant pour en entendre les syllabes. Du latin semblerait il. Langue qu'elle n'entends pas. Batarde formée a l'heraldique certes, mais moins aux arts de la noblesse hors ceux qu'elle a appris d'elle même. Certes, elle parle son normand natal, un peu de breton, des langues plus nordiques héritées de son viking de pere, pas le latin.
A ce moment, ses prunelles croisent celles de Aimelina. Elle en devient blême. La tension est présenté entre le futur époux et un homme qu'elle ne connaît pas. L'histoire se reproduirait-elle ? N'y avait il donc pas eu assez de duel autour de lineta, de cristol. Non.... Pas maintenant !
Son bras se resserre sur Vinkolat, son regard volé à nouveau vers Cristol, revient à la languedocienne qu prononce ses voeux, scellant son destin. Son visage se tends, se détends.

L'officiant les invite alors. Est elle témoin ? Pas dans son souvenir. Famille ? Non.
Elle attendra donc dehors.
Regard a Vic qui semble prête à bondir. Toujours les fourmis ? Voilà l'occasion de vérifier ca. Ou d'allaiter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelina
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 219
Réputation : 3
Points : 250
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Lun 20 Oct - 10:55

Planmercé, fraire Arthur.

Ce n'était pas ainsi qu'elle avait rêvé son mariage, mais enfin, le plus dur était passé. Bien que tendus, les protagonistes n'avaient plus le choix... Ce ne serait pas liesse, mais ce serait une noce.
Pourtant, aux propos de l'officiant, elle se tourna un instant vers la foule :


Faute de place, la populace devra attendre ici la sortie de l'office et l'aumône qui sera distribuée par la vicomtesse des Arzeliers.
Tous nos invités peuvent rentrer témoigner de notre engagement devant le Très Haut, bien entendu.


Elle adressa un regard à Adelphe, qu'elle tâcha de rendre confiant, serein - heureux, elle ne le pouvait pas encore. Elle lâcha doucement son bras, non comme quelqu'un qui se dérobe, mais avec d'infinies précautions, comme pour dire : "Je le laisse là en suspens, attendez-moi, je reviens le prendre". Elle fit quelques pas pour fendre la foule, vers Perrinne, et lui dit :

Vous n'étiez pas au contrat de mariage, alors c'est vous que j'ai choisi pour témoigner de mon engagement aujourd'hui. Vous acceptez, n'est-ce pas ?

Du Linèta tout craché, ça. De la dernière minute, du "Mais tiens c'est vrai que j'ai oublié de lui en parler".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl de St-André
Visiteur


Nombre de messages : 6
Réputation : 0
Points : 6
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Lun 20 Oct - 13:28

J'ai aucune réponse du garçon plus grand que moi, mais plus petit que Papà. Ça me dépite un peu et je perds de mon attention pour la grosse dame. Je saurai bien pourquoi elle est grosse un autre jour. Là, je suis attiré par quelque chose qui me trouble un peu.

Sur le parvis, c'est bien ça hein? Un parvis? Bref, là-bas, j'entends Pepin et Papà parler. Je ne comprends rien à rien. Et Mamà qui s'en mêle aussi sans que je sois capable de bien comprendre. Tout le monde parle trop vite pour que je sois capable de me concentrer. Par contre, je comprends que quelque chose ne va pas.

Sont fâchés! Et pas qu'un peu on dirait. C'est étrange. J'ai jamais vu Pepin fâché et Papà, si je l'ai déjà vu comme ça, ça ne m'est jamais apparu étrange. Là, je ne comprends pas et j'aime pas ne pas comprendre.

Quand Mamà s'adresse à tout le monde, ça je le comprends, moi je m'avance vers Papà et je lui prends la main en tirant un peu pour qu'il me regarde. Les sourcils froncés et la voix un peu basse, je demande doucement:


Perqué toi e Mamà sont fâché? Le... mariage? Faut pas être fâché Papà. Tu va être heureux avec Mamà. Pis moi. Ieu est content que toi sois mon Papà et que Mamà soit ma Mamà à moi. Content toi aussi, pas?

Bon, c'est pas évident de parler comme Papà, mais j'ai fait un gros gros effort là. Je lui souris pour l'encourager à me répondre. Je lui tiens toujours la main. Ma petite main semble encore plus petite dans celle de Papà et ça me fait toujours sourire ça. Mais là, j'aimerais savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perrinne
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 9
Réputation : 0
Points : 9
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   Lun 20 Oct - 13:52

1, 2, 3... surprise !
La soeur de coeur, dont le coeur s'est éloigné, s'est approchée alors qu'ils allaient tous entrer. La demande n'est pas banale, la ferait presque hésiter.
Puis lui viennent en tete Yolanda et Aimelina à l'herauderie. La hardiesse des demoiselles quand elle-meme était le sérieux implacable alors que très peu les distinguait.
Le sens de l'a propos des demoiselles l'avait souvent amusée. Souvenir qui leve un franc sourire, un signe de tete.
"N'est ce pas". Comme si la cause était entendue...
Mais à ce mariage vient un contrat. Contrat qui engage Cristol également. Alors oui, elle viendra donc témoigner. A défaut d'une mere qui ne se confie plus, une relation est à établir avec cet enfant. Vinkolat n'aurait pas été dans ses bras, elle aurait approché le gamin, lui aurait parlé et l'aurait invité à venir témoigner lui aussi, pour sa mère, pour son père.


Oui, je l'accepte. Osez vous dédire ensuite et subir mon courroux.


Elle tente le regard menaçant, mais le regard était trop vif, rieur.

Et puis finalement, elle se tourne vers Victoire, lui tend le petit blond bien endormi.


Tu ne le perds pas ? Promis ?

Et tu me l'apportes s'il a faim, mais ca elle ne le dit pas trop fort.
Alors oui, elle se rapproche. Du couple, de Cristol.
S'agenouille pour etre à la hauteur de l'enfant, se mettre à son niveau.


Bonjorn toi, je suis Perrinne, ta mairina à toi aussi. Je parle comme ton papa. Mais tu dois pouvoir me comprendre. Viens avec moi dans la chapelle, tes parents devront nous y rejoindre s'ils ne veulent pas te faire pleurer, et ca, c'est une certitude que tu peux avoir : ils veulent que tu sois aussi heureux que possible. S'ils font du bruit, c'est possible, ca finira par s'arreter. Ils sont comme les serins. Tu as déjà vu ces oiseaux colorés ?

Resterait au père à répondre aux questions du fils, ou inviter ce dernier à suivre la normande. A quoi bon inquiéter l'enfant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Noces d'A&A - 9 octobre 1462
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soirée du vendredi 15 Octobre 2010
» [ED10] [Defis journée 6] Nice - Basse-Normandie le 13 Octobre
» Soirée du Vendredi 22 Octobre 2010
» [Nantes] Tournoi Mêlée le Jeudi 28 Octobre 2010
» Soirée du Vendredi 29 Octobre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de France, donjon de Saint-Félix :: Domèni de la Mainada de Síarr - Domaines de la Maison de Síarr :: Baroniá de Sant Fèliç - Baronnie de Saint-Félix ::  Podestadiu de Vinassan (Seigneurie de Vinassan)-
Sauter vers: