Ici sont conservés les registres des maires & conseils des provinces francophones
Toutes les informations consignées sur ce forum s'inscrivent dans un cadre fictif et ludique. Les ressemblances avec la vraie vie sont fortuites.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Cristòl
Baron de Saint-Félix
avatar

Nombre de messages : 311
Réputation : 0
Points : 121
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 18 Mar - 0:17

On cria par trois fois à travers les rues du village de Vinassan les bans, qui furent ensuite affichés à la porte de la chapelle, comme le dogme le voulait :


_________________
Comte de Gévaudan, Baron d'Alaigne, Seigneur de Mireval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl
Baron de Saint-Félix
avatar

Nombre de messages : 311
Réputation : 0
Points : 121
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 0:50

La Comtesse du Gévaudan était arrivée la veille et avait logé au donjon, au premier, là où jadis se trouvaient les archives de Saint-Félix. Cristòl avait fait aménager là, à cet étage, à côté de la bibliothèque, une camera pour loger Paula Estèva et sa plus jeune fille, qui se trouvait être la fille de Cristòl : Aimelina.

Les autres enfants - c'était à savoir, au moins, les jumelles Alanha, leur gouvernante Eirwen de Vergèze, Jehanne Elissa de Volpilhat et Guillaume de Chauconin, fils bâtard de Cristòl, d'une douzaine d'années - avaient été envoyés au château de Marmorières, qui était plus spacieux que l'austère donjon.
Cristòl avait découvert avec une émotion sincère les traits de son fils, tout juste arrivé de Meaux, où il avait grandi, et où il retournerait vraisemblablement quelques années encore ; en fin de compte, quel que soit le nombre d'enfants qu'il aurait dans sa vie, celui-là serait toujours le premier.

Au jour du mariage, le marié se leva de bonne heure. Il prévint le maître queue du donjon qu'il jeûnerait jusqu'après la cérémonie, mais qu'il faudrait préparer de quoi nourrir les enfants et la Comtesse, quand ils se retrouveraient pour le premier repas de la journée.

Cristòl quitta alors le donjon. L'air frais de ce premier jour d'avril, alors que l'aube paraissait à peine, lui fouetta les joues. Épée au côté, il prit, à pied, la route de Vinassan. Là, il entra dans la chapelle Saint-Martin, ayant déposé son épée à l'entrée, dans une niche qu'il avait fait aménager à cet effet. Il était là, à prier, et devait le rester toute la matinée, et jusqu'au début de l'après-midi, où aurait lieu la cérémonie.

Il avait tant de personnes auxquelles adresser ses prières... Tant de saints, tant d'intermèdes, et tant de pardons à réclamer.

_________________
Comte de Gévaudan, Baron d'Alaigne, Seigneur de Mireval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehan de Proisy
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 9
Réputation : 0
Points : 11
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 1:22

[ Terres d'Olonne en pays d'Oil au bord de l'Océan ]

Ma mie êtes vous prête? Le voyage sera long et périlleux nous ne devons plus tarder. J'aimerai m'entretenir et prier avec mon parrain avant son union. j'ai toujours trouvé auprès de lui la paix de l'esprit quand la confusion y régnait et par ma foi en ce moment elle y revient un peu.

Tout en parlant le Fortunat vérifie que les documents qu'il doit emporter sont bien là. Puis il cadenasse les deux coffres qui seront chargés sur la lourde voiture à ses armes.


Pierre! Edward! chargez ces malles et fixez les solidement je ne veux pas les perdre en route.


Ces propos sont criés depuis la croisée...

Après un passage par l'armurerie pour s'équiper Leello et Jehan prennent enfin la route, en tenue de voyage Hospitalière. Deux tenues de rechange bourrent les malles dont celle qu'il porteront le jour des noces...


[Neuf jours plus tard en Narbonnais ]

Les Fortunat sont arrivés la veille et ont trouvé refuge dans une auberge de poste. Là la voiture a été abandonnée pour des montures, l'escorte gardera la voiture et les effets. La Vicomtesse et son époux ont pu faire toilette.

C'est donc deux Hospitaliers qui se présentent à la Chapelle. Jehan ouvre la marche veillant sur sa soeur/Grand Consul/épouse. La porte est ouverte et après avoir aidé Leello à démonter bien que celle ci n'ait en réalité aucun besoin de lui pour ce faire, Jehan vérifie sa mise.
Il a beau avoir vieilli avoir eu d'importantes fonctions le fait de revoir son parrain le trouble et il craint de décevoir ce dernier...

Cristòl l'a toujours impressionné tout comme Alde. Ces deux hommes ont profondément marqué sa vie ses quêtes et sa façon de voir les choses et les gens.
Son parrain vit ici retiré du monde et de son fracas futile et superficiel.

Jehan tend la main à Lee et y dépose un tendre baiser.

Aidant Lee a le rejoindre Jehan rejette sa cape sur son épaule et entre dans l'édifice religieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl
Baron de Saint-Félix
avatar

Nombre de messages : 311
Réputation : 0
Points : 121
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 13:56

Cela faisait déjà près de trois heures que Cristòl de Sìarr, chevalier des Pyrénées, était, en vêtement humble, allongé sur la pierre froide de la chapelle, face au maître autel et aux figures d'Aristote et de Christos, bras écartés. La pierre était dure et sœur : il l'aimait, car pour peu qu'il y restât suffisamment longtemps allongé - et c'était d'autant plus facile que la saison était clémente, et le sol tempéré - , sa chair, sa peau, ses os mêmes trouvaient l'exacte emboitement entre le corps et la pierre, sans laisser d'espace. Il était aspiré par la terre, et au plus près de la Création du Très Haut, auquel il espérait faire entendre ses prières et souffrances.

Le soleil avait commencé à monter dans le ciel et à se déverser par les vitraux dans la petite église. Le village de Vinassan s'éveillait également, et des pas, des cris, venaient du dehors. D'autres vinrent, et d'autres encore. Puis des pas plus proches, des pas que Cristòl sentit vibrer sur la pierre de la chapelle. Qui était-ce ? Ainsi allongé, il ne pouvait pas le savoir.
Lentement, il remua ses membres habitués à l'immobilité, d'une immobilité si différente du sommeil, et se redressa pour voir Jehan et sa charmante épouse.


-« Mon frère ! »

Et, peut-être un peu brusquement, il lui donna une accolade. Ce visage, ce simple ami, qui était étranger à toutes les intrigues du sud, c'était presque comme la pureté qui venait à lui - ou plutôt, l'amitié pure, la fraternité qui n'exige rien, si ce n'est l'estime et l'attachement de l'autre.

-« Ma dame... »

Il inclina la tête.

-« Je ne saurais dire à quel point mon plaisir est grand de vous revoir. »

_________________
Comte de Gévaudan, Baron d'Alaigne, Seigneur de Mireval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelina
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 219
Réputation : 3
Points : 250
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 14:08

Linèta ne savait pas si elle devait être heureuse. Normalement, oui : ses parents, elle le savait depuis quelques semaines désormais, n'étaient pas morts. Ils étaient bien vivants, et se mariaient ce jour-là.
Son père était un homme bon et gentil, mais taciturne, ce qui satisfait rarement une enfant en mal de compréhension.

Elle avait désormais des frères et sœurs : Lop-Guilhem était son frère aîné, puis venaient les jumelles Magalona et Margarida ; puis Guillaume de Chauconin. Elle avait gagné deux frères et deux sœurs ! Mais elle serait toujours entre les deux. Leur lien, et à la fois, la fracture : ni d'une famille, ni de l'autre, tout juste un peu des deux. Et son père ne se mariait même pas pour elle, pour lui assurer un bon avenir, mais pour les autres, ses frères et sœurs du côté maternel.

Alors, que penser, quand on a huit ans, qu'on a vu son père tuer un homme, et désormais, se marier ? Doit-on être heureuse ou malheureuse ? Dans ses draps, la benjamine de la fratrie tordait son visage en mines boudeuses. On verrait bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polstephie
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 27
Réputation : 0
Points : 22
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 14:45

[Le 31 en fin de matinée, presque à la mi-journée]


Paula avait voyagé en coche depuis Montpellier, comme ces jours maudits et pourtant chéris qui l'avaient peu à peu menée sur ce chemin de vie.
Paula avait regardé le paysage défiler, comme elle l'avait fait à chacun de ses voyages qui avaient marqué sa vie.
Paula était vêtue de blanc, comme toutes ces années marquées par le deuil d'une femme trop exceptionnelle pour que l'on puisse l'oublier.
Finalement, à y bien regarder, elle n'avait pas changé et pourtant elle n'était plus la même. Les deuils successifs, les rejets, les rumeurs, la vie elle-même avaient eu raison de cette joie de vivre qui l'animait dans le passé. C'était une femme marquée par la vie et par le temps. Et pourtant toute en courbes, comme si la vie se raccrochait désespérément à elle.

Elle avait voulu épargner sa présence à ses enfants, leur offrant la possibilité de voyager dans un second coche. Elle comprenait que son geste leur apparaisse incompréhensible. Et pourtant... Aucune d'entre elle ne lui fit reproche de sa décision. Pas comme l'avait fait Jehanne_Elissa à qui elle aurait voulu apprendre elle-même la nouvelle...

Le Donjon se rapprochait, où elle savait que Cristòl avait fait préparer une chambre pour elle. Une fois arrivés, elle fit porter le peu d'affaires qu'elle avait amenées et se chargea elle-même de la seule chose qu'elle eut préparée pour cet évènement : sa robe. Étreinte sous plusieurs couches de voiles de lins, on n'en devinait pas encore la forme, ni même la couleur... Elle s'installa donc alors que les coches poursuivaient leur route et amenaient ses enfants vers le Château où ils logeraient confortablement. Et elle retrouva sa fille, sa petite Linèta, qu'elle avait si cruellement torturé en la voulant trop préserver...


Et le reste de la journée passa, de l'accomplissement de tâches habituelles en découvertes des lieux.




[Entre Ténèbres et Lumière, alors que, seule, la Dame Blanche erre...]


Comme toujours, comme bien souvent, la plus fidèle amante de Paula vint la trouver une fois la nuit tombée.

La Blanche Dame, en se levant, prit soin de ne pas éveiller sa fille qui demeurait près d'elle. Et c'est en chainse de lin malgré le froid, se couvrant simplement d'une cape légèrement doublée, les pieds nus parce qu'elle n'avait pas pensé à se chausser, et ses boucles cuivrées éparses dans son dos, qu'elle quitta le Donjon. Elle savait que l'on prendrait soin de sa petite fille pour elle si jamais elle s'éveillait.

Et ce fut à la lueur d'une bougie, manquant de trébucher sur le chemin qu'elle ne connaissait pas, que la Comtesse, la Veuve Blanche, se rendit en la Chapelle qui, le lendemain, accueillerait ses noces. Elle ouvrit l'une des portes discrètes des lieux et pénétra l'Antre Sacrée. La bougie fut déposée au sol après avoir été soufflée. La femme-fantôme se signa, puis elle s'avança vers l'Autel et s'agenouilla au sol, avec difficulté. Le visage penché en avant, les yeux fermés, la future épousée se mit à prier muettement, avec ferveur, laissant le Silence qui l'entourait épouser ses formes, laissant le Silence de l'air embrasser ses lèvres, laissant le Silence des lieux communier avec son Âme...

Et c'est ainsi, dans cette posture repentante, qu'elle passa une bonne partie de la nuit, presque la totalité en vérité...


Ce fut un courant d'air léger qui la sortit de cette sorte de transe dans laquelle elle était plongée. Un courant d'air frais et parfumé qui vient chatouiller ses narines après avoir caressé sa joue. Elle rouvrit ses yeux Ambre, se signa une nouvelle fois et se releva... ou plutôt essaya de se relever. Mais elle avait passé beaucoup de temps ainsi agenouillée et ses membres refusaient de l'écouter et restaient obstinément gourds, enfoncés dans le sol. La Comtesse soupira et posa sa main sur le sol puis se mut avec difficulté pour finalement, au bout d'un temps bien plus long qu'elle l'aurait cru, se relever, dévoilant la chainse de lin souillée de deux taches sombres... Là où se trouvaient ses genoux sur le sol de pierre...


Elle se signa une nouvelle fois et adressa encore une prière au Très Haut. Puis elle s'en retourna au Donjon, à la lueur de la bougie qu'elle avait rallumée à l'un des cierges-prières de la petite Chapelle, réfugiée sous sa cape blanche. Silhouette blafarde s'enfonçant dans les Ténèbres de la nuit qui, bientôt, ne seraient plus.


Une fois rentrée, elle admira un instant son enfant, cette fille bénie et chérie qu'elle avait eue par la grâce de Margot. Puis, elle s'allongea et put se reposer pendant deux ou trois heures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehanne Elissa
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 18
Réputation : 0
Points : 18
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 16:32

C'est sans faste ni joie quelle était arrivée avec le convoi des enfants, Eilinn toujours à ses côtés, la veille à Marmorières. Ils seraient logés ici? Peu lui importait. Mutisme. Elle a mangé la veille si on peut appeller manger avaler quelques bouchées d'un repas qui pourtant était beau et gourmand comme elle les aime. Et la mascarade a continué le matin ou elle avait à peine déjeuné sous les regards étranges du reste des enfants de la tribu d'Alanha. Pour la première fois elle ressentait son côté étranger à cette famille par l'absence de réactions en son sens de ceux quelle aimait surnommer ses "frères et sœurs". Ils ne pouvaient pas comprendre. Alors fâchée elle se leva de table plus tôt que prévu et fit signe à Eilinn d'aller se préparer. Elles allaient quitter Marmorières avant les autres.

Morne. Le voyage a été morne. Et elle en a été consciente la petite Volpilhat mais rien a pu y faire, rien, rien ne lui donnait le sourire. Elle regardait à un moment Eilinn avec un regard désolé avant de se plonger à nouveau dans la contemplation du paysage. Elle lui avait dit, en grande ligne les liens entre Polstephie, Cristol et sa mère, sans oublier le feu Comte du Gévaudan. Et elle espérait que ce simple exposé des liens les unissant suffirait à faire comprendre à sa dame de compagnie la raison de son mutisme et de son manque total d’allégresse a l’idée de ce mariage. De toute façon elle n’était pas en moyen de fournir plus d’explications tellement l’information avait encore du mal à passer aussi bien dans sa gorge que dans son cœur. Pauvre Eilinn… Etait-ce de bonnes circonstances pour entrer dans sa vie ? Certainement pas. Comme elle regrettait que la jeune Alençonnaise ne l’ai trouvée seulement quelques mois plus tôt ou sa seule préoccupation, son seul soucis était de ne pas rire trop fort pour réveiller Aimelina de sa sieste.


Devant la Chapelle elle s’arrête les mains nouées en bas de son ventre. Nouées. Entrelacées, serrées, jointures terriblement blanchies. Elle n’a pas envie, pas envie du tout d’entrer. Pas envie du tout de voir cette cérémonie quelle ne comprends pas. Pas envie du tout de pardonner non plus : la plaie est encore trop fraîche. Alors pourquoi est-elle là ? Ses yeux se lèvent vers la cloche du bâtiment puis en succession vers le ciel. Elle guette quelques instants le paysage, les bâtiment alentours et croit voir une femme aux cheveux roux a la fenêtre de la Tour. Elle se brosse les cheveux. Le regard fixe. Tante Pol.

Pour sa mère. C’est ce quelle s’est dit tout la nuit passée, elle irait pour sa mère. Pour être là, droite et fière comme le spectre de sa mère.Pour être là, fixant là scène et qu’ils voient bien en elle les traits de celle qu’ils ont tout deux aimé. Car a son sens, avec les minces détails qu’on avait voulu lui donner de l’histoire, en réfléchissant sur les liens des protagonistes tout ça ne semblait être qu’une offense à sa mère. Tante Pol, l’Ame-mie de sa mère n’avait pas à se marier si vite avec un homme, Cristol, qui avait apparemment été si attaché à elle. Et même sa mère n’aurait pas compris cette précipitation après tout n’était-ce pas le défunt Comte, si vite oublié pour son rôle d’époux qui l’avait anoblie ? Non, sa mère n’aurait pas cautionné. Alors là, lecteur, vous êtes tout à fait en droit de vous époumoner en disant qu’il est bien facile de faire parler les morts. Que de toute façon elle ne sait rien de l’histoire alors il est facile de brandir l’image d’une morte presque adorée comme excuse. Mais elle est jeune. Et ils ont fait tomber tous ses rêves de contes de fées, ils ont accrue sa méfiance contre l’adulte et surtout, ils ont brisé leur image parfaite. Alors par tous moyens, enfant un peu capricieuse -pour sur elle tient cette pugnacité et cette superbe hautaine des Appérault!-, elle leur mettra la faute sur le dos. Puisse l’esprit de sa mère la pardonner…

Finalement elles entrent et la petite Vicomtesse se fend d’un sourire à la fois gêné et contrit à Eilinn qui la suit. Cristol et des inconnus. Peu de monde encore et c’est tant mieux, on la verra mieux ainsi. Elle s’avance sans adresser de bonjour à quiconque vers le devant et s’assoit, un regard lourd décroché au marié. Et elle attend. Il n'est même pas midi et elle n'ira pas manger. Elle sera là, assise, pour attendre cette cérémonie et ne bougera pas d'un cil. Une expression implacable se dessine sur les traits fatigués de son visage.

Immobile. Sagement, impassiblement, pleine de colère. Et elle attend, sagement, serrant encore ses mains jusqu'à en souffrir. Et elle attend, sagement, serrant encore ses mains jusqu’à en souffrir sur sa robe. Et elle attend, sagement, vêtue d’une robe de deuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 23:19

Nan, mais des fois. Est-ce que c’est une habitude, de v’nir chercher les gens dans leur chez soi tout confort pour aller se casser le derche sur des routes caillouteuses que même la barbe du vicomte de Meaux elle était plus douce ? D’accord, paraît qu’il a un truc à voir avec c’qui s’passe dans le sud, le gamin, mais c’est pas savoir ça qui va lui changer ses humeurs. Il tire la gueule, en clair. Parce que, promizoulin, si ça continue ça va cesser. Déjà que se manger les leçons de parler et d’écouter avec les plus pédants des villageois du coin, eh ouais, yen a encore qui croiVent que c’est ceux qui en parlent le plus qui en font le mieux, c’est pas jouasse, ça allait encore parce que bon, il savait quand ça finissait.

On f’sait semblant d’écouter, une heure, deux heures, pendant que la mère elle… Ouais, on, on va pas aborder ce sujet maintenant, yen a qui doivent encore manger… Puis c’était fini. Et on pouvait refaire l’abruti en s’moquant du Dédé, l’fils qu’avait pas tout les grains dans le même maïs, avec les autres affreux du village. On vous a jamais dit que les gosses c’étaient pire quand c’étaient en bande. Ben on aurait du. Et c’est peu dire que Chauconin en suaient des sévères avec eux. Chauconin – suer, drôle, blague…

Soit. Donc on en était au fait que Guillaume, qui v’nait de Chauconin, félicitations si vous aviez deviné que c’était de lui qu’on parlait, c’est que vous êtes pas trop blond que pour r’garder le nom du posteur, se berçait le fondement sur la carosseroute du soleil, direction plein sud. Logique, vu qu’son père, qu’il avait jamais vraiment vu, se mettait la corde au cou avec une qui en valait la peine. Oh, croyez pas que le Guillaume aime pas sa mère, non pas, mais bon, il avait vite compris, et cette dernière état pas étrangère à cette compréhension, que les vrais mariages ne se faisaient pas entre deux mondes différents. On lui aurait parlé d’un buveur d’eau bouillante blond et d’une chasseuse de raton-laveur qu’il leur aurait pas vu le moindre avenir commun. Donc, vu que son géniteur se r’trouvait à se marier avec une comtesse, c’était tout bon dans son échelle de valeur. Le reste, il s’en carait un peu.

Quoiqu’en fait, non, il s’en foutait pas du tout, bien au contraire. Ca l’intéressait. Déjà, parce qu’enfin il allait le voir, celui qui avait mis la Margaux dans sa bassine d’eau chaude (eh nan, c’est pas une métaphore douteuse que j’vous sers bande d’ignares, mais une subtile référence aux premiers échanges des deux chauds lapins (chauds lapins – Chauconin, drôle, blague…)), et que ça, ben quand on l’a pas vu d’puis sa naissance, c’qui r’monte à une paye (pour une estimation plus précise, voir le message de papaaaaaaaaaaaaaaaa au-dessus), c’t’un événement. Puis parce qu’enfin, il allait frayer avec la haute. Pas que l’vieux barbu du château, là, en Champagne, il soit pas de la haute. Deux fois vicomtes, chevalier d’un Ordre qui a pas fait que des enfants de cœur, d’une vraie famille noble, puis qui en imposait, quand on le voyait. Et même quand on le voyait pas, d’ailleurs, à se souvenir de comment c’était qu’on parlait de lui… Genre même le croque mitaine il a perdu sa place de « monstre pour enfants » dans les racontars du hameau.

Et ça, sa mère lui avait dit, comment qu’c’était important. Déjà parce qu’il y appartenait. Bah oui, son papaaaaaaaaaaaaaaa il est chevalier, et baron et vicomte. Et que bon, la mère, ben comme le dit le curé, qui est trop super balaise en bio, c’est jamais que la fournisseuse de matière. Donc c’est net, le Guillaume, il appartient à la haute. Et gare au premier qu’essayera de lui dire le contraire. Ca risquera de se payer cher.


- On est bientôt arrivé ?

Bah oui, il râle aussi. Vous croyez quoi ? Si je me casse à faire un môme, c’est pour pouvoir râler. Sinon, c’est quoi l’intérêt ?

- Nan, ici c’est Nevers.

- Magny ! Cours !

Et v’la t’y pas un cocher qui s’invite dans la conversation. Quel besoin il a aussi de causer à son bête canasson ? Genre l’autre va lui répondre. C’est pas les Animaux du Bois d’Quat’Sous ici, hein ! Tout ça pour dire qu’en clair, ça avançait pas. Et j’vous f’rais grâce du reste du trajet, parce que de un, j’ai pas envie de me creuser encore, de deux, je sens que ça va vite vous gaver.

Donc, d’un commun accord avec moi-même, je décide qu’on est quasi arrivé.

Le convoi avait ralenti. ‘Fin, convoi, fallait le dire vite. Genre une demi-demi-douzaine de gardes, un cocher, un gamin insupportable, un pseudo précepteur et un gars qu’on savait pas vraiment ce qu’il faisait, mais qui le faisait bien. Ils s’étaient approchés du château, et là, le Chauconin avait un peu plus pris conscience de sa situation. Ouais, d’accord, il était pas légitime. Par contre, son père, il savait ce que c’était, un castel. Bon, ptèt que le fait que ce soit le château de papaaaaaaaaaaa joue un peu beaucoup sur la vision du gosse, mais voila, il s’était fait sa religion, comme on dit. Son père, il assure, comme la Mat*** qui a aussi un chevalier à son service, drôle, blague…

Puis il y avait eu la rencontre. En sobriété, ce qui avait été le mieux pour Guillaume, au final. Pas de grandes effusions, auxquelles il n’entendait rien, juste ce qu’il fallait. Du digne sans être cérémonial, de l’affection sans crise de larmes, bref, tout ce qui allait à la circonstance, et qui avait rendu le gosse assez muet, ‘fin calme, pour ne pas que ça parte en vrille. Et la nuit avait passé, emmenant l’enfant dans un sommeil sans rêve, d’un calme olympien, mais olympien comme doux et reposant pas comme PAMPAMBOUMBOUM voila Le Clash des Titans…

Le matin, comme il l’avait appris tant et tant de fois, il avait fait sa toilette, aidé d’un valet, revêtu ses habits, bleu et jaune, aux couleurs de son père, idée de sa mère. Pas de luxe effréné, mais pas d’austérité de mauvais aloi. C’est son père qu’on mariait sacrebleu.

Enfin, on l’avait amené à la chapelle. Bon, déjà, là, ça assurait moins. Mais bon, on allait pas se plaindre. Déjà que son papaaaaaaaaaaa avait un beau château, le reste, on râlerait plus tard. Le temps de prendre une grande inspiration, de sourire au visage de sa maman qui s’inscrit devant ses yeux, et d’entrer.

Ou plutôt, de caler net. V’la ‘ty pas que son père se mettait à serrer les pinces. Super, et j’fais quoi moi maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leello
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Localisation : Près de son amour
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 1 Avr - 23:53

[ Terres d'Olonne en pays d'Oil au bord de l'Océan ]

Leello faisait au plus vite, mais chaque fois qu’il fallait se rendre à une cérémonie de mariage elle trouvait le moyen d’être en retard. Ceci dit son époux le savait il prenait les devants en activant les préparatifs.


Citation :
Ma mie êtes vous prête? Le voyage sera long et périlleux nous ne devons plus tarder. J'aimerai m'entretenir et prier avec mon parrain avant son union. j'ai toujours trouvé auprès de lui la paix de l'esprit quand la confusion y régnait et par ma foi en ce moment elle y revient un peu.

Elle entendit Jehan l’appeler.

Ouiii je viens, laissez moi juste le temps d’attacher mes cheveux et nous pourrons prendre la route.

Elle s’activa alors un peu, nouant sa lourde chevelure en chignon tout en dévalant les escaliers pour atteindre la cours.


[Neuf jours plus tard en Narbonnais ]


Jehan connaissant Leello à merveille savait qu’elle avait un peu de mal à se rendre en un lieu qu’elle ne connaissait pas. Il avait à son égard de petites attentions qui la rassuraient et qui ne manquaient pas de la toucher.
Lorsqu’il lui prit la main, Leello la serra dans la sienne et le suivit à l’intérieur de la Chapelle.
Elle était émerveillée par la beauté des lieux, et attendait de revoir le parrain de son époux avec impatience. Jehan ne tarissait pas d’éloges le concernant et Leello savait qu’il n’avait pas pour habitude d’en rajouter.

C’est donc avec beaucoup d’émotion et assez impressionnée qu’elle attendait que le Vicomte vienne les saluer.

Lorsqu’il vint les accueillir il commença par donner l’accolade à Jehan. Leello laissa les deux hommes se retrouver.
Puis il s’adressa à elle.


Citation :

-« Ma dame... »
-« Je ne saurais dire à quel point mon plaisir est grand de vous revoir. »


Chevalier Cristòl, le plaisir est pour moi vraiment.

Un regard vers son époux.
Votre Filleul me dit tant de bien sur vous que j’avais hâte de vous rencontrer et de vous féliciter pour vos épousailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehan de Proisy
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 9
Réputation : 0
Points : 11
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Ven 2 Avr - 0:33

Le contraste entre la lumière extérieure et la pénombre relative de la Chapelle fit que Jehan fut surpris de voir son parrain arriver et le reconnut plus à sa voix qu'à sa silhouette.

Citation :
Mon frère...
Ces mots valent tous les discours pour ce qu'ils recèlent de sincérité et d'amitié pure. Aussi Jehan répond il avec force à la virile accolade du Chevalier de Siarr...

Mon Parrain...

Ce sont les seuls mots qu'il prononce avec tout ce qu'ils expriment d'égoïste possession et de ferveur.

Du monde arrive et passe près d'eux mais ils ne les voient pas tout à ces retrouvailles fraternelles...
L'endroit bien qu'un mariage y fut attendu est austère et simple à l'image du Chevalier de Siarr. Cela convient à la perfection à Jehan qui préfère cela aux fastes et hypocrite décorum de lieux qu'il fut en devoir de fréquenter.
Lorsqu'enfin les deux hommes se séparent Jehan recule d'un pas et Cristòl salue le Grand Consul avec simplicité. Celui-ci, sans doute ému, par l'ambiance lui répond avec douceur et simplicité.

Jehan se tourne vers on épouse en souriant...


Ma mie je souhaite prier avec le Chevalier avant son union, puis je un court instant vous abandonner...

Il éprouve l'impérieux besoin de prier avec cet homme qu'il n'a pas revu depuis des siècles pour partager la même ferveur vis à vis du Trés Haut.

Jehan attend la réaction de son frère/parrain espérant que celui ci ne trouvera pas incongru la demande. Il remet son épée à son épouse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eilinn Melani
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 02/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Ven 2 Avr - 0:42

Dans l'ombre de Jehanne Elissa Raphaëlle de Volpilhat chacun avait pu voir une enfant du même age, aux cheveux de jais et aux grands yeux bleus pâles, au diapason de l'humeur de la vicomtesse. Car ainsi Eilinn s'était retrouvée un peu perdue dans cet entourage inconnu, son seul point d'ancrage étant résolument hors d'atteinte et plongé dans un mutisme inhabituel.
Alors elle s'était adaptée un peu à l'humeur de Jehanne Elissa, une façon comme une autre de l'assurer de sa présence, tout en tentant de garder une neutralité conforme à son statut.
Les deux jeunes filles n'en étaient point encore au stade des confidences, ainsi Eilinn n'avait pu que conjecturer sur les raisons de ce mariage, et des raisons de la vicomtesse de Cauvisson a y être opposée.
Ainsi, dans une robe bleue clair, à côté de Jehanne Elissa, Eilinn patientait également, observant les visages, les tenues. Elle aurait voulu poser une main affectueuse sur l'épaule de sa "maitresse", mais quelque chose la retint, une volonté de respecter la bienséance, le lieu, et les sentiments attristées de celle qu'elle accompagnait.


Dernière édition par Eilinn Melani le Mar 6 Avr - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polstephie
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 27
Réputation : 0
Points : 22
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Ven 2 Avr - 18:11

[Alors que s'égrènent les minutes la rapprochant de sa Mort...]


Paula ouvrit les yeux lentement et s'étira longuement. Elle regarda le plafond de la pièce où elle avait dormi et se plongea dans cette contemplation le temps de s'éveiller totalement. Quand enfin elle sentit certaines douleurs s'estomper, elle entreprit de se redresser complètement dans son lit. Son regard se tourna vers les voiles de lin qui entouraient LA robe et elle se demanda seulement en cet instant ce qu'on pourrait bien en penser. Mais elle chassa rapidement cette idée pour faire mentalement la liste des choses qu'elle se devait d'accomplir afin d'être prête. La Cérémonie ne commencerait que plus tard, mais elle avait fort à faire pour se préparer. Et elle souhaitait s'entretenir avec ses enfants...

Elle se vêtit donc relativement rapidement de ses habits de tous les jours, endossant le carcan de ce deuil blanc et silencieux. Puis la main saisit la brosse posée sur une petite table et elle se mit à peigner ses cheveux redevenus longs depuis tout ce temps. Ce fut machinalement qu'elle se dirigea vers la fenêtre et l'ouvrit afin de laisser entrer un souffle d'air vivifiant. Son regard ne capta pas les deux petites silhouettes au loin, dont l'une arborait le cuivre Volpilhesque dans sa chevelure. A cheval entre Éternité et Instant présent, suspendue au bord d'un gouffre qu'elle était seule à percevoir, Paula continuait de brosser ses cheveux...

Et le temps passa ainsi.


Une fois qu'elle s'estima prête, Paula voulut se pencher sur Linèta afin de l'embrasser. Les bouleversements qui façonnaient actuellement sa vie la marqueraient sans doute à jamais, et ce fut la chose qui marqua le plus Paula alors qu'elle se rendait compte que le visage de son enfant avait perdu de sa sérénité. La douleur en son cœur fut intense au point que celui-ci manqua quelques battements. Le souffle court, la femme et mère embrassa le front de sa fille tout en tentant de calmer ce qui se déchaînait en elle. Mais le murmure de réveil et d'apaisement qu'elle voulait offrir à Aimelina resta bloqué dans sa gorge nouée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl
Baron de Saint-Félix
avatar

Nombre de messages : 311
Réputation : 0
Points : 121
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Dim 4 Avr - 4:24

[Pardon, fêtes de Pâques, retour en famille, etc., j'ai peu eu d'occasions de me connecter depuis vendredi Embarassed Je fais avancer l'histoire.]

Il était après parler à Jehan de Proisy et son épouse lorsque la Vicomtesse de Calvission - ô cruauté du cœur ! - et sa jeune suivante entrèrent. Silencieuses. Jehanne, hautaine, semblait-il. Mais dans une robe de deuil. Une robe de deuil qu'elle devait tenir de Margot - Margot, la fleur toujours en deuil... Comme elle lui ressemblait, en cet instant !

Mais la Vicomtesse d'Olonne parlait :


-"Chevalier Cristòl, le plaisir est pour moi vraiment. Votre Filleul me dit tant de bien sur vous que j’avais hâte de vous rencontrer et de vous féliciter pour vos épousailles."


Cristòl sourit, et répondit doucement :

-"Il est vrai que je n'ai pas été à Olonne après vos noces, ce qui vous a donné peu de loisir de m'être présentée. Néanmoins, nous nous sommes déjà rencontrés : j'étais le témoin de vos noces avec mon frère, et il me fait un honneur sincère, d'être aujourd'hui le mien."

Guillaume de Chauconin était entré alors qu'il parlait. Jehan de Proisy repartit :

-"Ma mie je souhaite prier avec le Chevalier avant son union, puis je un court instant vous abandonner..."

Cristòl fut reconnaissant à son ami d'ainsi le rappeler à sa pénitence. Il adressa un signe à son fils, et retourna, en compagnie de Jehan, devant l'autel. Ils s'inclinèrent, s'agenouillèrent à même le sol, tête baissée, épaule contre épaule, offrant le spectacle de leur nuque à l'assemblée qui grossissait : la Vicomtesse d'Olonne ; la Volpilhat et sa suivante Eilinn ; Guillaume de Chauconin, auquel son père avait indiqué, la veille, que Jehanne de Volpilhat était la petite fille du Vicomte de Meaux.

L'heure du mariage, minute après minute, s'approchait : plus qu'une heure et demie, et l'officiant arriverait. Alors viendrait la mariée.

Cette heure et demie, les présents dans la chapelle, s'ils ne sortaient vaquer à quelque affaire, la passèrent à méditer, chuchoter ou observer le crépi fatigué de la chapelle Saint-Martin. Constants dans leur pieux isolement, les deux Vicomtes, les deux amis, les deux frères. Les deux vertueux hospitaliers, pourrait-on dire.

_________________
Comte de Gévaudan, Baron d'Alaigne, Seigneur de Mireval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lop_Guilhem
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Dim 4 Avr - 19:21

Quelques jours auparavant

Lop-Guilhem reçut une missive de sa tendre mère annonçant son remariage avec un certain Cristòl, qu'il ne connaissait point.

Au début cela le surprit que sa mère se remarie peu après le décès de son cher père, mort des suites de blessures reçues lors d'une Croisade en Provence. Mais réflexion faite, il se dit que se devait être un mariage de raison. Comment pourrait-il en être autrement ? Du souvenir qu'il en avait, sa mère aimait son père.

Bref, il répondit affirmativement à l'invitation aux nouvelles noces de sa mère. Il recruta une escorte et entreprit le voyage de Bergerac à Vinassan, ce qui prit une dizaine de jours de marche.


Arrivée à Vinassan

Lop-Guilhem laissa son escorte à Narbonne et fit le chemin seul jusqu'à Vinassan. Du haut de ses 14 ans, juché sur son cheval et vêtu de ses plus beaux atours, il ne ressemblait plus à cet enfant qu'avait connu sa mère jusqu'à l'âge de ses 7 ans, mais à un homme, à son père...

Il descendit de cheval aux portes de la chapelle et pénétra dans l'édifice religieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mar 6 Avr - 16:12

Papaaaaaaaaaaaa l'avait remarqué. Ouf. Et il avait pas l'air d'avoir quoi que ce soit à lui r'procher. Re-ouf. Parce que bon, même s'il était content d'être là, Guillaume, il avait quand même un peu la tête en vrac. D'puis qu'il était ici, il avait rencontré plein des gens. Plein. Le rémouleur comme la vicomtesse, le queue comme l'intendant. Et il avait du faire bonne figure tout le temps, sans souffler un quart de seconde. Sa mère lui avait dit, d'façon "C'est ta famille, ce sont tes gens, mais il faudra pas les laisser te haïr. Sans ça, tu perdras ta place dans leur monde". Alors le gamin avait enregistré, assimilé et répété. Et caché sa peur derrière la récitation des leçons champenoises.

Visiblement, ça avait fonctionné, parce que personne lui avait retourné de mandale. Ouais, il était pas non plus au courant qu'en théorie, dans la haute, quand on voulait punir quelqu'un on lui imprimait pas une paume en travers de la tronche. Mais qu'est-ce que vous voulez, on peut pas tout savoir, du moins pas à douze ans, même si on est sur du contraire. Donc, à l'église, le salut de son père équivalait à toutes les médailles du monde. A ses yeux, ça voulait dire "Bonjour, fils, tu es ici à ta place".

Aussi, alors que son géniteur allait prier avec un grand blond, surement un ami de la famille, vu que les deux adultes ont l'air de s'apprécier, case "Découvrir qui c'est rapidos" cochée dans l'esprit du gamin, le bâtard avise l'intérieur de l'église, histoire de voir que faire. Bon, ya la madame du grand blond, sa chaussette noire peut-être?, mais il la connaît pas. Et il sent que c'est pas l'endroit pour faire connaissance. Puis autant réserver ça à la mission qu'il s'est attribué à l'instant. De deux, ya deux filles, dont une qu'il sait qui c'est. C'est renarde, 'fin celle que ses cheveux sont roux comme les peaux de renard que le vicomte briant (Meaux, brie, brillant, drôle, blague...) il rapporte quand il va chasser dans ses forêts. Et aussi la fille du fils dudit vicomte. Donc la fille de Louis-Raphaël d'Appérault et de Marguerite de Volpihat. Il avait pas eu facile à retenir, mais la généalogie de la plus prestigieuse lignée champenoise, logique de penser ça quand on a passé tout sa vie à l'ombre du blason aux lions et à l'épée, avait été une des leçons qu'il avait le plus appréciées. Par contre, il se souvenait plus de pourquoi elle était là, la renarde. Si son père lui avait dit, il avait oublié. Si son père lui avait pas dit, bah comment pourrait-il savoir.

Mais d'façon, c'était la seule personne qu'il connaissait. Et en plus elle était pas venue seule. Et en plus elle avait l'air de pas être causante. Donc s'il s'met avec elle, il pourra r'garder les autres à l'aise, puisqu'il devra pas causer avec elle, puisqu'elle tire une tronche d'enterrement. Faudrait voir à suivre, hein, que j'aie pas à tout expliquer vingt fois. Du coup, la décision est prise. De un il va avoir l'air courtois, de deux il aura une place pas isolée, donc il paraîtra pas perdu, de trois il va pouvoir profiter du pestacle à l'aise.

Alors, on y va. Pendant que le père est déjà plongé dans ses méditations, faudrait d'ailleurs qu'il pense à se faire mouiller le front par un curé rapidos, le Chauconin, le fils va d'un pas décidé, mais pas trop rapide, on est dans une église pas sur un terrain de soule, vers la vicomtesse.


- Damoiselle, je suis ravi de vous revoir, fit-il en inclinant légèrement le front, ainsi que de rencontrer votre... ah ouais, mais là ça va être de suite moins easy game, comment c'est qu'il peut savoir qui c'est, elle? Il se souvient plus d'elle, mais plus du tout. Pourtant, si elle était là, et près de la d'Appérault, c'est qu'elle devait être de sa mesnie, et donc qu'elle devait être présente quand on les avait présentés. Bon sang de bois. Là, la panique commençait. Il sentait les vêtements bien trop serrés, devinait la goute qui se formait, lentement mais surement, au sommet de son échine, ses mains qui le démangeaient à force de ne savoir que faire. Et le rouge qui lui montait aux joues. Du moins, il le sentait, et il était persuadé que tous pouvaient le voir. Après, qu'effectivement ils le voient ou non, ça, c'était un autre débat. Parce que là, il était temps de poursuivre sa phrase. Réflexion mode rapidos. Elle lui r'semble pas, c'est pas sa soeur. Elle doit pas être plus vieille, c'est pas sa gouvernante. Elle est pas pauvre, c'est pas sa soeur de lait. Logiquement, c'est soit une cousine soit une dame de compagnie. Vite, trouver un mot qui puisse désigner l'un et l'autre... amie. Arf, là, ça passe ou ça casse. Le mot est soit trop fort, soit trop familier. En tous les cas, c'est pas c'ui là qu'il aurait du dire. Mais bon, alea jacta est aurait dit le poète, alors qu'un autre visage s'avance dans le lieu saint, mais que le Chauconin n'a pas l'occasion d'apercevoir, trop inquiet de la réaction de Jehanne Elissa.


Dernière édition par Guillaume de Chauconin le Mar 6 Avr - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehanne Elissa
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 18
Réputation : 0
Points : 18
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mar 6 Avr - 19:00

Et encore, elle regardait droit devant elle. Bon droit devant elle en cet instant il y avait Cristol entrain de prier le Très-Haut après qu'il lui ai lancé un regard vaguement étrange. Mais elle s'en fiche, elle a tenu le coup. Et elle le regarde prier, toujours bien droite, toujours avec une expression des plus implacables. Quand elle a décidé qu'on ne l'embêterait pas on ne l'embêterait pas!

Bruits d'une entrée dans la Chapelle et elle ne peut se retenir de se retourner la Goupil; trop curieuse. Et là, what a surpriiiise [pardon]! En prime abord elle ne l'a pas reconnu. la seconde suivante il lui a dit quelque chose de vaguement familier, un visage déjà croisé. Et enfin un prénom est venu clignoter sous les cheveux roux comme une belle et stridente alarme incendie:Lop-Guilhem. Ça pour être une surprise... Depuis combien de temps ne s'étaient-ils pas vus? Depuis... Depuis... Bon, longtemps. Depuis qu'il avait été envoyé en Périgord chez une quelconque noblesse locale pour son éducation d'homme. Depuis que le défunt Comte du Gévaudan avait décidé qu'il vivait dans un univers trop féminin pour devenir un Comte digne de ce nom. Lop avait été un des premiers compagnons de jeu de la petit Vicomtesse de Cauvisson et comme ils s'étaient amusés! Et pourtant, comme il avait changé... Il n'était plus l'enfant avec qui elle crapahutait dans les jardins les joues rouges de chaleur et la gorge nouée d'avoir crié, son corps prenant petit à petit l'enveloppe d'un Homme, son visage s'était un peu durcit et même s'ils avaient un âge à peu près égal il devait bien la dépasser de quelques têtes.

Elle lui sourit presque gentiment alors que ça avait semblé si difficile quelques instants plus tôt et une sorte de douceur enfantine vient de manière fugace lui éclairer le visage. Une réminiscence de ces instants précieux ou elle n'avait pas à affronter -rotation de la tête vers Cristol et l'autre Chevalier- des moments aigres comme celui quelle vivait à présent. Et hop, le visage qui se rembrunit. Elle irait saluer Lop plus tard, elle avait sa comédie a finir de jouer.

Damoiselle, je suis ravi de vous revoir... ainsi que de rencontrer votre... amie.


Ah!
Alors quelle s'était à nouveau plongée dans le mutisme qui l'aiderait à commencer l'Acte II voila qu'on vient la déranger. Hop, au sourcils de se froncer violemment et aux mirettes vertes parant un visage chiffonné de se lever vers celui qui lui parle. Qui est-ce? L'expression change pour passer à celle d'une enfant qui réfléchit -oui oui, vous voyez!- avant de se détendre à nouveau. Guillaume de... De... Et voila quelle ne se souvient plus. Oh en temps normal elle se serait sentie affreusement gênée et mal à l'aise de ne plus se souvenir du nom d'une personne présentée la veille car c'était mal poli et ça, elle n'aime pas. Mais ce jour son seul objectif reste d'assister à cette cérémonie comme spectre de sa mère. Donc la politesse... C'est sa petite voix aux accents chantants ternes en ce jour qui s'adresse au jeune homme.


- « Eilinn Melani. Mon amie et dame de compagnie s'appelle Eilinn Melani. Eilinn, je vous présente Guillaume... Guillaume. Et le plaisir serait partagé si nous n'étions pas en de telles circonstances pour ma part, n'en doutez pas.

Elle se fend d'un sourire entre tristesse et gêne, lui fait signe de s'assoir et fixe à nouveau l'autel. Sa masse de cheveux roux lâchés a été une idée géniale. Car là en fixant cet hôtel et si son visage était découvert pour sur qu'ils auraient vus ses yeux verts devenir humides. Ce n'est même pas le mariage. Ce n'est même pas le dos de Cristol. Ce n'est rien de tout ça. C'est juste qu'être là lui enlève sa joie, c'est juste qu'être là et avec son rôle bille en tête va donner à ce Guillaume une image taciturne d'elle alors que Ciel! Comme elle en est éloignée normalement! Et chaque autre jeune personne DOIT être son amie! L'héritière Volpilhat inspire alors un grand coup une fois puis expire de la même manière. Et encore deux fois. Finalement, après s'être une fois de plus redressée et malgré des mirettes encore quelque peu humides elle se tourne vers Guillaume, sourire aussi avenant quelle le peut en cet état aux lèvres et voix un peu cassée à la gorge.

- « J'espère que vous resterez en Languedoc quelques jours après... Ça. J'aimerais vraiment que nous puissions nous connaître. »

Autel. Regard rivé. Silence. Comme c'est dur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eilinn Melani
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 02/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mar 6 Avr - 19:20

La situation n'était pas aisée à tenir pour une fillette de onze ans, dans un milieu que l'on pourrait presque qualifier d'hostile au vu des circonstances. Une vicomtesse murée dans son silence, des adultes semblant eux évoluer dans un ballet silencieux dont les tenants et aboutissants lui échappaient.
Et rester assise sur un banc dur à attendre que le temps passe n'était pas dans ses occupations favorites.
Un jeune garçon, sensiblement de leur âge, s'avança alors. Visiblement, il semblait connaitre Jehanne Elissa, qui fit rapidement les présentations, comme l'on se débarrassait d'une corvée. Elle ne put empêcher une rougeur de monter à ses joues, mélange de gêne et de timidité enfantine. Elle fit donc une rapide réverence, en saluant le jeune homme.


Enchantée, messire Guillaume.

Etait-ce le lieu pour entamer une conversation ? La dernière fois qu'un garçon lui avait adressé la parole dans une église, il s'était fait morigéner par la suite. Et le discours de Jehanne Elissa n'était pas une incitation à la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Chauconin
Sang de Sìarr
avatar

Nombre de messages : 48
Réputation : 1
Points : 51
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mar 6 Avr - 20:43

Dans la catégorie « Je foire mes relations sociales », je demande Guillaume de Chauconin. Parce que là, pour le coup, c'était clair comme de l'eau de roche, il aurait mieux fait de se casser une jambe que de s'adresser à la jeune rousse. Pas qu'elle soit pas polie, non, du moins pas aux yeux du bâtard de Sìarr, mais plutôt qu'elle a pas l'air trop jouasse à l'idée d'être ici. Alors que lui, il aurait envie de blablatter sans cesse, même si pour ça fallait parler comme les grands avec de vraies belles phrases. Il avait envie de causer des châteaux, des églises, des montagnes, du soleil, de tout ce qui était nouveau pour lui. Et là, bah, on lui répondait juste pour pouvoir refixer les pierres de l'autel. Pierres de l'autel qui devait être à peine moins joyeuses que la vicomtesse.

Par contre, bon point pour lui, ou chance de cocu, ce qu'il aurait bien du mal à être, mais passons, la fille aux cheveux noirs semblaient bien être son amie. Du moins, c'est comme ça que Renarde, oui, le Chauconin aime à surnommer les gens qu'il croise, amicalement ou pas, d'ailleurs, la lui avait présentée. Melani, de son nom. Nom qui ne lui était pas inconnu, même s'il arrivait plus à savoir pourquoi. Certainement qu'son attention restait captée par la triste enfant. Mais pas trop que pour pas pouvoir répondre, juste avant de prendre place, aux côtés de la rousse qui l'y avait invité:
« Damoiselle, l'enchantement est mien, je vous en assure ».

Et ensuite? Que faire? Se taire ou parler? Parce qu'en effet, sa voisine de banc, si elle était pas au bord de la crise de nerfs, devait pas en être méga loin. Surtout qu'en plus, la v'la qui lui disait, ni une ni deux, qu'elle souffrait d'être ici. Ya quelques années, le gosse l'aurait prise par la main pour se barrer en courant et aller chaparder dans le pré du vieux René. Mais d'puis, il avait appris, et la pogne du dit René y était pas étrangère, que ça s'faisait pas. Ou plutôt que chaparder, ça s'faisait pas sans préparation. Donc y aller à l'impro était devenu actio non grata comme disait le curé.

Ainsi, sans échappatoire physique, et vu que la noiraude n'enchaînait pas, le cerveau du Champenois bouillonnait. Parce que demandez à un gosse, vous, de savoir se retenir quand il se pose des questions. C'est pas censé être un mariage réussi, ici? Un de ceux où les deux familles sont gagnantes et où les époux sont d'accord? Ca pouvait être que ça, d'façon, vu que c'est ce qu'on lui avait dit à Chauconin. Parce que, pour Guillaume, sa mère est définitivement partout. Ses leçons, inlassablement répétées, ont creusé de profonds sillons dans l'esprit du jeune homme. Et en sortir sera difficile, si tant est que cela soit possible, ou désiré.

Alors donc, ça carbure. Jehanne Elissa est pas contente de ce mariage, c'est net. Donc c'est qu'ça doit la contrarier. Ses parents sont morts, et y a jamais eu de rumeur sur sa bâtardise. Donc elle peut pas être la fille de Cristòl ou de Paula. Sìarr et Alanha sont pas des lignages champenois, donc ce mariage est pas un échec à consolider l'implantation Appérault dans le grand duché du Nord-Est. Ses parents sont morts, donc elle peut pas avoir souhaité qu'l'un d'eux épouse l'un d'ceux qui s'marient aujourd'hui. Bon dieu de bois, voila c'qui est pas facile. Pour un peu les leçons de grammaire seraient plus simples... Versant politique de la chose éliminé. C'est pas ça. Versant du cœur? Mouais, à voir. Elle peut pas vouloir marier la comtesse. Donc... ptèt... nan, ce serait dégueu, elle doit avoir la moitié d'son âge... Mais bon, en même temps, il voit pas d'autre solution, le gosse.

C'est clair, en fait. La vicomtesse veut épouser le vicomte. Elle veut empêcher le mariage de papaaaaaaaaa. Pour le coup, là, Guillaume serait prêt à l'enlever. Pour faire quoi ensuite, aucune idée. Mais pour l'empêcher d'faire du mal à sa famille, qui a pas mal à gagner à ce mariage. Un comté et une baronnie, et l'alliance de la hérauderie du Languedoc au surplus. Et elle, elle avait quoi à offrir? Une vicomté et une baronnie aussi, en fait. Et le nom d'Appérault. Ce qui est pas négligeable, sauf quand on vit de l'autre côté du royaume. Puis, d'façon, si yavait du yavoir mariage, le vicomte de Meaux aurait agi, pour sûr. Peste, elle est amoureuse.

Le corps de Guillaume se crispe. Il va d'voir intervenir. Il sait pas encore comment, mais ça va être à lui d'protéger son père. Et en plus, elle le provoque. Elle veut le connaître. Elle veut quand même pas dev'nir sa belle-mère. Il les avait toujours trouvées bizarres, les filles, mais là, celle-la battait des records. Faut gagner du temps. Parce que quand on a pas d'idée, faut temporiser jusqu'à en trouver une. C'est c'qu'il a appris pendant ses « études ». Répondre pour se donner le temps de réfléchir.


« Belle damoiselle, ce serait un honneur autant qu'un plaisir ».

Sauf que là, quand il croise son regard, elle est trop faible pour lui. Se battre contre quelqu'un qui a du répondant, d'accord. Il l'a déjà fait, et ça lui a jamais causé de nœuds au cerveau. Mais la vicomtesse, il a l'impression qu'elle va casser rien qu'si on lui souffle dessus. Les belles résolutions s'envolent. Il peut pas en vouloir à un bout d'être humain comme ça. Pas quand elle porte tout le malheur du monde sur les épaules.

Et c'est sans s'en rendre compte qu'il ajoute:
« Et si je puis quoi que ce soit pour vous, je le ferai ».

Et tentative de sourire engageant. Tant pis si elle veut foutre le mariage en l'air, il sera toujours temps de voir à ce moment-là. Pour le moment, pas question que la seule personne qu'il connaisse ici, en plus de papaaaaaaaaa, se retrouve à pleurer toutes les larmes de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polstephie
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 27
Réputation : 0
Points : 22
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 7 Avr - 0:28

Une fois qu'elle l'eut éveillée, de façon silencieuse puisqu'elle n'arrivait pas à parler, la Comtesse aida sa petite Linèta à se vêtir et à se préparer. Puis elles rejoignirent les filles pour prendre une légère collation. Une fois encore, la Comtesse ne put parler. Alors elle se contenta de couver ses enfants du regard malgré les évènements... Enfin, elle laissa Linèta aux bons soins d'Eirwen et de ses sœurs pour aller se préparer.

Si elle ne redoutait pas la cérémonie, son cœur battait la chamade à l'idée de revoir enfin son fils. Tant d'années les avaient séparés qu'elle craignait de l'avoir perdu véritablement. Mais elle chassa ces idées et entreprit de dévoiler la robe qu'elle porterait et qui ne manquerait sans doute pas d'étonner. Elle n'en avait même pas toucher mot à Cristòl, se fiant simplement à son ressenti quand elle l'avait faite faire.


Les dernières minutes de la Veuve filèrent rapidement. Une fois la robe passée, elle ramena simplement une partie de ses cheveux en une torsade afin de dégager son visage, la fixa d'un peigne d'or très fin et orné d'une simple et unique émeraude. Puis elle fixa la ténébreuse dentelle espagnole sur ses cheveux de feu mais ne parvint pas à éteindre leur éclat. Une fois prête, elle pria en silence, convaincue qu'elle était qu'il n'était pas besoin d'être dans un lieu consacré pour le faire.


La Comtesse était entourée de ses filles et s'inquiétait de n'avoir pas eu de nouvelles de son Frère. Mais, sans plus attendre, le cortège se rendit à pied vers la Chapelle qui entendrait ses vœux, leurs vœux...

Eirwen aux cheveux d'or portait, comme dans toutes les grandes occasions, une cotte azurée. Mais elle y avait ajouté un surcot d'argent marquant son deuil.

Magalona Eufrasia, au teint diaphane rehaussé par les Ténèbres de ses cheveux, portait une robe à tassel taillée dans un brocard rouge sombre brodé d'or et bordée d'une fourrure sombre. Elle portait son deuil ainsi : avec les couleurs du Gévaudan que son père avait tant aimé.

Margalida Dulcia, aux cheveux enflammés, portait également une robe à tassel bordée de la même fourrure sombre que son Autre, mais la sienne était de l'Émeraude des forêts Gevaudanaise. C'est en son cœur qu'elle portait le deuil de son père, n'aimant pas les démonstrations publiques.

Et la petite Aimelina portait fièrement les couleurs de Sìarr : l'azur et l'argent. Ses cheveux avaient été laissés libres et la brise les soulevait parfois.

Mais le plus étrange dans ce petit groupe, c'était finalement la promise. Elle n'arborait point la robe rouge dévolue aux noces. Et la coupe n'était pas le moins du monde habituelle. Ainsi, Paula portait une robe* parfaitement taillée, aux tissus légers mais riches et qui dénudait légèrement ses épaules. Trois couleurs composaient l'ouvrage. La majeure partie de la robe était d'argent alors que les manches évasées et quelques pans de celle-ci étaient de sable. Mais le plus étonnant finalement, c'était cette ceinture plutôt large, ce ruban de tissu qui ceignait son buste juste sous sa poitrine et soulignait ainsi une partie de ses courbes plus que généreuses. Les rondeurs de ce corps que le temps n'épargnait pourtant pas étaient ainsi révélées mais également cachées. Et c'est ce corps de Vénus des Temps Antiques qui s'avançait doucement dans le froufrou soyeux des tissus choisis sur le chemin menant à la Chapelle.
Pour accompagner ce choix de toilette totalement délirant, Paula avait passé à son cou un collier étrange composé de joncs d'argent noirci et tordus, parsemés d'éclats de rubis. Des pendants d'oreilles du même accompagnaient la parure. Elle avait retiré son Alliance pour la coudre sur sa chainse, contre son coeur, auprès de la Croix Languedocienne qui y était toujours. Mais cela, personne d'autre qu'elle ou le Marié ne le sauraient...



C'est donc ainsi que Paula arriva devant les portes de la Chapelle, un peu avant l'heure dite, espérant que son Frère ne l'aurait pas oubliée et que son fils était arrivé. Elle inspira longuement une bouffée d'air puis la souffla doucement avant de rabattre sur son visage la dentelle espagnole de sable qu'elle avait choisie pour voile...




_____________________
*Cf l'actuel avatar Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guilhem
Parcheminier
avatar

Nombre de messages : 32
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 7 Avr - 1:49

Guilhem était arrivé la veille de Tolosa.
Il avait passé une courte nuit dans son 'entrepôt' Narbonnais.
Il avait voyagé seul, et seul il repartit aux premières lueurs de l'aube en direction de Vinassan.
Sur le chemin il s'arrêta un instant au haut d'une montée surplombant la campagne. Il admira le majestueux Canigou, l'Olympe Occitane, dont les formes commençaient à se deviner dans les lueurs blafardes matinales par delà les étangs de Bages.
Il respira profondément l'air frais du matin. C'était magnifique... C'était horrible...
Autrefois le calme de la campagne d'Oc, la majesté du Mont, les brumes qui peu à peu se dissipaient au dessus des étangs, tout cela aurait insufflé Force et Sérénité en Guilhem, mais aujourd'hui tout cela ne faisait qu'amplifier le Vide, Vide honni que seules des activités intellectuelles et répétitives comme l'apprentissage de la navigation ou ses différents projets, jamais vraiment arrivés à terme, pouvaient masquer... un instant. Il soupira, et tourna le regard.
Décidément non... ses projets arrivaient rarement à terme... comme d'autres parties de sa vie d'ailleurs... à croire que quand tout semblait être mis sur de bons rails il préférait tout laisser en plan, tout abandonner pour se consacrer à une nouvelle lubie chronophage, tout quitter avant que...

Il soupira, tourna la bride et se remit en route.

Pol... Voilà bien la seule personne qui soit restée attachée à lui. Pourquoi? Il ne le savait... Pourtant avec elle aussi Guilhem avait été un bien piètre ami, un bien piètre frère... Toujours absent, souvent éloigné, ne donnant pas de nouvelles... quelles nouvelles donner?... Il n'y avait rien...

Bien sûr en un sens il était impatient de la revoir, de prendre de ses nouvelles. Il était heureux qu'elle le considère toujours comme son... frère.
Mais un coin de son cœur ne pouvait s'empêcher de penser qu'il ne méritait pas sa considération et redoutait que lors de ces retrouvailles elle se rende finalement compte qu'il n'y avait rien d'intéressant en Guilhem.
Enfin si... l'homme était érudit, il savait parler, de sciences, de politique, d'économie, il s'était même mis à la théologie depuis peu, plus pour s'occuper l'esprit que dans l'espoir de trouver des 'réponses'. Mais pour ce qui était des qualités humaines... le Vide... il se sentait vide...

C'était donc ampli de ce sentiment ambivalent qu'il pénétra dans le village qui se réveillait à peine.
Il entra dans la chapelle encore vide et silencieuse. Guilhem eut l'impression que Pol avait été là très peu de temps avant, il ne su dire comment, il ne su dire pourquoi, il avait juste cette impression.
Il resta quelque temps là, immobile, à l'entrée de la chapelle, dans l'ombre d'une colonne.
La cérémonie ne débuterait pas avant quelques heures, aussi Guilhem décida d'aller faire un tour dans la campagne, et de revenir au moment dit. Là-bas il essaierait de refouler le vide qui l'envahissait, il ne voulait pas imposer ses humeurs moroses à Pol qui devait avoir déjà bien d'autres soucis en tête ce jour là. Mais le vide, qu'il est dur de s'en débarrasser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelina
Vicomte/Vicomtesse
avatar

Nombre de messages : 219
Réputation : 3
Points : 250
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 7 Avr - 17:15

Aimelina avait du mal, parfois, à garder les secrets et poids dans son coeur. On ne parlait pas, ou si peu, de la mort du Comte du Gévaudan. On ne disait pas vraiment comment il était mort ; et quand on en parlait, c'était vaguement, c'était pour dire, parfois : "Son bras était mangé par la gangrène de la guerre en Provence ! Il n'aurait pas survécu." Ce n'était pas un mensonge ; mais on ne disait pas tout. Aimelina n'en parlait pas. Aimelina aurait aimé savoir, demander à sa mère... Mais les mots ne sortaient pas de ses lèvres. Elle n'arrivait pas à demander, simplement :

"Est-ce que tes enfants savent comment est mort ton mari ?"

Et bientôt, la question même n'aurait plus de sens, car un nouvel époux succéderait à l'ancien. Aimelina ne savait pas ce qu'on avait dit à Margarida, Magalona, Lop-Guilhem sur la mort de LeGueux.
Elle ne savait pas...

Elle savait comment il était mort. Elle l'avait vu. Elle avait vu Cristòl donner ce coup d'épée. Elle avait vu son père tuer son père - l'homme qui l'avait conçue tuer l'homme qui l'avait acceptée, qui l'avait élevée.
La mort avait commencé à signifier quelque chose, pour elle, à ce moment-là.
Pouvait-on parler de douleur ? Elle endurait tout vaillamment, la petite Linèta, en apparences. Et au fond, ce n'était qu'un traumatisme qui enflait peu à peu. Elle n'avait pas de repères. Aucune notion du bien et du mal, de la vie, de la parenté, en fin de compte. Car elle avait été orpheline, puis elle avait retrouvé son père et sa mère, et on lui demandait de croire qu'elle n'était plus orpheline. Car elle avait vu la mort, et c'était bien rapide, et si facile à donner ! Elle avait vu Paula et Cristòl pleurer sur ce qu'ils avaient fait. Pourquoi être triste de ce qu'on a fait ? Ne l'a-t-on pas choisi, provoqué ?

Le remords devenait étranger à Linèta. Elle était fière - son handicap augmentait encore sa fierté, car elle ne voulait pour rien au monde qu'on la considérât comme faible - et étrangère, désormais, au bien et au mal. Est-ce mal, d'épouser l'épouse de son parrain ? Est-ce mal, d'aimer son frère ? Est-ce mal, de mentir à ses enfants ?

C'est.
Aimelina ne cherchait plus à dire si c'était mal ou bien. C'était. Les choses étaient, naissaient, mourraient.


Dans une robe toute bleue passée sur une cotte blanche, et ornée de rubans blancs noués aux épaules, à son poignet droit, à son moignon gauche, à la ceinture, et flottant derrière elle comme les fils soyeux d'un marionnettiste invisible, la benjamine de la cérémonie arriva du Donjon à la chapelle à pied avec sa mère, ses sœurs et leur gouvernante, plus les quelques membres de la mesnie de Saint-Félix, en particulier le maître queue Felip Gaudenç, qui était ici, pour des raisons que la jeune fille n'avait pas encore cherché à élucider, tenu en très haute estime.

Mais tandis que les autres hésitaient sur le parvis, sous le regard de quelques Vinassanais qui venaient honorer le mariage de leur Seigneur de brassées de jonquilles, en tenue du dimanche, l'enfant se précipita à l'intérieur de la chapelle. Il y avait là Jehanne Elissa et Eilinn, son si beau frère Guillaume, dont elle était, dès le premier regard, la veille, tombée secrètement amoureuse, et un autre jeune homme, un peu plus grand, plus âgé sans doute, qui avait le cheveu plus sombre que Guillaume, et qui était bien beau aussi, en vérité ! Peut-être était-ce son frère Lop-Guilhem, dont on lui avait dit qu'il avait été convié et viendrait peut-être ?
Il y avait deux adultes aussi, qu'elle n'avait jamais vus. La petite fille commença par saluer l'autel, puis elle s'inclina devant la dame brune, Leello, quand bien même elle ne la connaissait pas. C'était un adorable salut d'enfant, d'une main, car la main atrophiée de Linèta ne pouvait atteindre sa jupe. Elle adressa le même au garçon inconnu, qu'elle supposait déjà, en son cœur, être son frère Lop-Guilhem.

Ensuite, les choses sérieuses : Aimelina sautilla derrière le banc sur lequel étaient assis Jehanne Elissa, Eilinn et Guillaume. Elle passa son bras valide autour du cou et des épaules de Jehanne, et la gratifia d'un baiser d'une candeur enfantine sur la joue - huit ans n'est pas encore trop tard pour faire l'enfant, surtout lorsque l'on jouit du privilège d'être la petite dernière, que l'on ne souhaite pas voir grandir trop vite.
Petit sourire à Eilinn et voix claire :


-"Bon jour !"

Et puis ses joues rosirent et elle mima une révérence comme le faisaient les grandes dames dans les histoires à son frère de Chauconin :

-"Monsieur mon frère !"

Large sourire, et ses yeux brillent. Elle pouvait bien avoir oublié quel événement important était sur le point de se jouer...

-"Je reviens, vais voir père !"

Et l'enfant sautilla de nouveau vers la travée, avança jusqu'aux deux hommes agenouillés en prière :

-"Père, père ! Mère est arrivée, et je suis là !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierroleon
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 7
Réputation : 0
Points : 7
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Mer 7 Avr - 23:27

En cette belle journée d'avril, Monseigneur Pierroléon de Riddermark arriva de Narbonne en voiture à cheval, escorté par huit gardes épiscopaux.

Dans la chapelle, les cierges étaient déjà allumés, il y avait des fleurs partout, les bancs bien rangés, il n'y avait plus qu'à attendre. Monseigneur Pierroléon de Riddermark sortit finalement à l'arrêt du convoi, au milieu d'une haie d'honneur. Il salua rapidement et se réfugia dans la sacristie.




L'évêque sonna les cloches pour prévenir les gens que la cérémonie allait commencer.

Puis, revenu en tenu de prélat épiscopal, il alla aux portes de la chapelle.

Rentrez mes amis, bienvenue en notre maison du seigneur.
Quelle joie de vous voir tous en ce lieu.


Pierroléon regardait les fidèles s'installer.


Dernière édition par pierroleon le Ven 9 Avr - 0:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polstephie
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 27
Réputation : 0
Points : 22
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 8 Avr - 14:53

L'officiant n'avait pas tardé à apparaître sur le parvis une fois que Linèta s'était faufilée à l'intérieur de la Chapelle. Paula avait souri en la voyant ainsi s'enfuir.

Puis, à l'invitation de Monseigneur Pierroléon de Riddermark, elle avait enjoint la rousse Margalida Dulcia, la brune Magalona Eufrasia et la blonde Eirwen à rentrer dans la Chapelle. Les jeunes filles s'éparpillèrent alors, tels de petits oiseaux colorés, et apportèrent un peu de couleur et de joie à la morosité ambiante. La Comtesse, quant à elle, resta sur le parvis : elle souhaitait attendre son frère et pensait bien qu'il n'était pas encore à l'intérieur. Aussi, elle s'approcha du prélat, s'inclina un peu devant lui pour le saluer et engagea la conversation, à la fois pour tromper l'attente et l'espèce d'angoisse qui la tenaillait.


Le Bonjour Monseigneur... J'espère que vous vous portez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eilinn Melani
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 02/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 8 Avr - 18:36

Guillaume s'était rangé du côté de Jehanne Elissa, et ainsi Eilinn était replongée dans ses pensées et conjectures diverses et variées. Pourquoi donc la Vicomtesse, qui avait manifesté beaucoup d'affection à sa tante à travers ses paroles, refusait cette union ? Certes, le corps du comte du Gévaudan était à peine froid, et Eilinn trouvait la période de deuil bien courte par rapport à ce que sa propre mère avait pratiqué après la mort de son père. A onze ans, difficile de réfléchir à tout cela convenablement, et elle avait bien peu d'éléments pour l'éclairer.

Deux options s'offraient alors à elle.
Soit le Vicomte de Fenouillèdes n'était qu'un intrigant profitant du deuil d'une femme ayant plus de titres que lui pour l'épouser et ainsi s'accaparer un comté, ce qui était selon Eilinn relativement plausible ;
soit la comtesse semblait vouloir dissimuler quelque vilenie comme une grossesse, ou bien un forfait plus noir encore en épousant ce noble. Fort heureusement, elle était encore bien ignorante des vicissitudes de la vie pour imaginer des raisons bien plus licensieuses à cette union.

Puis une petite fille s'accrocha au cou de Jehanne Elissa, semblant visiblement connaitre tout le monde dans la chapelle.
Elle fit un sourire à la petite fille, une petite révérence et lui répondit un "Bonjour" jovial.

Enfin, l'archevêque se présenta, invitant les fidèles à s'installer. La fin de la torture était pour bientôt. Enfin façon de parler.



edit pour oubli


Dernière édition par Eilinn Melani le Ven 9 Avr - 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lop_Guilhem
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 4
Réputation : 0
Points : 4
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   Jeu 8 Avr - 22:16

Lop_Guilhem rendit un sourire à Jehanne Elissa, salua comme il se devait Aimelina et prit place sans tarder parmi les présents. En fait, il ne connaissait que peu de personnes : ses sœurs & sa mère, guère plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Chapelle Saint-Martin - Bans   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Chapelle Saint-Martin - Bans
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Missive de la Guilde Saint-Martin
» 1 er triathlon de SAINT MARTIN DU PUY (58140) 10/07/2016
» [Ville IG] Tours
» Cérémonie de Consécration de la Chapelle Saint Paulos
» [Seigneurie de la Fleche, Seigneurie Touraine RR] Ambillou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de France, donjon de Saint-Félix :: Domèni de la Mainada de Síarr - Domaines de la Maison de Síarr :: Baroniá de Sant Fèliç - Baronnie de Saint-Félix ::  Podestadiu de Vinassan (Seigneurie de Vinassan)-
Sauter vers: