Ici sont conservés les registres des maires & conseils des provinces francophones
Toutes les informations consignées sur ce forum s'inscrivent dans un cadre fictif et ludique. Les ressemblances avec la vraie vie sont fortuites.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Minimoi

Aller en bas 
AuteurMessage
Jehan le Poilu
Archiviste
avatar

Nombre de messages : 154
Localisation : Limoges
Réputation : 0
Points : 242
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Minimoi   Ven 6 Juil - 19:46

Procès de Minimoi



Dernière édition par Jehan le Poilu le Ven 6 Juil - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehan le Poilu
Archiviste
avatar

Nombre de messages : 154
Localisation : Limoges
Réputation : 0
Points : 242
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Re: Minimoi   Ven 6 Juil - 19:46

    Comté du Limousin et de la Marche

    Procès pour trouble à l'ordre public

    En date du mois de juillet 1460

    Procès instruit le 17 mai 1460
    Verdict rendu le 1er juillet 1460


    Nom de l'accusé: Minimoi

    Procureur: Merwyn puis Mahelya
    Juge: Elisa.


Acte d’accusation
Citation :
*Suite au dépôt de plainte la brune fiat un résumé des courriers joints au dossier.*

Sieur Minimoi, en ce jour du 17 mai 1460 et sous l'autorité du juge sieur Sirebalian vous êtes ici pour répondre de votre présence sur terre du Limousin malgré le décret comtal suivant:

Citation: Au bon peuple Limousin et Marchois,


Afin que vérité et entendement, connaissance soient vôtre,
suit la présente déclaration :


-Parce que la province du Berry a refusé de nous porter assistance lors de la prise de Guéret, nous avons dû, afin de protéger nos terres, refouler les ressortissants berrichons par la mise en place du décret datant du 6 mars 1460.

Parce qu'hier, le prévot poitevin, le dénommé Theudrik, a refusé le droit à nos ressortissants Limousins de traverser les terres poitevines, tentant par là un odieux chantage afin que nous obliger à laisser passer des marchands ambulants berrichons, alors même qu'il connait l'interdiction qui frappe ces derniers,

Parce qu'après deux courriers envoyés à la comtesse poitevine, qui n'ont reçu aucune réponse de sa main, ce malgré notre grande patience, nous laissant penser à une fin de non recevoir,
nous allons de même fermer dès ce jour nos frontières aux ressortissants poitevins.

Que chacun de vous se tienne prêt, armez votre bras, faites vous connaître pour venir grossir les rangs des défenses Limousines et Marchoises, qu'il soit su que jamais le Limousin et Marche ne cèdera la moindre parcelle de volonté à ces provinces qui s'imaginent pouvoir lui dicter sa conduite.

Que les ressortissants berrichons et poitevins rebroussent ce jour chemin et retournent dans leurs provinces respectives, leur progression sur le sol Limousin et Marchois leur est désormais défendue et sera punie par les armes si folie les prenait de vouloir malgré tout persister dans leur entreprise.
Nos armées feront en sorte que cela soit.

Nous estimons que lesdits concernés sont à présent prévenus.


Fait à Limoges, le 24 mars de l'an de grâce 1460.

Je verse au dossier les différents courriers que vous avez échangé avec dame Victoire.

À Sieur Minimoi

Limoges, Le 13 mai 1460

Bonjour Sieur Minimoi

Je me présente Victoire, Lieutenant de la maréchaussée de Limoges.

Suite à l�annonce de notre Comtesse, annonce publiée en gargote et dont je vous joins une copie, nos frontières sont fermées à tous les ressortissants du Poitou.

Vous êtes donc prié de quitter notre Comté dans les 24 heures.

Mes salutations,

Victoire.

 

Citation: Au bon peuple Limousin et Marchois,


Afin que vérité et entendement, connaissance soient vôtre,
suit la présente déclaration :


-Parce que la province du Berry a refusé de nous porter assistance lors de la prise de Guéret, nous avons dû, afin de protéger nos terres, refouler les ressortissants berrichons par la mise en place du décret datant du 6 mars 1460.

Parce qu'hier, le prévot poitevin, le dénommé Theudrik, a refusé le droit à nos ressortissants Limousins de traverser les terres poitevines, tentant par là un odieux chantage afin que nous obliger à laisser passer des marchands ambulants berrichons, alors même qu'il connait l'interdiction qui frappe ces derniers,

Parce qu'après deux courriers envoyés à la comtesse poitevine, qui n'ont reçu aucune réponse de sa main, ce malgré notre grande patience, nous laissant penser à une fin de non recevoir,
nous allons de même fermer dès ce jour nos frontières aux ressortissants poitevins.

Que chacun de vous se tienne prêt, armez votre bras, faites vous connaître pour venir grossir les rangs des défenses Limousines et Marchoises, qu'il soit su que jamais le Limousin et Marche ne cèdera la moindre parcelle de volonté à ces provinces qui s'imaginent pouvoir lui dicter sa conduite.

Que les ressortissants berrichons et poitevins rebroussent ce jour chemin et retournent dans leurs provinces respectives, leur progression sur le sol Limousin et Marchois leur est désormais défendue et sera punie par les armes si folie les prenait de vouloir malgré tout persister dans leur entreprise.
Nos armées feront en sorte que cela soit.

Nous estimons que lesdits concernés sont à présent prévenus.


Fait à Limoges, le 24 mars de l'an de grâce 1460

Pour le peuple,
Pour le conseil.





Réponse envoyée par le prévenu :

Citation:


Expéditeur : Minimoi
Date d'envoi : 13/05/2012 - 19:13:27
Titre : Re: Demande de quitter le Limousin
Au lieu de déblatérer bêtement des stupidités, il vous arrive de réfléchir? Comment pourrais-je quitter le Limousin en 24h depuis Limoges, alors que j'ai été brigandé il y a quelques jours? J'irais à Tulle, j'y prendrais une pause d'1 journée pour acheter quelques vivres, puis sortirais avec joie de votre comté où l'hospitalité n'est qu'un mot, même envers un troubadour sans attaches ni contrée d'origine et sa femme enceinte jusqu'au cou. Comptez sur moi pour encourager tout le monde à éviter votre comté, pour ne jamais y remettre les pieds par principe et que pour les fruits de ma sueur n'y soient jamais récoltés!

Ne vous saluant pas. Minimoi, qui en a marre de réexpliquer à des responsables de mauvaise foi.

Citation:


Je pensais les troubadours avoir plus de finesse d�esprit, et je suis même étonnée que vous ne m�ayez pas répondu en vers.
Il va de soi que la politesse ne vous étouffe pas, ni même le respect des lois qui sont instaurées, et, dans votre cas, j�aurais réfléchi à deux fois avant de me répondre de cette manière.
Nulle trace de dossier de brigandage à votre nom, par contre, depuis le 3 mai, votre présence est illégale en nos terres.
Votre qualité de « troubadour » ne fait pas de vous un apatride, vous êtes un Poitevin, c�est-ce que l�on retient.


Je ne vous salue pas.

Victoire.

Citation:


Expéditeur : Minimoi
Date d'envoi : 14/05/2012 - 04:05:44
Titre : Re: Re: Re: Demande de quitter le Limousin
Elle fait justement de moi un apatride dame, c'est ce que je vous dis,
Vous êtes déjà la troisième à venir me dire de partir comme si
J'étais pour ce duché un danger mortel, définitif et effroyable
Ce qui explique qu'à force de réexpliquer je sois moins aimable
J'ai signalé mon brigandage qui n'était pas de ce duché
M'a-t-on répondu avec une incroyable amabilité
J'ai donc décidé de passer outre ce manque d'hospitalité
De malgré tout continuer jusqu'au prochain duché
De prendre quelques jours pour me remettre et survivre
J'aime autant désormais ne pas attendre le givre
Alors je repars, je continue, et je ressors du duché
En passant par Limoges et Tulle, c'est décidé.

Vous vouliez une réponse en vers, vous l'avez.
Allez-vous me laisser voyager tranquillement désormais
Ou avez-vous décidé de m'insupporter plus longtemps
Puisque c'est votre loisir visiblement?

Oh et apprenez qu'un troubadour n'est pas poli
Il ne se gêne pas et ce qu'il pense il le dit
C'est le principe d'un troubadour
Et ce partout et depuis toujours.

Minimoi.

Si j'ai bien compris votre situation vous vous tenez pour apatride en tant que troubadour.
Le texte stipule s'adresser au ressortissant qui sont par définition des personne originaire d'un pays en l�occurrence le Poitou.
Qu'ils s'en sentent sujet ou non.
Si aucune trace de rapport de police suite a votre brigandage n'existe c'est parce qu'il as eu lieu en dehors des frontières de notre comté a vous entendre.
Ceci voudrais dire que vous avez, depuis l'entrée en effet dudit décret traversé la frontière dans un sens comme dans l'autre.
Contrevenant et récidiviste donc.
Vous refusez d'obtempérer aux injonctions de la lieutenant de police, ne montrant même pas la bonne volonté de vous mettre en route même si cela ne vous permet pas de quitter le comté durant le temps imparti.

Quand a la politesse, elle est l'expression de l'éducation que vous ont donné vos parents.
C'est eux que vous couvrez d'opprobre en la refusant.

J'appelle dame Victoire a venir déposer a la barre.
Puis je serais curieuse d'entendre votre version.

Première plaidoirie de la défense
Citation :
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.

Réquisitoire de l’accusation
Citation :
* La petite Étincelle trimballait avec elle tous les dossiers en cours afin de ne pas en oublier un seul, c'est donc à grand renfort de bruit qu'elle annonçait son arrivée, et cette fois-ci ne fit pas exception... Les joues rougissantes, elle prit bien vite place devant le petit pupitre qui était réservé à sa fonction. Un raclement de gorge plus tard elle commença son réquisitoire. *

- Bien le Bonjour, Messire Juge, Témoin, accus... Ah bah non l'accusé n'est point là. Et bien j'ai bien peur que le silence de l'accusé ne joue en sa défaveur.
Je me présente, Marie-Amélya, dite Mahelya et je remplace Dame Merwyn à la procure. J'ai pris connaissance des pièces du dossier opposant Messire Minimoi au Comté du Limousin et Marche, accusé d'avoir enfreint le décret Comtal par sa seule présence sur nos Terres.
Au regard des pièces versées au dossier, du témoignage apporté par Dame Victoire, Monsieur le Juge, je requiert une peine de prison de deux jours, ainsi qu'une amende de 10 écus, pour couvrir les frais que cette audience a engendré et à laquelle il n'a pas daigné se présenter.

* Et la jeune fille de s'assoir en silence en attendant le verdict du Juge *

Dernière plaidoirie de la défense
Citation :
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.

Témoin n°1 de l’accusation :
Citation :
L'accusation a appelé Victoire_ à la barre

*Victoire avait écouté l�acte d�accusation et s�était avancée, non sans avoir salué les membres du corps judiciaire, lorsqu�on l�avait appelée à la barre.
Pour sûr, elle se souvenait parfaitement des termes du soi disant « troubadour » qui n�avait pas fait dans la dentelle�*

Le bonjour à tous.

D�après nos services de douanes, le Sieur Minimoi est arrivé le dimanche 13 mai au matin, nous nous devons dans ces cas envoyer un courrier à tous les étrangers, de plus s�ils sont Poitevin, leur demander de quitter le territoire suite au décret instauré et que vous avez pris le temps de nous lire.

Alors, effectivement, en tant que Lieutenant de police, j�ai envoyé un courrier à cet homme pour lui signaler qu�il devait quitter le Comté et vous avez pu constater sa réponse qui est fort désagréable, insultante et de mauvaise foi... bref !

J�ai répondu à cet homme, mais seulement après avoir fait mes recherches dans les différents bureaux de la Prévôté, et pu constater qu�il était arrivé à Rochechouart dix jours auparavant.

Etant en notre Comté depuis le 3 mai, il reconnaît dans son deuxième courrier avoir reçu trois lettres concernant le dit décret, il savait donc pertinemment qu�il était dans l�illégalité en nos terres.

Je n�ai rien de plus à rajouter.

*Elle salua l�assemblée avant de se retirer.*

Verdict
Citation :
*Venant s'installer à son tour après lecture des différentes preuves apportées au dossier*

Bien... Puisque l'accusée n'a voulu se rendre à son propre procès ayant tout de même eu la possibilité de s'y rendre, nous utiliserons pour preuve, les lettres écrites de sa main à la Dame Victoire.

Ces lettres contenant un aveu sur sa culpabilité. Nous sommes prête aujourd'hui à rendre notre verdict.

Ainsi,

Le premier juillet mil quatre cent soixante,
Nous, Elisa d'Oulvenne Malemort, Juge du Limousin et de la Marche,
Prononçons la culpabilité à l'encontre de Minimoi.
Sa peine sera deux écus d'amende. L'amende devra être réglée directement à notre huissier.

Peine
Citation :
Le prévenu a été condamné à une amende de 2 écus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Minimoi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de France, donjon de Saint-Félix :: Royaume de France - Région Centre :: Comtés du Limousin et de la Marche :: Judiciaire :: Archives des différents procès-
Sauter vers: