Ici sont conservés les registres des maires & conseils des provinces francophones
Toutes les informations consignées sur ce forum s'inscrivent dans un cadre fictif et ludique. Les ressemblances avec la vraie vie sont fortuites.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jehan de Proisy
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 9
Réputation : 0
Points : 11
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Ven 9 Avr - 19:53

Combien de temps avaient ils prié, ensemble, côte à côte sans mot dire mais en une muette communion...Nul ne pourrait le dire mais guère plus d'une heure cependant.
Les deux hommes étaient hors du temps, l'esprit tourné vers celui en qui ils croyaient quels que furent leurs actes leurs gestes compréhensibles ou non.

Certes chacun des deux avait choisi une voie...mais ils partageaient un même idéal de justice, de pureté bien que se sachant si imparfaits. Imperfection dont ils n'étaient pas totalement fautifs loin s'en faut...Ils essayaient juste d'être honnêtes mais que cela était difficile et semblait parsemé d'embuches de toutes sortes.

Le Fortunat fut le premier à être distrait. Sans doute n'avait il point atteint le détachement et le degré de ferveur de son parrain Hospitalier. L'attendrait il un jour seulement? Il ne savait...

Ce qui l'avait distrait était le bruit d'une voiture et d'une escorte puis des pas vers eux mais qui s'étaient dirigés vers le fond de la chapelle, sans doute la sacristie.

Jehan se releva et se signa regardant le Chevalier qui poursuivait ses prières hermétique à son entourage.

Discrètement et veillant à faire le moins de bruit possible il sortit et rejoignit Leello, son épouse qui attendait dehors. Celle-ci pu se rendre compte que son visage était apaisé comme lavé des tourments de ce monde. Tourments dont il avait eu largement sa part confronté qu'il était à œuvrer pour la cohésion de sa famille.

Jehan sourit à Leello.


Ma Mie ce moment de recueillement m'a fait énormément de bien. Est ce le lieu, la présence du Chevalier je ne saurais dire mais je suis bien c'est certain.

Il l'enlace et dépose un tendre baiser sur les lèvres de son aimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl
Baron de Saint-Félix
avatar

Nombre de messages : 311
Réputation : 0
Points : 121
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Sam 10 Avr - 6:05

Les paroles alentour glissaient sur le pavillon de son oreille, sans atteindre les profondeurs de sa pensée. Il se sentait environné de bruit, sans tout à fait saisir leur sens. Il ne le cherchait pas : c'était en lui-même qu'il cherchait un sens - un sens à sa vie, un sens à tout cela.

Il sentit son frère se mouvoir, et quitter lentement la chapelle ; mais plus que tout, ce fut le cri joyeux de sa fille qui l'arracha à sa fixité méditative.

Il remua lentement, engourdi. Ses yeux redevinrent mobiles et attentifs. Il releva la tête, sourit. Il se leva tout à fait, et se tourna face aux présents : toute petite assemblée, de ceux qui lui étaient le plus cher. Quelques mètres plus loin, à l'entrée de la chapelle, il voyait l'officiant dans ses beaux vêtements. Devant avançaient les jumelles Alanha. Derrière, dehors, il devinait la silhouette tout de courbes et de généreuse chair de Paula.

Alors qu'il prenait sa fille dans ses bras de Chevalier, et l'appuyait sur sa taille, il commença à entrevoir, plus qu'il ne l'avait trouvé dans la méditation, le sens de son choix.


-« Alors, ma petite Linèta... Tout va bientôt commencer ! »

_________________
Comte de Gévaudan, Baron d'Alaigne, Seigneur de Mireval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guilhem
Parcheminier
avatar

Nombre de messages : 32
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Dim 11 Avr - 0:54

Guilhem avait erré dans la campagne jusqu'à ce que la hauteur du Soleil lui indique qu'il était temps de retourner à la chapelle.
Il était dans une rue voisine lorsque les cloches se mirent à sonner. Il pressa le pas.

Arrivant sur le parvis, il reconnu Paula qui se tenait là.

Il s'approcha d'elle en souriant et dit sur le ton de la plaisanterie.


Je suis incorrigible, même en ce jour il faut que je me fasse désirer.
Comment vas-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Dim 11 Avr - 19:38

Visiblement, elle voulait pas parler. Ni même répondre à son offre. Soit. En même temps, il comprenait le Chauconin. Ca devait pas être facile, facile de savoir que répondre à son beau langage d'adulte. Parce que, il en était persuadé, il avait bien parlé et tout et tout, et même que ses maîtres de Champagne, ils auraient été bien contents de lui, s'ils l'avaient vu, et entendu. C'est donc plein d'une fierté, déplacée mais qu'importe, que Guillaume se cala un peu plus dans son siège. « Ouais mon gars, toi, tu sais parler. Et aux femmes en plus ». C'est dans cet état de perfection morale peu commune, vous en conviendrez, que se trouvait le garçonnet quand une nouvelle fille d'Eve s'approcha. C'est un gynécée ou quoi l'Oc ?

Sa sœur, en fait. Sa sœur si mal formée qu'il osait pas la regarder ailleurs que dans les yeux. Impossible pour lui de voir ce morceau de bras, cette chose informe qui défigurait sa sœur, qu'il aurait aimée, qu'il aurait voulue, si parfaite. Hélas, le bon dieu, ou les dés, allez savoir, vu qu'il est pas impossible que le vieux barbu de tout là-haut soit en fait un sacré joueur de Yathzee, en décidèrent autrement. Et c'est avec un demi-sœur, à maints égards, que s'était retrouvé le Chauconin.

Demi-sœur qui, pourtant, ne cessait de l'émerveiller. Si joyeuse, si enfant encore, alors que lui avait quitté, contraint et forcé, même s'il trouvait pas trop à y redire, cet âge pour celui des adultes. En avance sur les usages héraldiques, certes, mais un bâtard n'est-il pas, par essence, hors normes ? Notez qu'en bon sartrien avant l'heure, Guillaume comptait sérieusement l'être aussi par existence. Mais ceci sera une autre histoire, encore bien loin d'être écrite. Pour revenir à sa sœur, nous en étions donc au fait qu'il était heureux de la voir, elle qui souriait si souvent.

Et qui souriait encore au moment de le saluer plus courtoisement qu'oncques il ne fut salué.
« Monsieur mon frère ». Délicate petite enfant. À ce moment, ce qui lui sert de remparts autour de son cœur, Guillaume les sent craquer, exploser, voler en éclat. Peste soit du demi-bras, peste soit des convenances, peste soit de ce que nombre d'ignobles ignares ignominieux et ignorants (j'crois que là j'ai vidé le stock des consonances en ign-..., parce qu'ignifuge, j'avoue, je vois pas comment le caser...) qui verront dans cette malformation la punition du Divin. Pour lui, qu'importe la voie qu'il suivra, qu'importe les rencontres qu'il fera, sa sœur restera toujours une intouchable. Oh, rassurez-vous, pas comme dans le genre de celles qu'on rencontre en Inde, non, mais du genre de celles que nul pêché, nulle insulte, nulle critique ne pourra diminuer à ses yeux.

Pas de famille légitime, une mère qui est devenue un professeur plus qu'une maman, un père qu'il ne voit que pour la deuxième fois, une future belle-mère dont il ne sait que peu, hors qu'elle soit comtesse, alors, c'est à la quasi-manchote qu'il risque de s'accrocher. Et si en plus celle-ci est pas contraire...

D'ailleurs, en parlant d'elle, la voila embarquée par le chevalier des Pyrénées, aux premières loges pour la suite des événements. La suite des événements, justement, c'était l'arrivée du prélat. Ca avait pas l'air d'aller trop mal pour lui, à voir sa mise. Intéressant, ça, comme info. Et aussitôt classé dans la partie « à retenir » du cerveau du Chauconin. Bon, il avait pas compris pourquoi le dit évêque avait filé droit vers les portes sans les saluer, un point en moins sur l'échelle de l'estime de Guillaume, ça pardonne rien les gosses, mais c'était pas le plus important. A la question « C'est une bonne situation, ça, évêque ? », sans s'embarquer dans un monstrueux monologue, Guillaume aurait répondu, sans hésiter :
« Oui ».

Et puisque Renarde a pas l'air de vouloir reprendre la conversation, c'est sans remord que le bâtard de Sìarr porte son regard vers l'entrée. Il y voit pas grand'chose, notez bien. Déjà parce que c'est pas top de tourner le cou à quasi 180°, puis aussi parce que ce cornard de soleil avait décidé de s'inviter à la noce. Du coup, bonjour les éblouissements. Pouvait à peine voir une adulte, visiblement, à la hauteur à laquelle s'promenait sa chevelure qu'on risquait pas de louper, et une flopée de gosses. Bah, dites donc, c'est qu'ça se reproduit vite les Languedociens. Presque pire que des lapins. Bon, la grande, ça devait être la future vicomtesse des Fenouillèdes. Ca, c'était compréhensible. Mais les autres... Boarf, bonne question. Ptèt qu'elle a eu d'autres gosses avant d'se marier à papaaaaaaaaaaa, notez bien. D'façon, au final, lui, ça le concerne que peu. Il est pas prévu dans la ligne de l'héritage, comme le rappellent tout en subtilité les trois paires de testicules, brisure de batârdise en forme d'hommage à la vigueur paternelle. Alors, si plus tard la marmaille devait se battre pour la division des possessions, il les laisserait faire. Grand bien leur fasse. Lui, ça le regardait pas. Donc qu'y en ait un, quatre ou quarante-deux, ça changerait rien à son affaire. Ils viendraient même tous à crever qu'ça le rendrait pas plus légitime. Et encore faudrait-il qu'ils réussissent à tous survivre jusqu'à l'âge adulte, c'qui était pas gagné non plus, comme le lui avait rappelé, à corps défendant, doux euphémisme, le Martin qui avait eu un coup de chaud en ramenant les vaches, l'printemps passé. Hop, cané le gosse. Et perdu l'troupeau, aussi, qu'y en avait pas d'mandé plus pour tailler la route.

C'est séparé entre indifférence, il ignorait encore beaucoup de chose de la situation précise de sa sœur dans tout c'foutoir, il est vrai, et curiosité, parce que quand même, de nouveaux arrivés et la tronche de la future belle-doche, ça titillait son intérêt, que Guillaume regardait, le corps maintenant tout à fait tordu, la cohorte qui commençait à remonter l'allée centrale.


Dernière édition par Guillaume de Chauconin le Lun 12 Avr - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leello
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Localisation : Près de son amour
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Dim 11 Avr - 23:39

Leello avait attendu le retour de son époux, elle savait qu'il aurait besoin de retrouver son parrain.
Citation :
Ma Mie ce moment de recueillement m'a fait énormément de bien. Est ce le lieu, la présence du Chevalier je ne saurais dire mais je suis bien c'est certain.

Leello sourit à son époux, elle aurait pu prévoir mot pour mot ce qu'il venait de dire. Elle répondit à son baiser en lui prenant la main et en se serrant contre lui.


J'en suis certaine et heureuse mon coeur, vous devriez prendre le temps de vous visiter plus souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polstephie
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 27
Réputation : 0
Points : 22
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mar 13 Avr - 0:04

Elle avait à peine salué l'officiant qu'enfin son Frère arrivait. Comme toujours il plaisanta son retard, elle releva un instant le voile de dentelle espagnole noire qui lui couvrait le visage et elle l'embrassa tendrement sur les deux joues. Guilhem avait ce pouvoir sur elle de lui faire oublier un instant ses peines, ses fardeaux. Sans doute depuis ce moment où elle avait fait de lui son Frère, sans même lui demander. Elle lui répondit dans un souffle.

Je survis, comme tu le vois mon Cher Frère...

Tu sais... Tu pourras toujours te faire désirer en ce qui me concerne. Je t'aurais attendu le temps nécessaire, mais rien n'aurait pu nous faire commencer sans toi.

Tu me mènes à l'Autel s'il te plaît ?


Et elle lui tendit son bras afin qu'il s'en saisisse et lui fasse remonter la petite allée qui la mènerait vers la vie, vers la mort, vers le repentir et l'expiation. De sa main libre, elle rabattit le voile sur ses yeux.

Et dans cet esprit dérangé et pourtant lucide, les paroles s'inscrivaient maintenant. Pas à pas elle avançait, se rapprochait de son Démon, de son Sauveur. La Musique de leurs vies se mêlait à l'air ambiant le laissant presque électrique. Et les mots de ses pensées entonnèrent le chant dédié à l'amère Victoire.

"Il nous faut sceller nos promesses
Il nous faut céder à l'ivresse
Parfois s'ailer, se purifier
Ou se punir les poings liés

Vertu du vice et vice versa
Voici les clés de notre émoi
Un point d'équilibre et d'éole
Entre l'immobile et l'envol

Je veux t'entendre hurler Amen
Pour mieux célébrer notre hymen
Entre les plaisirs confondus
De nos pudeurs et de nos nus

Vertu du vice et vice versa
Il n'y aura pour toi et moi
Pas d'autre loi que celle-là

Ce soir
J'ai repris le droit
D'être épris de toi
Victoria
Ce soir tu t'es prise en toi
Victoria

Je veux m'enfermer avec toi
Et te sentir riche de moi
Pour m'anoblir ou me souiller
Te maudire ou te déifier

Il nous faut prendre par les armes
Ce qui n'émeut plus par les larmes
Au diable le mauvais esprit
Nous vaincrons sans que l'on nous prie

Je veux t'emporter avec moi
Dans ce royaume qui sera
Entre nos âmes immaculées
et nos amants déshabillés

Vertu du vice et vice versa
Vertu du vice et vice versa

Ce soir
J'ai repris le droit
D'être épris de toi
Victoria
Ce soir tu t'es prise en toi
Victoria

[...]

Laisse-toi célébrer l'hymen
En chuchotant l'hymne et l'amen
Entre les plaisirs confondus
De nos pudeurs et de nos nus
Vertu du vice et vice versa
Il n'y aura pour toi et moi
Pas d'autre loi que celles-là"




____________
Merci à la Victoria d'Erikarol Wink
http://www.bide-et-musique.com/song/3864.html
http://www.youtube.com/watch?v=R1jNs21Xy5U&feature=related (désolée pour la mauvaise qualité d'image)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierroleon
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 7
Réputation : 0
Points : 7
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mar 13 Avr - 10:33

Monseigneur Pierroléon les accueillit avec un grand sourire et les invita à se placer devant l'autel. Et une fois les futurs époux devant lui, il prit ensuite la parole et s’adressa à l’assemblée :

Chers frères, chères sœurs, bienvenus dans la maison du Très-Haut. Je suis heureux de vous accueillir en ce jour très particulier. En effet, deux âmes ont choisi ce jour pour recevoir des mains de l'Eglise le sacrement qui va faire leur bonheur durant toute leur vie.

Monseigneur Pierroléon s’arrêta alors quelques instant puis reprit :

Nous allons commencer par la lecture d’un passage du Livre des Vertus.

L'évêque se plaça derrière le pupitre et ouvrit le Livre des Vertus. Il se racla la gorge discrètement et commença :



Citation :
Or, la fille de nos hôtes vint avec une cruche pour nous servir du
pain et du vin, et Christos reconnu celle qui se nommait Natchiachia,
et qui lui avait adressé la parole précédemment, lorsqu’elle était dans la
foule. Natchiachia versa le vin de sa cruche dans la corne de Christos,
et lui demanda :

" Maître, je suis en proie à un profond tourment de l’âme. Je voudrais te
suivre dans tes enseignements, mais j’aime un homme qui habite
ici et qui se nomme Yhonny, je l’aime d’un amour pur comme le
diamant… Que dit Aristote sur cette question que dois-je faire ? "

Christos lui répondit: " Lorsque deux êtres s’aiment d’un amour pur et
qu’ils souhaitent perpétuer notre espèce par la procréation, Dieu leur
permet, par le sacrement du mariage, de vivre leur amour. Cet amour si
pur, vécu dans la vertu, glorifie Dieu, parce qu’Il est amour et que l’amour
que les humains partagent est le plus bel hommage qui puisse lui être fait.
Mais, comme le baptême, le mariage est un engagement à vie, aussi,
Natchiatchia, choisis judicieusement, car une foi que tu auras épousé Yhonny,
vous ne pourrez plus vous y soustraire. "

Le prélat s’arrêta de lire et releva la tête vers ses ouailles :

Mes enfants, le mariage est le plus beau moyen de faire honneur au Très Haut. Car à travers cette union, c’est l’amour, don de Dieu, qui est célébré. Cependant, ne négligez pas le fait que c'est devant le Très-Haut que vous allez sceller votre union. Dès lors, votre objectif sera, tout au long de votre vie, de faire honneur à ce serment. Il vous faudra être digne de l’amour de l’autre.

En outre, le mariage vous permettra, en laissant s’exprimer votre amour, de prétendre à une descendance. Descendance que vous allez devoir éduquer avec amour et respect de la morale aristotélicienne.

Mais n’oubliez pas que le mariage reste unique dans une vie et doit être pris en considération. Chérissez votre conjoint jusqu’à ce que Dieu vous rappelle à lui.


Il se replaça ensuite au milieu de l’autel et reprit :

Je vais maintenant demander à chacun de réciter le Credo afin de montrer notre soutien à nos deux enfants du seigneur.




Dernière édition par pierroleon le Mer 14 Avr - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guilhem
Parcheminier
avatar

Nombre de messages : 32
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 14 Avr - 0:32

Polstephie a écrit:
Je survis, comme tu le vois mon Cher Frère...

Tu sais... Tu pourras toujours te faire désirer en ce qui me concerne. Je t'aurais attendu le temps nécessaire, mais rien n'aurait pu nous faire commencer sans toi.

Tout ce que je vois c'est une Sœur qui rayonne de beauté.

Polstephie a écrit:
Tu me mènes à l'Autel s'il te plaît ?

Guilhem lui donna le bras, et posa son autre main sur son bras entrelacé.
Ils s'avancèrent alors vers l'autel.
Il souriait en la regardant, espérant que ca la réconforte un peu.
Il aurait voulu trouver des mots, mais cela il ne savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lop_Guilhem
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 14 Avr - 13:22

Lop-Guilhem observait attentivement tant les personnes ici présentes et qu'il ne connaissait point que le déroulement de la cérémonie.

Lorsque l'officiant demanda de réciter le credo, il s'exécuta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl
Baron de Saint-Félix
avatar

Nombre de messages : 311
Réputation : 0
Points : 121
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 14 Avr - 20:18

Il nous faut sceller nos promesses
Il nous faut céder à l'ivresse
Parfois s'ailer, se purifier
Ou se punir les poings liés...

Se punir. Se purifier. Et sceller nos promesses... Paula était splendide, objectivement splendide, dans cette robe. Ce n'était pas un regard amoureux que Cristòl posait sur elle. On sait combien ce mariage était davantage une affaire de conscience que d'amour.
Mais la conscience n'empêche pas que l'on apprécie les choses dignes de l'être. Ces formes, cette chair, si généreuse, si rondement désirable, si sensuellement opulente... Cristòl savait pourquoi, quelques années plus tôt, il avait cédé. Pour Margot, et pour la vie. Le corps de Paula avait changé, gagné encore cette chair, si chère, si puissante, si symbolique. Mais déjà à cette époque, il iradiait de la vie donnée et à donner.

Il sentait dans ses bras la petite Aimelina, sa Linèta, cette fille du désir, du péché, et de Margot. Sa petite Fleur de Lin, Fleur de Sìarr. Il déposa sur la joue de l'enfant un baiser, et la posa à terre.


-"Va t'asseoir près de ton frère."

Le Sìarr n'avait pas précisé lequel. Il n'avait même pas songé qu'elle en avait deux...
Guilhem menait Paula à lui. Une ceinture rouge. Il savait ce que cela représentait. Ce sang, cette vie. Margot était présente à leurs noces.

Le regard vairon du Chevalier se tourna vers Jehanne de Volpilhat... Margot...
Et il prit la main de Paula, alors que le prélat commençait son office.

L'amour... Ils seraient l'un et l'autre dignes de l'amour de Margot. L'amour de l'autre était pour chacun, l'amour de Margot. Alors, aucun risque qu'ils ne s'y dérobent. Cette pensée confortait Cristòl, car c'était la seule rassurante.


-"Je crois en Dieu, le Très Haut tout puissant,
Créateur du ciel et de la terre,
Des enfers et du paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaétis
Envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep,
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du paradis
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très Haut.

Je crois en l'action divine,
En la Sainte Eglise aristotélicienne romaine, une et indivisible,
En la communion des Saints
En la rémission des péchés
En la vie éternelle.
Amen."

_________________
Comte de Gévaudan, Baron d'Alaigne, Seigneur de Mireval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehan de Proisy
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 9
Réputation : 0
Points : 11
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 14 Avr - 21:51

Le Fortunat et son épouse se tenaient non loin du Chevalier de Siarr.

Jehan sourit en le voyant s'intéresser à une fillette. Il le connaissait peu dans son intimité et partageait surtout d'autres valeurs de l'Hospital avec lui.

Et puis la distance et le peu de fiabilité de l'acheminement des messages faisaient qu'aussi bien l'un que l'autre ne connaissait de son ami que ce que celui ci avait bien voulu lui confier.

Cette amitié eut pu donc paraitre superficielle si ce n'était la pensée et les mêmes motivations qui guidaient les deux hommes.

Lorsque le Crédo fut entamé Jehan récita en même temps que son "frère" d'une voix sure et sonore mais sans ostentation...


-"Je crois en Dieu, le Très Haut tout puissant,
Créateur du ciel et de la terre,
Des enfers et du paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaétis
Envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep,
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du paradis
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très Haut.

Je crois en l'action divine,
En la Sainte Eglise aristotélicienne romaine, une et indivisible,
En la communion des Saints
En la rémission des péchés
En la vie éternelle.
Amen."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelina
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 219
Réputation : 3
Points : 250
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 14 Avr - 23:31

La petite infirme, déposée au sol par son père, trotta jusqu'au banc où étaient assis Eilinn, Jehanne Elissa, Guilhem de Chauconin. Elle prit place à côté de lui, à côté du mur aussi, de sorte qu'il était à sa droite, et son moignon gauche, relégué dans un coin où personne ne regardait. Elle pouvait, de sa main droite, serrer le bras de Guillaume, ce qu'elle fit sans honte, car elle poussait comme la mauvaise herbe, sans se soucier, on l'a vu, du bien, du mal, et de ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire.

Serrée contre son beau frère, blond et aimable, elle ânonna son credo, qu'elle avait bien appris en vue d'un baptême... Prochain ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polstephie
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 27
Réputation : 0
Points : 22
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 15 Avr - 15:12

Si elle n'avait pas été voilée de cette dentelle noire, Guilhem aurait sans doute vu rougir légèrement les joues de sa sœur au compliment qu'il lui offrit de façon sincère. Il prit son bras et la mena à l'Autel, à Cristòl, à Margot... Il souriait à ses côtés, et son sourire fut un réconfort pour le cœur de Paula qui battit au rythme de ses pas.

Linèta quitta les bras de son père et gagna sa place auprès de ce frère que plus tard elle et sa mère apprendraient à connaître. La femme fut touchée de ce qu'elle voyait, de ce portrait tendre d'un père aimant et de son enfant, ses enfants... Linèta s'épanouissait depuis qu'elle avait enfin rencontré ce père que sa mère lui avait volé et cela ne faisait que ronger plus encore Paula...


Quand Cristòl lui prit la main, ce fut délicat et pudique, comme un îlot de confiance quand tout s'écroulait dans tous les sens. En ces lieux flottait un Silence apaisant. Loin du bruit des sourires faux, alors qu'il entamait le Credo, elle entendit sa voix sonner et elle pria pour que personne ne dérange ce qu'il lui donnait. Et ce qu'il lui offrait, peut-être sans le savoir, c'était Margot. Margot et son Amour Universel. Margot dans tout ce qu'elle avait de plus beau, dans toute sa grâce, dans toute sa folie également...

Et la voix de Paula se mêla à celle de son promis alors qu'elle affirmait sa croyance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Ven 16 Avr - 16:54

Mazette, mais il la connaissait, en fait, la future de papaaaaaaaaa. Quel butor il faisait, lui, aussi. Il avait logé la veille dans le même castel. Et les filles qui la précédaient, elles aussi, il les connaissait. Nan, mais c'est quoi ça pour une mémoire de poisson rouge ? Comment il avait pu l'oublier ? Pour un peu, il se serait claqué la tête au prie-dieu, histoire de ranger un peu la caboche. Ouais, parce que niveau rangement, le Guillaume, ou Guilhem ici, mais ça il y était pas encore habitué, il a une technique bien à lui. On sert, on sert et si ça casse pas c'est que c'est bon comme ça. Vous auriez vu sa malle, à Chauconin, une chatte n'y r'trouverait pas ses jeunes, comme disait souvent sa mère, qui s'en amusait.

D'autant que, soyons claire, l'une comme l'autre ne voyaient le futur du bâtard que dans l'élite. Donc toute l'intendance, clairement, c'était pas son souci. Il aurait des domestiques bien assez vite. Alors, pourquoi apprendre des choses qui lui serviraient plus d'ici quelques années ? Valait mieux apprendre à bien parler et à entraîner sa mémoire... Quoique dans le domaine, c'était pas concluant concluant. Mais bon, quoiqu'il en soit, il a évité la honte de pas se souvenir du nom d'sa bientôt belle-maman d'vant tout le monde, donc l'honneur est sauf. Celui du narrateur, qui avait déjà pas besoin de ça, par contre...

Bref, peu à peu, son cou reprenait une position « normale ». Merci aux Languedociens qui avaient choisi de se rapprocher du chœur. Parce que sans ça, c'est le foutage en l'air de colonne qu'il risquait. Ce qui lui permettait, aussi, de mieux apprécier l'assistance. Notez, quand je dis apprécier, je ne dis pas « goûter », mais plutôt « appréhender ». S'ils étaient là, c'est qu'ils devaient être proches de papaaaaaaaa, et que donc il vaudrait mieux savoir les reconnaître la prochaine fois, eux...

Déjà, il y avait la comtesse qui, soyons honnêtes, n'avaient pas des masses de défauts esthétiques. Léger sourire intérieur du garçon qui déjà sent un fourmillement intérieur quand il croise de belles dames. D'ailleurs, s'il se posait la question un jour, il ne saurait même pas dire pourquoi il les trouvaient belles. Même si maman était hors concours, logique, elle s'appelle Margot (Margot de Chauconin, Margot de Volpihat, drôle, humour...), on peut pas dire que l'village qui le voit grandir soit un repaire à biches, comme le disait le Dédé, l'gars qui joue avec le feu, logique, son père est forg'ron. Et les terres du vicomte hospitalier sont pas non plus des plus courues. Ou alors c'est l'exotisme, le fait que celles qu'il croise maint'nant r'semble pas à celles qu'il croise là-bas... Ptèt ben...

Et clair que niveau contraste, entre Meaux et Vinassan, yavait de la marge. Puis yavait c'ui qui tenait la comtesse par le bras. Ca, c'était aut'chose. Le gars avait vécu, clair, mais pas les mains dans le purin. Ca avait pas l'air beaucoup plus joyeux, à voir son visage. Yavait pas un pet de graisse dessus, et même si c'était fête aujourd'hui, il gardait un air... différent. Et ça, ça énerve le Chauconin. De pas savoir ce que c'est. Donc, dans son esprit, une ligne se rajoute. Savoir qui c'est, lui, et savoir pourquoi il est comme ça.

Puis venaient les filles, les futures belles-sœurs et déjà belles enfants. Vivantes, elles aussi, comme la sienne, de sœur. Ce que ça devait être facile d'être heureux, quand on était riche, pensa alors Guillaume. Pas qu'il ait souffert de pauvreté. Deux vicomtes veillaient à leur subsistance, à maman et à lui, à ce qu'il avait compris. Donc ils avaient jamais eu trop de souci. Mais là, c'était différent. C'était une vraie richesse, pas juste une aisance qui vous mettait à l'abri des soucis primaires. Une de celles qu'on ne pouvait vous enlever, parce qu'elle était inhérente à ce que vous étiez. Pas une qu'on ne recevait que pour avoir joué dans un baquet d'eau, ajouterait l'omniscient narrateur...

Rapide regard sur les Hospitaliers, déjà détaillés tout à l'heure, mais arrêt plus long sur un autre enfant. A vue d'œil, pas beaucoup plus âgé que lui, une poignée d'années tout au plus. Aisé aussi, très aisé, à en juger par son apparence. Pas particulièrement jouasse, mais pas non plus en pleurs. Plutôt quelqu'un qu'on sait pas trop ce qu'il fait dans le coin, et qu'on se demande s'il le sait, lui. On tente l'identification par pensée ? Allez, on essaye. C'est pas l'fils de papaaaaaaaaaa. Parce que papaaaaaaaaa a pas d'autre fils qu'un bâtard. C'est pas le fils du blond, parce qu'il lui r'semble pas, ni à son épouse. Donc ça doit être à la comtesse. Futur demi-frère, en somme. Mon Dieu, mais il choppe les sept familles en un seul coup, là, le Chauconin. Ca va en faire de la marmaille, tout ça. Du Nord, il partit seul, mais par un prompt renfort il se vit avec trois sœurs et un frère. Ca commence bien comme histoire, non ?

Et voila, il avait fait le tour, il ne restait plus que le curé. 'Fin le prélat. Parce que c'était pas un curé de campagne, ça. Mais quand il allait reprendre son étude de l'homme en robe, il sentit une effluve connue lui chatouiller les narines. L'odeur de la petite fleur était proche de lui, rapidement suivie d'une insistante pression au niveau du bras.

Et hop, re-explosion de la ceinture de pierre dont il essaye de protéger son cœur. Nan, mais comment vous voulez y résister, vous, à ça ? Pas moyen. Et avec les remparts, ce sont les convenances qui explosent. L'envie de rire le reprend, comme quand il court à en perdre haleine dans les vignes, entre les villageois ou sur la place du hameau. Le plaisir de vivre, simplement. Le plaisir de vivre simplement. Là, sur le moment, dans le non-lieu où son esprit était, il n'aurait rien demandé de plus. Un peu d'eau fraîche, tout au plus. Manger les raisins à la grappe, regarder les écureuils sauter de branches en branches, et voir le sourire illuminer le visage enfantin. Son royaume, il l'aurait donné pour cela, pour rien de plus. Certains réclament un cheval, lui ne voudrait que la joie de Lineta. Et pour couronner le tout, c'est un baiser qu'il dépose, souriant, simplement heureux, sur le front ceint de boucles brunes.


« Cher frère, chère sœur... » Quoi ? C'est à lui, c'est à eux qu'on parle ? D'un coup l'enfant a disparu, les murailles sont redressées, le regard se fait plus décidé, plus sec aussi peut-être, et vient se jeter sur l'évêque. Pourquoi il veut lui parler maintenant, lui ? « bienvenus dans la maison du Très-Haut » Ah oui mais non, en fait, il parle à tous ceux qui sont là. Donc en fait, c'était un pluriel, pas un singulier, ya deux secondes. Poitrine qui se rabaisse en expectorant un soupir de soulagement. C'est qu'il se sentait pas d'être au centre des attentions, du tout. On était pas là pour lui, on était là pour le vicomte de Fenouillèdes, baron de Saint-Félix et chevalier, futur comte de Gévaudan et baron d'Alaigne, si pas dans les actes au moins dans les faits, aussi appelé papaaaaaaaaa.

Et la robe continue à parler, et bien. Et c'est pas que parce qu'elle lisait que Guillaume pensait ça. Nan, c'est parce que le mec, il savait comment faire pour bien blablatter. Sans achopper ou quoi que ce soit. Du vrai boulot de pro. Et même s'il trouvait les prénoms d'l'histoire ridicules, ça changeait rien à la donne. Il savait c'qu'il faisait, pour sur. Et en plus, c'qu'il disait, c'était pas discours d'ivrogne, ça nan. C'qui fait que l'enfant qui court, qui rit, qui vit se transforma instantanément en un fidèle convaincu. Et le credo lui vient naturellement, retenu depuis les premières leçons, assimilé et intériorisé depuis plusieurs années, depuis qu'une prière du soir avait sauvé son oie, Martina, qui s'était ramassé l'pèpète de Robert, un d'ses cochons, su'l'dos. Ouais, parce que Chauconin, ya pas que les gens qu'il surnomme, ya aussi les animaux, surtout les siens. Ben depuis c'jour là, la foi, elle est ancrée en lui pire que l'gout des chouquettes chez Llyr di Maggio. C'est dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehanne Elissa
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 18
Réputation : 0
Points : 18
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Ven 16 Avr - 19:00

Vous avez déjà tenté l’expérience de l’immobilité la plus totale ? Oui, non ? Et bien pour la petite Vicomtesse c’est la première fois et surement la dernière. Depuis maintenant bien trop longtemps à son goût elle est là, assise, immobile, statue rouquine à fixer le plus fooort possible les pierres de l’autel. Elle fixe, fixe, tente de ne pas ciller mais hop, des cils qui clignent et aaah cette envie de regarder qui entre dans la Chapelle, fichue curiosité, cette envie de se tourner vers Eilinn et s’excuser, s’excuser autant quelle le peut de son attitude et lui expliquer dans les moindres détails ses tenants et aboutissants. Et ce Guillaume à côté, être intriguant, « français » bâtard de Cristol donc pas tout à fait français mais qui semble pourtant gentil. Oui, elle aimerait bien être la Jehanne Elissa habituelle aujourd’hui et lui faire bonne impression, dans ses jours sans embûches, n’est elle pas prédisposée à aimer le monde entier et plus encore ? Mais non, fixer, ne pas ciller. Penser à sa mère. Être le spectre de sa mère.

Mais ces belles prouesses dictées par une colère enfantine digne de ces gens pratiquant l’art contemporain ayant pour objectif de rester sans parler, sans manger, sans boire, sans bouger plus de 72H dans un cagibi ou même un balais n’aimerait pas loger, ou alors ces chers moines tibétains si on veut la jouer un peu plus spirituel se trouvent complètement détruites quand une petite tornade brune vient lui passer un bras autour du cou, la faisant ainsi chanceler et déposer un baiser bien sonore sur sa joue. Aimelina.

Les mirettes vertes se posent alors sur l’enfant, cette enfant quelle était encore il y a quelques années. Bon certes elle n’est pas ado encore la petite VOLPILHAT –et pas volpihat !- mais en cette heure elle a l’impression d’être une vieille grand-mère fripée, courbée, raide et aride concernant tout domaine afférant à la sensualité. Peut-être même aigrie aussi. Alors ce baiser, ces gestes rapides et sans fard, cette gentillesse sans borne et cette vivacité lui font un peu envie. Si elle n’était pas si morose elle serait comme elle. Si elle n’assistait pas à ce fichu mariage elle aussi déposerais des baisers sonores à tout le monde, grignotant des nougats et des gâteaux aux amendes avec Eilinn et partant, sans crier gare, courir après un lapin dans les champs, rires au éclats et s’affaler dans l’herbe les joues rosies. Lineta… Un sourire tendre vient adoucir la Volpilhat.

Elle laisse cette petite brune recueillie par Tant Pol s’asseoir aux côtés du dénommé Guillaume et tourne à nouveau le visage vers l’autel, le cœur serré. Après tout, pourquoi s’impose t-elle ce mutisme ? Ah oui, son côté Appérault. Et surtout sa mère. Elle doit être le souvenir de sa mère, sa mère qui est l’excuse de ce mariage, l’image d’archange de sa mère dont on se sert pour justifier une union elle ne sait même pas pourquoi. C’est vrai, pourquoi ? On ne lui avait pas répondu du moins Tante Pol, qui s’était montré elliptique sur le sujet voire carrément vaseuse en prônant en plus le Très-Haut. Alors vu quelle ne sait pas pourquoi on utilise sa mère, elle le sera. Et peut-être que ça leur ferra peur, peut-être que ça leur rappellera qu’il y a ici, en face d’eux, l’enfant de cette femme aimée qui ne comprends pas et demande des réponses. Il y a ici l’enfant, la chair de la chair, la continuité, la vie de sa mère à qui ont doit un minimum. Ne cherchez pas, les enfants sont étranges.

Alors la cérémonie commence et Jehanne Elissa voit Tante Pol entrer dans la Chapelle au bras d’un homme, son frère, déjà croisé à quelques reprises. Les mirettes vertes inspectent la robe et se font appréciatrices malgré son objectif de la journée ; sa tante était belle pour ce mariage incompris. Sa Tante était une femme. Et sa Tante était une personne ne répondant pas clairement aux questions (mais ceci est une histoire déjà contée hein ?). Silencieuse écoute le prélat et regarde d’un air vague Aimelina revenir s’asseoir après que le Vicomte lui ai dit de rejoindre son frère. Respectueuse et aimante, polie en toutes circonstances, aimable et douce, bonne et généreuse -hors sujet, je sais- de la religion elle commence gentiment à marmonner son credo.


- « Je crois en Dieu, le Très Haut tout puissant,
Créateur du ciel et de la terre,
Des enfers et du paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaétis
Envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep,
Il a voué sa vie à nous montrer…


Pardon? Auprès de son frère?

- « Le chemin du paradis
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très Haut.

Je crois en l'action divine,
En la Sainte Eglise aristotélicienne romaine, une et indivisible,
En la communion des Saints
En la rémission des péchés
En la vie éternelle.
Amen.


Regard interloqué qui va de Guillaume à Aimelina, passant par Tante Pol et Cristol, puis de Guillaume à cristol, de Cristol à Aimelina, d’Aimelina à Tante Pol, de… Pardon ? Frère et… Sœur ? Mais… Pourq… Aimelina n’était-elle pas… Une enfant reccueillie ? QUOI ? Ils se mariaient car tante Pol avait péché avec Cristol il y a huit ans ? Tante pol avait trompé oncle Legueux ? Mais… Elle se tourne vers Eilinn, les yeux ronds comme des soucoupes pour savoir si elle a compris la même chose quelle. N’attendant pas de réponse, elle sursaute, se décale sur le banc comme si, sait-on jamais, Guillaume était un espèce de pestiféré lâché par un médicastre un peu fou et regarde à nouveau les futurs mariés. Mais qu’est ce que sa mère avait à faire là-dedans, dans l’adultère de tante Pol ? Non ce n’était pas possible, elle se trompait, ils ne pouvaient pas… Alors que ça ne se fait pas, alors que c’est pas poli même si elle s’exprime d’un murmure son agitation doit être visible dans une si petite assemblée et que ça ne respecte pas les convenances elle regarde Aimelina et Guillaume et demande simplement, le visage toujours autant surpris et l'esprit plus égaré que jamais:

- « Vous êtes… Frère et sœur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelina
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 219
Réputation : 3
Points : 250
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Sam 17 Avr - 18:09

La petite Aimelina ignorait tout des connexions bizarres et sans fondement a priori - quoique pour une grande part, fort justes au final - qui s'étaient opérées dans l'esprit de Jehanne Elissa.
La question en revanche, qu'elle entendit venir de la droite, alors que la Volpilhat s'était écartée de son frère, l'interloqua. Elle pencha la tête pour avoir Jehanne dans son champ de vision, et lui fit un adorable sourire, en murmurant :


-« Mais oui ! On a le même papààààà ! »

Quant à la maman, cela importait peu. Aimelina ne se sentait pas concernée par le mariage. Parce qu'il ne changerait rien à sa vie. Parce qu'elle n'hériterait de rien, parce qu'elle resterait la bâtarde. Cristòl épousait l'Alanha, non sa mère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eilinn Melani
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 02/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Dim 18 Avr - 3:02

Ce fut avec un soulagement certain qu'Eilinn vit la messe débuter. Trop de tensions, trop de non-dits dans l'ether, trop de secrets qui sourdaient des pierres sur cet hymenée.

Et un de ces secrets fut alors révélé, et elle surprit l'expression de surprise pantoise de Jehanne Elissa, qui se prit soudain de murmurer pendant la cérémonie. La bienséance aurait voulu qu'Eilinn lui demande de rester tranquille, mais la curiosité fut plus forte, et elle suivit la conversation à demi-mots entre la Goupil et la fillette.

Eilinn, abasourdie (un peu comme sur sa bannière d'ailleurs, avec cet air profondément intelligent et vif) tenta d'assembler dans sa tête d'oiselet les implications des paroles d'Aimelina. Après un intense moment de réflexion ou elle manqua perdre le fil de son crédo, elle comprit que ce lien de parenté entre Guillaume et Aimelina était du à l'accomplissement du péché hors-mariage, et la tenue de ce mariage prenait alors tout son sens : fallait bien une mère pour élever tout ça.

Visiblement, la nouvelle semblait choquer Jehanne Elissa. Et autant la fillette s'était retenue avant la messe, autant ici elle posa une main rassurante, fraiche comme l'était la chapelle, sur le bras de la Vicomtesse, pour, peut-être, tenter d'adoucir son agitation. Et de finir de réciter consciencieusement son credo, tout de même.


Dernière édition par Eilinn Melani le Dim 18 Avr - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Lun 19 Avr - 19:51

Et tout d'un coup, tout change. La Renarde, si elle ne glapit pas, saute presque de côté comme si on l'eut menacée avec un braquemart. Ca, c'est un mot qu'adorait Guillaume. Il l'avait appris ya bien longtemps, au soir d'une chasse aux alentours de la vicomté, et il s'amusait du double sens. Un sens préféré par les dames, et un autre préféré par les hommes, que lui avait dit dans un gros rire gras Jeannet, un de ceux qui veillent sur les chiens vicomtaux. Et comme souvent quand un adulte lui disait quelque chose, le garçon le prenait pour vérité révélée. Ca n'allait pas sans lui poser d'problème, d'ailleurs, mais ça, c'était une autre histoire.

Le tout était de savoir quel genre de braquemart aurait pu avoir autant d'effet sur la vicomtesse. Parce que là, c'était pas un petit sursaut de rien du tout, non, c'était une vraie fuite. 'Fin, fuite, autant que ce que pouvait l'être une réaction noble sur des bancs d'église. Après que l'étonnement et la déception se soient peints sur son visage, trop déconcerté pour essayer de se façonner un masque d'impassibilité, le bâtard avait entendu sa sœur répondre.

Et il acquiesce, le visage toujours tordu dans toutes les directions. Pour un peu, ne serait-ce le credo qu'il vient de réciter, il en aurait oublié qu'il était dans une église et qu'il devait y respecter le silence.


« Si fait, nous sommes bien frères et sœurs. Du moins, par notre père, là, il avait du se retenir de dire papaaaaaaaaaaa, puisque ma mère est l'une des servantes de votre grand-père et que... Viiiiiiiiiiiiamp!!! Ah ouais, mais c'est juste ça, c'est qui la mère de sa sœur ? Papaaaaaaaaaa n'lui avait rien dit, sur le sujet. A moins que ça aussi il l'ait oublié... Non, il s'en serait souvenu. Conclusion simple, du coup. Si les Anglais ont eu avec Warwick un kingmaker, 'fin auront vu l'époque, les Français ont avec le Sìarr un bastardmaker. Le tout est de voir ce qui est le mieux. Et non, être un bâtard de Warwick n'est pas une réponse envisageable!!! Donc... j'ignore qui est celle de ma sœur ».

Et regard qui fait retour à la fleur de lin. Toute épanouie, qui elle non plus n'a pas l'air de voir le mal dans la bâtardise. Regard qui veut dire tant et si peu à la fois. « Qu'importe qui t'enfanta, tu es et resteras ma sœur. Et toi, comment vis-tu sans mère officielle, dans la condamnation de l'Eglise ? Promis, toujours, je serais là pour toi, à cause de papaaaaaaaa, à cause de toi, à cause de nous ».

Longue et courte contemplation de son visage, courte et longue plongée dans ses iris, puis retour à la Volpilhat, et à son amie. Meilanni, nom qui ne veut toujours pas sortir de l'espace sombre de sa mémoire où il se terre. Sourire qui lui est envoyé, tout de même, pour la remercier d'ainsi calmer sa voisine de banc. Ce qu'il a perdu en joie et curiosité, Guillaume l'a gagné en sérieux et réflexion. Ce qui se passe ici était loin d'être prévu, jeune homme, et c'est toi, sans rien savoir de plus que les autres, qui va devoir gérer ça. Alors, content qu'un jour ta mère t'ait dit que ton père était un chevalier de passage et non un charretier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehanne Elissa
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 18
Réputation : 0
Points : 18
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Lun 19 Avr - 20:12

Un regard sur Aimelina. Un autre sur Guillaume. Puis un autre sur Cristol. Cristol. Aimelina. Guillaume. Bon. La petite Vicomtesse arrête un peu sa gymnastique des yeux et se force, s’oblige, s’astreint, s’use, se suuuurpasse pour reprendre une respiration normale et surtout des pensées un peu plus claires. Une main vient se poser sur son épaule et à la taille de celle-ci, la fraîcheur et sa délicatesse elle sait sans se retourner qu’il s’agit d’Eilinn. Qu’avait-elle comprit ? Quelle ne comprenait pas ? En tout cas quelque chose avait aussi troublé son âme et esprit d’enfant.

Aimeina et Guillaume étaient l’engeance de Cristol, soit. On pouvait même trouver des airs du père chez les deux enfants ; de toute façon vous n’avez jamais remarqué qu’une fois qu’on connaît un lien de parenté on trouve touuujours de nouveaux airs, ressemblances qui vous lient par l’attitude à une blonde d’un mètre quatre vingt alors que vous une petit brune, ou inversement, et ça marche aussi avec les hommes. Enfin bref. Elle connait mal Cristol la petite Goupil, avant l’annonce de ce mariage il était une personne mystérieuse et secrète. Elle n’avait que rarement l’occasion de le voir et pourtant, pourtant, à chaque fois elle était conquise par ce beau regard si plein de choses qu’il posait sur elle. Elle ne savait jamais s’il était heureux ou triste, contraint ou libre, elle ne savait et tous ces tourments quelle avait l’impression de voir –un visage est pour elle tourmenté si il n’exprime pas la joie hein…- peints sur ses traits la fascinaient et avaient immédiatement donné une autre dimension à l’homme. C’est pour ça quelle été allée à cette fameuse Assemblée Nobiliaire le cœur heureux. Et quelle en était revenue pleine de questions et de colère.

Bien, alors Cristol avait eu des enfants avant de se marier. En soi ce n’est pas si rare comme problème mais c’est le premier quelle voit dans son entourage proche, dans la noblesse, son premier cas réel. Et oui car elle connaît quand même un peu le problème… Un jour alors quelle avait entendu dans la rue de Mende une mère pleurer contre les bâtards de celui qui devait être son époux, elle était montée s’en plaindre à son maître et là elle avait appris quelque chose d’exceptionnellement étrange : un homme avait plus « le droit » d’avoir des bâtards soit de succomber au péché de la chair avant le mariage, ce « droit » tenait plus de coutume tandis que la femme, elle devait rester intouchée. Mais intouchée de quoi, maître, ou de qui ? Nous verrons ça plus tard. Et si je ne sais pas quel est ce « toucher » comment savoir que je ne le ferrais pas, Maître ? Privée de sucreries et broderie pour le mois ! Ah oui, pendant un mois, elle n’avait pris aucun risque. Mais il y a avait toujours ce mot, « intouchée » qui de temps en temps venait la travailler, la faire réfléchir, la perturber et surtout l’inquiéter. Ne jamais se faire toucher par quoique, qui que, se soit. C’est donc le piedestal sur lequel avait été posé le Vicomte de Fenouillèdes, cette image de chavlier un peu mystérieux qui venait de tomber aujourd’hui ; il n’était qu’on homme comme ces gueux qui font des enfants hors mariage.

Mais je divague, le mystère du père est donné mais celui qui nous intrigue tous en ce lieu, qui a créé moult et moult relectures et même réécritures parceque j’ai toujours pas appris à me relire : la maman. La petite Volpilhat avait pensé à Tante Pol, immédiatement mais sans y croire vraiment. Elle ne croit pas au fond que Tante Pol peut-être leur mère à tous deux comme moi je ne crois pas vraiment que je ne vais pas épouser le Prince William, vous voyez ? Je vais épouser le Prince William, c’est certain, et Tante Pol ne peut pas être la mère des deux bâtards du Vicomte de Fenouillèdes. Ce sont des certitudes que l’on a en nous, souvent dictées par le cœur et la croyance que l’on a dans les gens et en soi (ça, c’est pour mon futur mariage royal). Et pourtant, ça avait été si facile de penser Tante Pol mère… Les mirettes vertes se posent sur la belle rousse toute en formes. Elle est La Mère. La Mère aimante qui donne et partage sans compter, donne son amour et partage ses biens, sa vie, sans rien demander en retour et sans aucune limite. Elle est La Mère nourricière qui avait subvenu à tous ses besoins mais aussi ceux d’Eirwen, des jumelles, de Lop, Aimelina et les siens. Tant d’enfants et aucun dans le besoin. Elle est La Mère protectrice qui ne les laisse jamais sortir sans escorte et garde toujours un œil bienveillant sur là ou on se trouve, ce que l’on fait. Elle est La Mère éducatrice qui n’a pas épargné un des enfants dont elle a la charge de leçons et d’instruction, ce qui fait d’eux tous des individus prêts à entrer dans la vie avec le bagage nécessaire à être de dignes héritières de leur nom. La petite Goupil n’avait jamais vraiment vu d’autre mère en fait, jamais vraiment rencontré. Elle voyait bien les mères gueuses mais elles ne souffraient pas la comparaison avec une mère noble. Et des mères nobles, elle ne connaît que Tante Pol. Il est donc d’une logique enfantine –ah ah- que son esprit plein d’élucubrations farfelues se soit tourné vers elle, elle La Mère, elle qui avait recueilli Aimelina, elle qui se mariait ce jour. Tante Pol, si elle l’avait il est vrai relativement diabolisée ces derniers jours dans son rôle de Femme, épouse et veuve, restait tout de même une sorte d’idéal maternel, un idéal d’éducation, juste après sa mère, et elle était persuadée qu’elle penserait encore ceci une fois adulte, une fois lâchée dans les tumultes de la vie, une fois adulte.

Alors elle ne sait qu’en penser. Elle ne sait pas, ne veut pas que ses idées les plus folles soient avérées. Elle ne veut pas être choquée d’autre chose, elle veut juste tenter d’accepter la réalité choquante du Vicomte, les traits derrière le masque du Chevalier, elle veut juste le voir comme un homme pécheur, un homme comme les autres. Et c’est une image entière à reconstruire car il était quelques instants avant considéré comme un pair d'Actarius. Son regard se pose alors sur Guillaume et Aimelina, mi-triste mi-compatissant. La bâtardise. Au moins ils connaissaient leur père. Et si Aimelina n’avait pas fait de réflexion quant à la mère c’est que ça devait être une dame quelconque autrement elle l’aurait forcément dit, dans sa naïveté enfantine. Elle soupire et se tourne à nouveau vers ses voisins. Et là, étrangement, des pensées envieuses viennent faire un boucan de tous les diables sous les cheveux roux. Ils avaient leur père mais pas leur mère. Elle avait ni son père, ni sa mère et n’avait entendu que des paroles coléreuses sur le premier. Tous les parents sont-ils donc si étranges ?

Allons, ce n’est pas l’heure a la jalousie et encore moins à la question quelle a posé... Quelle regrette déjà. Elle se tait et regarde à nouveau l’autel en évitant bien soigneusement de ne pas fixer les futurs mariés ; oui, les pierres c’est cool. C’est cool. Et si… Non. Mais… Non. Silence.

Et a la petite main blanche de serrer celle d’Eilinn sur son épaule avant de retourner sagement dans son giron. Tu apprendras jeune Volpilhat que toute bonne vérité n’est pas bonne à dire, ni à entendre. Et elle pourra rajouter à demander. Car pour sur elle ne cherchera pas plus loin, son quota de choses bizarres elle l’a atteint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leello
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Localisation : Près de son amour
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 22 Avr - 19:22

Avec son époux, Leello avait entamé le récit de son crédo.

"Je crois en Dieu, le Très Haut tout puissant,
Créateur du ciel et de la terre,
Des enfers et du paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaétis
Envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep,
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du paradis
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très Haut.

Je crois en l'action divine,
En la Sainte Eglise aristotélicienne romaine, une et indivisible,
En la communion des Saints
En la rémission des péchés
En la vie éternelle.
Amen."


Les lieux étaient propices au recueillement et elle comprenait que son époux avait ressenti le besoin d'aller prier un moment.
Doucement la cérémonie avançait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierroleon
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 7
Réputation : 0
Points : 7
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Sam 24 Avr - 21:59

Mgr de Riddermark reprit

Bien! C'est pour moi une joie immense de vous recevoir ici, afin que vous receviez des mains de l'Eglise le sacrement qui va faire votre bonheur. Ne prenez pas à la légère l'engagement que vous allez déclarer maintenant devant tous. Vous allez vous unir pour le meilleur et pour le pire, vous allez affronter des difficultés, des disputes et des tristesses. Mais avec l'aide de Dieu et l'enseignement d'Aristote, vous allez surmonter tout cela chaque jour, et donner à tous un exemple d'Amitié et de courage. Que Dieu vous bénisse !

Puis, Pierroleon lut un passage de la vie d'Aristote:

Citation :
En ce temps là une grande nouvelle se répandit dans la ville de Stagire : les sages astrologues venaient de repérer une comète inconnue dans le firmament. Aussitôt l’assemblée de la ville se réunie sur l'agora, tentant de découvrir le message que les cieux voulaient transmettre aux hommes. Hélas leur cœur était obscurci par leur foi erronée en de faux dieux, et ils s’égaraient dans des suggestions impies : pour l’un il s’agissait de la venue d’Hermès aux pieds ailés. Pour d’autre la foudre de Zeus allait s’abattre au milieu des hommes, et les temps touchaient à leur fin.
Seul dans l’assemblée un homme se taisait : son épouse était sur le point d’enfanter, et l’angoisse qui était la sienne ne lui permettait pas d’intervenir. Il n’était pourtant pas le moins sage, ni le moins écouté. La noblesse et la paix se lisait sur son visage, ainsi que les marques d’un dur labeur et d’une vie sans mollesse.

L'évêque expliqua :

Vous avez dans ce texte l'exemple d'un père noble et sage, soucieux de son épouse et de l'enfant qui va naitre. Son existence a été marquée par la justice, le travail et l'honneur. Voilà l'exemple que vous devez suivre. L'honneur, la justice, le travail quotidien. C'est là que se trouve la clé du bonheur. Et peut-être alors que vos enfants, suivant vos traces, auront la sagesse d'Aristote et la bonté de Christos.

Le moment solennel était arrivé. Monseigneur Pierroleon s'avança vers les époux:

Mon fils Cristol veux-tu prendre pour épouse notre fille Paula-Estève dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?


Dernière édition par pierroleon le Dim 25 Avr - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl
Baron de Saint-Félix
avatar

Nombre de messages : 311
Réputation : 0
Points : 121
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Dim 25 Avr - 11:30

Le temps passait, lentement. Les milles échos d'un crédo repris en chœur n'avaient pas fini d'émouvoir la vieille pierre de la bâtisse. Cristòl avait Paula à son bras, et entendait, sous le pieux chuchotis du credo, d'autres, d'intonations différentes, sans qu'il parvînt à en déterminer le sens et le but. Il n'en avait cure.

Il était tendu vers un seul but : accomplir ce qui lui avait déjà tant coûté, sceller, une fois pour toutes, la renonciation pour lui et les siens qu'il avait faite.

D'une voix ferme, il répéta :


-« Òc, lo vòli. Oui, je le veux : je veux prendre Paula-Estève pour épouse, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour.
Je veux faire dépendre mon bonheur du sien, et donne, par l'exemple de notre union, un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre. »

_________________
Comte de Gévaudan, Baron d'Alaigne, Seigneur de Mireval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierroleon
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 7
Réputation : 0
Points : 7
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 28 Avr - 2:47

Ma fille Paula-Estève veux-tu prendre pour époux notre fils Cristol dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec lui dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?

L'évêque attendit la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 28 Avr - 12:51

L'amitié de Dieu sur Terre, tu parles Charles ! Genre c'est être ami de faire des bisous partout ! Genre c'est être ami de jouer à la bête à deux dos à tout bout d'champ ! Genre c'est être ami d'empêcher les gosses de pioncer tellement on hurle dans la chambre d'à côté ! Si c'était ça, Guillaume aurait jamais d'ami. Puis d'façon, il se voyait pas faire ça avec le Jeannet ou le Guyot. Sont sympas, c'est sur, mais ils manquaient d'poitrine, pour le moins... Nan mais j'vous jure, des fois, les curetons, ils savent pas quoi inventer pour s'rendre intéressant.

Peuvent pas appeler un chat un chat et une... 'fin vous voyez l'idée quoi. Pas besoin de faire un dessin... Non, j'ai dit que j'en ferais pas... Bande de pervers... Insistez pas...

Tout ça pour dire que plus la cérémonie avançait, et plus le Chauconin devenait attentif. Au début, il s'était trouvé de nouveaux compagnons de jeu, et une demi-sœur. Pas mal. Si ça pouvait lui éviter de rentrer dare-dare en Champagne et se r'coltiner les cours, il disait pas non. En plus, malin comme pas deux écureuils, il avait d'jà pensé à tout. La lettre à maman dirait qu'il avait rencontré de la noblesse et qu'il trouvait intéressant de s'y mêler afin d'apprendre les usages de son monde. Ce qui, avec le décodeur à 9,99€ par mois, voulait rien dire d'autre que « Ya du soleil et des nanas, on va s'en fourrer jusque là, les cahiers au feu et les profs au milieu », subtil medley, n'est-il pas ?

Puis c'était d'venu sérieux. Yavait eu l'alerte avec Renarde, qui voulait rien qu'à marier son papaaaaaaa, c'qui était pas du tout du goût d'Guillaume. Jalousie ? Rivalité père-fils ? Naissance d'un donjuanisme qui conditionnerait sa vie ? Allez savoir, même le narrateur omniscient ou omnichiant, c'est selon, en sait foutre rien. Il a juste trouvé ce moyen pour remplir quelques lignes de plus. Quel gredin...

Puis maintenant, l'évêque qui était tout de même pas le dernier des va-nu-pieds, leur blablatait plein de trucs qui avaient l'air achement sérieux. Achement stupide aux yeux du gosse aussi. Rester stoïque quand la catastrophe s'annonce, c'est quoi cette idée ? Clair que si lui il avait eu un rocher qui menaçait de lui sprôtcher la tronche, il aurait décampé vite fait, portant son père aveugle sur le dos... ah non, ça c'était au cas où un grand blaireau... euh cheval de bois v'nait leur souffler dans les oreilles... Mais bon, tout le monde avait l'air d'écouter, donc il avait fait comme eux, pas question d'se singulariser. Pas maintenant, pas ici. Donc nouvelle info gravée sur le disque dur du morveux, bien parler, ça aide à faire accepter tout et n'importe quoi.

Et enfin, après que papaaaaaaaa ait dit des mots qu'il entravait pas, c'était à la future belle-doche de se mettre la corde au cou. « Allez, mollis pas » que pensait Guillaume, « ou j't'étripe, j'veux qu'papaaaaaaaaaa soit comte, moi ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polstephie
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 27
Réputation : 0
Points : 22
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 28 Avr - 15:22

Un frisson l'avait parcourue alors que Cristòl acceptait tout et renonçait à tout. Elle se jura de tout faire pour lui offrir un peu de bonheur, lui qui était si jeune encore et pourtant déjà marqué par la vie, portant le poids de choses bien trop lourdes pour ses épaules seules.

Le prélat s'adressa ensuite à elle, posant la question fatidique.

Elle ferma les yeux, inspira lentement puis répondit d'une voix claire bien qu'un peu tremblante, ce qui pouvait être mis sur le compte de l'émotion par les témoins... Un regard vers Guilhem, son Frère, un de ses Amis les plus chers et la voix sortit enfin de sa gorge voluptueuse où elle avait semblé un instant rester coincée.


Òc, lo vòli.

Oui, je le veux.

Oui. Je désire prendre pour époux Cristòl. Dans la sainteté et la confiance. Afin de vivre avec lui dans l'amour de chaque jour.

Oui. Je formule le vœu de faire dépendre mon bonheur de son Bonheur.

Oui. Je souhaite donner par l'exemple de notre union un signe visible de l'Amitié de Dieu sur terre.


Il serait impensable qu'elle agisse autrement... Pour le bien de ses enfants, de tous ces enfants, mais aussi pour tenter de soulager Cristòl parce que oui, elle l'aimait à défaut de l'Aimer. Comment d'ailleurs pourrait-elle Aimer encore alors que le seul être qu'elle ait jamais Aimé venait de disparaître tragiquement ? Sans doute n'Aimerait-elle plus jamais ainsi. Mais au moins pouvait-elle le soulager lui, l'aider et l'aimer, lui apporter son amitié et son soutien, sa confiance et tout ce qui pourrait lui offrir un peu de bonheur. Les larmes lui montèrent aux yeux en repensant la lueur qui éveillait les prunelles de Cristòl quant Linèta était là.

Alors elle sourit dessous son voile de dentelle noire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Chapelle Saint-Martin - Bans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Missive de la Guilde Saint-Martin
» Saint-Martin/Sint Maarten
» [Article et Vidéos] Saint-Martin: quand Isaac malmène un Airbus à l'atterrissage
» 1 er triathlon de SAINT MARTIN DU PUY (58140) 10/07/2016
» [Ville IG] Tours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de France, donjon de Saint-Félix :: Domèni de la Mainada de Síarr - Domaines de la Maison de Síarr :: Baroniá de Sant Fèliç - Baronnie de Saint-Félix ::  Podestadiu de Vinassan (Seigneurie de Vinassan)-
Sauter vers: